Angelica Catalani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Catalani.
Angelica Catalani.
Portrait par Élisabeth Vigée Le Brun.

Angelica Catalani, née à Senigallia le et morte à Paris le , est une soprano italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'un bijoutier, Angelica Catalani fait ses études au couvent de Santa Lucia à Gubbio. Elle fait ses débuts sur la scène à Venise en 1795, puis se rend au Portugal, où elle fait partie de la chapelle du roi. En 1800, elle épouse à Lisbonne un officier français, Paul de Valabrègue.

Ayant contracté en 1806 un engagement avantageux à Londres, elle y reste sept ans, puis s'installe à Paris, où elle obtient un succès prodigieux. En 1814, elle reçoit de Louis XVIII le privilège du Théâtre italien de Paris, mais elle subit des pertes qui la déterminent à y renoncer. Elle parcourt ensuite l'Allemagne, l'Italie, la Suède, la Russie.

Ayant amassé une immense fortune, elle se retire en 1830 à Florence, où elle fonde une école gratuite de chant, qu'elle dirige elle-même. Elle meurt à Paris, victime d'une épdiémie de choléra, en 1849.

Catalani avait une magnifique voix de soprano, mais elle n'était ni actrice, ni même grande musicienne. Elle brillait surtout dans les concerts, où ses vocalisations surprenantes la laissaient sans rivale.

Source[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Angelica Catalani » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)