Gentils (religion)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Gentil.

Gentils, du latin Gentiles (les « nations »), est la traduction habituelle de l'hébreu Goyim, nations, qui finit par désigner les non-Juifs. Les auteurs chrétiens ont aussi employé ce mot pour désigner les païens.

Naissance du christianisme[modifier | modifier le code]

Selon les Actes des Apôtres, Paul de Tarse, saint Paul pour les catholiques, se heurta aux Juifs qui refusaient de reconnaitre Jésus de Nazareth comme leur Messie, car il ne correspondait pas à leur attente. Il se tourna donc vers les païens judaïsants, qui devinrent ses premiers disciples. Paul leur promit d'être sanctifiés (à l'égal des Juifs circoncis), s'ils croyaient en Jésus-Christ.

Cette prédication de Paul, qu'il appelait l'évangile des incirconcis, irrita beaucoup les Juifs orthodoxes et finit par inquiéter les apôtres restés à Jérusalem, qui, fidèles à l'évangile selon Matthieu, professaient que le Maître — Jésus — était venu pour « accomplir » la Loi, non pour l'abroger.

De retour à Antioche à la fin de leur premier voyage, Paul et Barnabé continuèrent à prêcher le salut par la grâce et la foi en Jésus-Christ (et l'inutilité de la circoncision pour les gentils). La controverse s'amplifia, jetant un si grand trouble dans l'église d'Antioche que Paul et Barnabé durent venir se justifier devant les apôtres Pierre, Jacques et Jean. Jacques, qu'on appelle parfois le « frère de Jésus », jouissait d'une grande autorité morale, fréquentait régulièrement le Temple et se rangeait du côté des partisans de la circoncision des gentils.

Mais Paul sut être persuasif. Les apôtres, les anciens et les frères présents à Jérusalem décidèrent, lors de la réunion appelée par la suite concile de Jérusalem (vers 50), de ne point imposer d'autres charges que celles absolument nécessaires. Il pouvait continuer sa prédication.

Autres[modifier | modifier le code]

Mythologie basque[modifier | modifier le code]

Dans la mythologie basque, les Gentils, Jentils ou jentilak[1] étaient les peuples préchrétiens, qui auraient disparu avec l'apparition du christianisme selon la légende de Kixmi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. José Miguel Barandiaran, traduit et annoté par Michel Duvert, Dictionnaire illustré de mythologie basque, Donostia, Baiona, Elkarlanean,‎ 1993, 372 p. (ISBN 2903421358 et 9782903421359)