Girolamo Crescentini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Girolamo Crescentini

Girolamo Crescentini, né à Urbania le 2 février 1762 et mort à Naples le 24 avril 1846, est un soprano italien. Il fut l'un des derniers castrats d'Italie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut l'élève du castrat Lorenzo Gibelli. Après avoir débuté à Rome en 1788, il chanta à Padoue, à Venise, à Milan, à Vienne et à Lisbonne. Il suscita un tel enthousiasme qu'on le surnomma l'« Orphée italien ». Il excella surtout dans les opéras Giulio Sabino, Romeo e Giulietta et Sémiramide. Il créa notamment Curiazio dans Gli Orazi e i Curiazi de Domenico Cimarosa.

Napoléon Ier l'attira en France : à la suite d'une représentation de Roméo et Juliette, où Crescentini avait arraché des larmes à tout l'auditoire, il le nomma chevalier de la Couronne de fer. En 1812, il s'établit comme professeur de chant à Naples, où il eut notamment pour élèves Violante Camporese, Angelica Catalani, Isabella Colbran, Giuseppina Grassini, Alexis de Garaude, Louise Albert-Himm, Giuseppe Curci, Giuditta Pasta, Raffaele Mirate et Adelaide Tosi.

Travaux pédagogiques.

Raccolta di esercizi per il canto all’uso del vocalizzo (1811, Parigi). Exercices pour se perfectioner dans l’art du chant (Vienna). 25 nouvelles vocalises (Parigi). Nuovi esercizi (Milano). Solfeggi progressivi per soprano (Napoli). Ultima e nuova raccolta di 24 solfeggi (Milano e Firenze). Venti nuovi solfeggi inediti (Napoli). Breve metodo di canto. Esercizi di canto. Esercizi per la vocalizzazione. Metodo di canto, breve e ristretto. Solfeggi per soprano. 6 canzoncine, per voce e fortepiano. Duetti notturni, per soprano e basso continuo.


Sources[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.