Gyatsho Tshering

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gyatsho Tshering, (1936, Sikkim - 25 juin 2009, Minneapolis) aussi écrit Gyatso Tsering, est l'ancien directeur de la Bibliothèque des archives et des œuvres tibétaines et un érudit tibétain[1] de nationalité indienne[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né en 1936 au Sikkim de Lobsang Lama et Nyima Dolma et a effectué ses études à l'Université de Calcutta[1]. Il a ensuite travaillé au ministère des Affaires extérieures et au ministère de l'Intérieur du gouvernement de l'Inde, et travailla à la Consulat de l'Inde à Lhassa et dans le gouvernement du Sikkim[1].

À l'issue de ses études, on envisage qu'il devienne directeur de l'Institut Namgyal de tibétologie et on l'envoie se former au Consulat de l'Inde à Lhassa, où il prend un poste en 1955 jusqu'à sa fermeture pendant la guerre sino-indienne en 1962[3]. Il explique qu'entre 1955 et 1959, une partie du travail au consulat consistait à rassembler des informations sur les activités de l'armée chinoise, et qu'il était donc au courant de la tension en mars 1959. Le soir du 17 mars, l’atmosphère était survolté, et il passe la nuit avec ses collegues au consulat, sans pouvoir dormir. À 2 h du matin, le bombardement commence, il sait que le 14e dalaï-lama a quitté le Norbulingka mais, il en garde le secret. Il décide de sortir pour voir ce qui se passe, et constate que les rues sont pleines de soldats chinois, hurlant et tirant à bout portant, et qu'il y a des masses de cadavres. L'artillerie tire sur Potala, le bombardement dure 2 heures, à la suite de quoi, les moines du Potala sortent, offrant des cibles faciles aux mitraillettes des militaires chinois. Il vit aussi 2 femmes et un homme marchant sur la route, des écharpes blanches à la main en signe de paix, qui furent fauchés par 4 ou 5 coups de fusil. Dans un monastère proche du Potala, il voit des soldats chinois menacer une trentaine de Tibétains qui lèvent les mains. Fouillés à la recherche d'arme, ils sont fusillés[4].

Il a rejoint l'Administration centrale tibétaine en 1963 et travailla dans divers ministères jusqu'à sa retraite à la fin des années 1990[1].

Il travaillé dans les services d'édition et de traduction en 1965. En 1966, il a été transféré au ministère des Affaires étrangères et en 1967 au ministère de la Religion et de la Culture. Pendant cette période, il fut membre de l'entourage du Dalaï Lama lors de son premier voyage au Japon et en Thaïlande[1].

Par la suite, il a été promu secrétaire du ministère et plus tard, adjoint du ministre. En 1972, il est devenu le directeur par intérim de la Bibliothèque des archives et des œuvres tibétaines nouvellement créée jusqu'à la nomination du Prof Thupten Jigme Norbu en tant que directeur en juin de cette année. Il a été nommé par le Dalaï Lama comme nouveau directeur de la Bibliothèque des archives et des œuvres tibétaines en 1974 et a occupé ce poste à partir du 1er mars jusqu'à sa retraite[1] en avril 1998[5].

En 1999, il a rejoint son épouse, Namgyal Dolma, aux États-Unis et ils se sont installés à Minneapolis[1],[6].

Sa contribution la plus significative est le développement de la Bibliothèque des archives et des œuvres tibétaines comme centre pré-éminent pour les études tibétaines à l'échelle internationale[1].

Son épouse Namgyal Dolma et sa fille Yiga Lhamo lui survivent[1].

Hommage[modifier | modifier le code]

Le chanteur et compositeur Larry Long écrivit la chanson Tibet en son honneur[7],[8].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) The Tibetan Cathedral, Thekchen Chholing, Dharamsala, Himachal Pradesh: A Souvenir, Ed. Tibetan Cultural Printing Press, 1970
  • (en) The Guru Puja and The Hundred Deities of the Land of Joy, Dharamsala, Library of Tibetan Works and Archives, 1995

Préface[modifier | modifier le code]

  • Vivre la méditation au quotidien, Dalaï-Lama ; trad. de l'anglais par Pema Dorje et Marie-Pierre d'Haillecourt ; assistés pour la version définitive par M.-T. Guettab ; Paris : Éd. Dewatshang, 1995

Traductions[modifier | modifier le code]

  • (en) Yeshi Donden, 'Tibetan Medicine: A Brief History, translated by Gyatsho Tshering', The Tibet Society Bulletin, 5 (1972): p. 7-24.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Bhuchung K. Tsering, Obituary: Gyatsho Tshering, Eminent Scholar of Tibetan Studies, Phayul.com, 29 juin, 2009
  2. Bertrand Odelys, op. cit. p. 222
  3. Bertrand Odelys, Dharamsala, Chroniques tibétaines, préface du dalaï-lama, Albin Michel, 2003, (ISBN 2226142592 et 9782226142597), p. 222
  4. Bertrand Odelys, op. cit. p. 228-229
  5. (en) Ngawang Yeshi, Obituary Gyatsho Tshering (1936-2009)
  6. Minnesota Tibetan Oral History Project: Interview with Gyatsho Tssering, Minnesota Historical Society
  7. (en) Don’t Stand Still Music-Film Productions
  8. Larry Long presents "Tibet" , Vidéo Youtube, LarryLongTroubadour, Mise en ligne le 6 janvier 2012