Garrett Hardin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hardin.

Garrett James Hardin

Naissance 21 avril 1915
Dallas (Texas)
Décès 14 septembre 2003 (à 88 ans)
Santa Barbara (Californie)
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Profession
Famille
Jane Hardin (en), son épouse

Garrett James Hardin (21 avril 191514 septembre 2003) était un écologue américain influent, connu principalement pour son article de 1968 : The Tragedy of the Commons (La Tragédie des biens communs)[1].

Dans cet article, Garret Hardin décrit les mécanismes de prédation des ressources naturelles qui résulteraient d'un accès totalement libre (bien que Hardin ne les évoque pas dans son article, les critiques, positives ou négatives, se fonderont sur l'exemple des prés communaux qui entourent les villages anglais jusqu'à la fin du XVIIIe siècle). Dans ce mode d'organisation, chaque villageois a accès au pré communal pour y faire paître ses animaux. Cette structure sociale fournit aux villageois une certaine sécurité. Chacun dispose d'un accès libre et gratuit à une ressource partagée.

Du fait de la liberté de l'accès au pré communal, aucun éleveur n'intègre dans son calcul économique le coût de la ressource prélevée sur la collectivité. Le surpâturage ramène à zéro la fertilité du pré communal et provoque la destruction du bien collectif[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Hardin étudia la zoologie à l’Université de Chicago (1932-36) puis soutint une thèse de microbiologie à l’Université Stanford (1941). Il enseigna ensuite l’écologie à l’université de Californie à partir de 1946, devenant professeur titulaire en 1963. Il prit sa retraite en 1978. Il fut, aux côtés de Ludwig von Bertalanffy et Kenneth Boulding, l'un des fondateurs de la Société internationale pour la science des systèmes.

C'est aussi un des signataires de la publication datant de 1994 Mainstream Science on Intelligence reconnaissant le rôle du QI dans la vie humaine et les différences raciales intellectuelles comme n'étant pas purement environnementales.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Garrett Hardin, The Tragedy of the Commons. Science (13 décembre 1968), vol. 162. no 3859, p. 1243-1248 Site de Science Texte intégral sur le site dédié à Garrett Hardin
  2. C. de Perthuis, Et pour quelques degrés de plus..., 2009, Pearson Education France Paris, p. 78-79

Liens externes[modifier | modifier le code]