Gordon Thomas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Thomas Gordon.

Gordon Thomas (né en 1933) journaliste d'investigation gallois, est l'auteur de nombreux succès de librairie, dont Histoire secrète du Mossad ou encore Les Armes secrètes de la CIA et en 2008 Histoire des services secrets britanniques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a publié 47 livres traduits dans le monde entier et vendus à plus de 50 millions d'exemplaires. La majorité de ses ouvrages traitent des services secrets. Il est également le coauteur, avec Max Morgan-Witts, de plusieurs enquêtes historiques, comme Les dernieres heures de Guernica, ainsi que de plusieurs romans d'espionnage.

Selon Sylvain Cypel du Monde, les faits décrits par l'auteur manquent parfois de preuves et de références. Un exemple récent (novembre 2004) en est l'affirmation que Ben Laden s'était réfugié en Chine et que le gouvernement chinois négociait avec le gouvernement américain l'arrestation et la remise du Séoudien[1]. Toutefois, de nombreux spécialistes du renseignement français[Qui ?] citent l'auteur dans leurs ouvrages comme référence incontournable. Ses sources sont des officiers en activité ou à la retraite de divers services dont le Mossad, la CIA, le MI5 et le MI6. Critique envers les tortures et expérimentations d'armes chimiques par la CIA, Thomas a pu être considéré comme favorable au Mossad dans le livre qu'il lui a consacré. Toutefois son second ouvrage sur les récentes activités de l'agence israélienne, Mossad, les nouveaux défis, en donne une vision plus critique, soulignant notamment les insuffisances du service israélien lors de la dernière guerre au Liban en 2006.

Dans son dernier ouvrage, l'auteur raconte l'histoire des services secrets britanniques, MI5 et MI6, qu'il côtoie depuis les années 1960. Il vit en Irlande actuellement et il a eu 73 ans en 2006 selon l'AFP.

Critiques[modifier | modifier le code]

Ses livres ont été décriés dans des critiques écrites par des personnes familières du monde du renseignement. Par exemple, dans son livre sur les services secrets britanniques, il confond à de nombreuses reprises MI5 et MI6. Il n'aborde pas plusieurs évènements importants comme l'incident de Venlo ou le traitement d'Oleg Penkovsky[2]. Il cite une conversation entre Stewart Menzies et Allen Dulles à la conférence de Yalta, alors qu'aucun des deux n'y a assisté, et il dit avoir interviewé William Casey pendant sa retraite, alors que Casey tomba gravement malade en janvier 1987 quand il était encore directeur de la CIA et fut hospitalisé jusqu'à sa mort en mai suivant. Une critique de la CIA conclut que « premièrement, aucun autre livre sur le renseignement n'a autant d'erreurs. Deuxièmement, les faits qui sont corrects ne sont pas nouveaux. Troisièmement, bien que l'auteur dise avoir été “acclamé pour ses sources”, il n'y a pas de notes de citation de sources[3] ».

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Gordon Thomas, Bin Laden is in China, Information Clearing House, 10-13-04 (translated from El Mundo)
  2. (en) Alan Judd, « At sixes and fives », The Spectator, 16 mai 2009 [lire en ligne]
  3. Hayden B. Peake, « The Intelligence Officer’s Bookshelf », Studies in Intelligence Volume 53, Number 3, septembre 2009 p.42-43 [lire en ligne]. D'autres critiques du magazine de la CIA Studies in Intelligence discréditent de manière similaire les livres Histoire secrète du Mossad, Les Armes secrètes de la CIA et Robert Maxwell, Israel’s Master Spy : [1], [2]

Lien externe[modifier | modifier le code]