Hannappes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Hannapes.
Hannappes
Image illustrative de l'article Hannappes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Canton Rumigny
Intercommunalité Communauté de communes Ardennes Thiérache
Maire
Mandat
Philippe Champion
2014-2020
Code postal 08290
Code commune 08208
Démographie
Population
municipale
154 hab. (2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 49′ 30″ N 4° 13′ 53″ E / 49.825, 4.2314 ()49° 49′ 30″ Nord 4° 13′ 53″ Est / 49.825, 4.2314 ()  
Altitude Min. 177 m – Max. 238 m
Superficie 8,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hannappes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hannappes

Hannappes est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 1983 Kléber Michaux    
1983 1989 Gilles Caruel    
1989 2008 Raymond Dervin PS puis DVG Conseiller général (1978-1992)
2008 2014 Wilhelm Marlier    
avril 2014[1] en cours
(au 10 avril 2014)
Philippe Champion    

Hannappes a adhéré à la charte du Parc naturel régional des Ardennes, à sa création en décembre 2011[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 154 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
435 442 493 529 536 561 527 561 531
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
441 432 392 396 409 410 352 332 384
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
333 304 282 279 252 251 253 257 219
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 - -
210 211 186 155 157 159 154 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Nicolas de Hanapes - Prélat né à Hannappes (Ardennes) vers 1225, mort en mer le 18 mai 1291. Entré dans l'ordre des dominicains à Reims, il vint terminer ses études théologiques au couvent de Saint-Jacques, à Paris, et, bientôt appelé à Rome, fut nommé pénitencier du pape. En 1288, il devenait patriarche de Jérusalem. Le pape lui confia en même temps l'administration de l'église d'Acre (30 avril) et lui donna le titre de légat en Syrie, Jérusalem, Chypre et Arménie (17 août). Nicolas de Hanapes trouva les affaires de la chrétienté dans un déplorable état. En 1289, la prise de Tripoli par Kelaoun menaça l'existence d'Acre. Nicolas IV envoya quelques galères et essaya d'organiser une nouvelle croisade. Mais lorsque le roi d'Angleterre Edouard et quelques princes se furent décidés à prendre la croix il était déjà trop tard et Acre avait succombé. Le patriarche de Jérusalem avait tenu jusqu'au dernier moment avec une incroyable énergie. Le siège, commencé en avril 1291 par le sultan Khalill el-Aschraf, dura un mois. Nicolas de Hanapes périt en s'embarquant sur une chaloupe surchargée de fugitifs et qui coula.

On a de lui une imitation de Valère Maxime, sous le titre : Virtutum vitiorumque exempla. Ce livre, bientôt populaire, reçut le surnom de Bible des pauvres. Il fut imprimé pour la première fois sous le nom de saint Bonaventure : Biblia pauperum (Venise, 1477, in-8) et eut de nombreuses éditions. Il fut traduit en français par Tyron : le Promptuaire des exemples des vertus et des vices (Anvers, 1520, in-8), en anglais par Paynel : The Exsamples of vertue and vice (Londres, 1561, in-8). Deux autres ouvrages sont restés manuscrits : Praedicationes (à la bibliothèque Saint-Marc, de Florence) et Dicta Salutis (bibl. Pauline, de Leipzig).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Philippe Champion succède à Wilhelm Marlier », Le Courrier La Gazette, no 2340,‎ 10 avril 2014, p. 40 (ISSN 0183-8415)
  2. Création du PNR des Ardennes
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]