Francesco Bartolozzi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bartolozzi.
Autoportrait

Francesco Bartolozzi , né le 21 septembre 1727 à Florence et mort le 7 mars 1815 (à 87 ans) à Lisbonne, est un graveur italien, des XVIIIe et XIXe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Détail d'une œuvre de Bartolozzi
La Reine Charlotte peinte par William Beechey et gravée par Francesco Bartolozzi.
Les Heures d'après Maria Cosway.
Lady Mautas d'après Holbein

Fils d'un orfèvre de Florence, après un apprentissage de trois ans en peinture à Florence auprès de Domenico Ferretti, il constate qu'il est plus attiré par la gravure et il part à Venise pour parfaire son art. De 1745 à 1751 il travaille à Venise dans l'atelier de Joseph Wagner (1706 - 1780). Il déménage pour peu de temps à Rome où il réalise une série de gravures représentant des fresques à Grottaferrata par Domenichino, illustrant la Vie de saint Nilus. Ensuite, en 1764, invité par Richard Dalton, vendeur d'art et libraire du roi, il s'installe à Londres où il est nommé graveur de George III. Il y reste pendant plus de quarante ans et, grâce à l'amélioration d'une technique française nouvelle, dite de « la craie rouge » (gesso rosso) à base d'hématite et de kaolin, il reproduit avec talent les célèbres portraits de la collection royale, ceux de Hans Holbein le jeune, de peintres italiens et de son ami Giovanni Cipriani.

Il est élu membre de la Royal Academy (RA) le 10 décembre 1768[1].

Il quitte ensuite Londres pour Lisbonne en 1802 où il est nommé directeur de l'Académie Nationale jusqu'en 1815, année de sa mort.

Son fils Stefano Gaetano Bartolozzi, né en 1757, est également un graveur, et le père de l'actrice anglaise Lucia Elizabeth Vestris (1797 – 1856).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Gravures originales[modifier | modifier le code]

  • Abraham et les anges
  • Le miracle de la manne
  • Job abandonné par ses amis
  • La Charité, ovale, inscrit Ipse feci
  • L'Origine de la peinture (1787)
  • La Vierge et l'Enfant, tondo

Gravures d'après des chefs-d'œuvres[modifier | modifier le code]

Gravures d'après Giovanni Battista Cipriani
  • Le départ d'Achille et Briséis
  • Hector prend congé d'Andromaque
  • Chryséis rendue à son père
  • La mort de Didon
  • Jupiter et Junon sur le mont Ida
  • Junon recevant le cestus de Vénus
  • Vénus attiré par les Grâces
  • Tancrède et Hermine et Tancrède et Clorinde
  • Shakespeare couronnés par l'immortalité
  • Loth et ses filles
Gravures d'après Angelica Kauffmann
  • Socrate en prison
  • Pénélope pleurant Ulysse
  • Télémaque et Mentor dans l'île de Calypso
  • Paulus Emilias éduquant ses enfants
  • Coriolan apaisé par sa famille
  • Didon invoquant les Dieux, avant de monter sur le bucher fatal[2]
  • Calais. La tabatière de Yorick[3]
  • Moulines. Le mouchoir ; Sterne et Marie[3]
  • Diane, se préparant pour la chasse[4]
  • Paris et Oenone gravant leurs amours sur l'écorce d'un hêtre[4]
  • La naissance de Shakespeare[4]
  • Le tombeau de Shakespeare[4]
  • Les trois Beaux-arts[4]
  • Zeuxis composant son tableau de Junon[4]
  • Les quatre Saisons[4]
  • Les quatre parties de la peinture figurées par des génies de femme[4]
  • Coriolan apaisé par sa mère et par sa femme[4]
  • Entrevue d'Edgar et d'Elfrida après son mariage avec Athelworld[4]
Autres œuvres
  • Rachel cache les idoles de son Père et Laocoon attaqué par les serpents, d'après Pietro da Cortona
  • La mort de Lord Chatham, d'après Copley
  • La Vierge et l'Enfant, d'après Carlo Dolci
  • Une série de treize plaques des fresques de Domenichino à Grottaferrata
  • Une série de 33 dessins de Guerchin de la Collection Royale
  • Une série de portraits de Hans Holbein, dont deux portraits d'Henry et Charles Brandon, fils d'Henry VIII et les ducs de Suffolk
  • Portraits de Cignani et Pietro da Cortona d'après Maratta
  • La Foire moraliste et ses élèves, d'après Richard Cosway
  • Le Foie de Prométhée dévoré par le vautour, d'après Michel-Ange
  • Buste de Michel-Ange
  • Le roi Jean ratifiant la charte de Charlemagne, d'après Mortimer
  • Cornelia, Mère de Gracchi, d'après Ouest
  • Une collection de pierres précieuses, conçue par divers artistes
  • Marie, reine des Écossais et son fils, d'après Zucchero
  • Les Heures, d'après Maria Cosway, (Ode au printemps de Vide Gray)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fiche sur le site de la Royal Academy of Arts
  2. Michael Huber, Manuel des curieux et des amateurs de l'art: contenant une notice abrégée des principaux graveurs et un catalogue raisonné de leurs meilleurs ouvrages, Zurich, Orell, Füssli & cie, 1800, t. IV, p. 190.
  3. a et b Michael Huber, op. cit., 1800, t. IV, p. 190.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Michael Huber, op. cit., 1800, t. IV, p. 191.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stefano Ticozzi, Dictionnaire des architectes, sculpteurs, peintres, graveurs de bronze et pierre, frappeurs de médailles, etc. (Volume 1),‎ 1830 (lire en ligne), page 117-120
  • Michael Bryan, Dictionnaire des peintres et graveurs, biographique et critique (Volume I: A-K), York St. #4, Covent Garden, Londres; Original par Fogg Library, numérisé le 18 mai 2007, Robert Edmund Graves,‎ 1886 (lire en ligne), pages 89-90
  • Baily, J. T. Herbert, Francesco Bartolozzi, R.A. : a biographical essay : with a catalogue of the principal prints, Londres, 1907.
  • Pasquinelli, Ferdinando, Pel primo centenario dalla morte di Francesco Bartolozzi, fiorentino, principe degli incisori italiani, Lucques, Tip. A. Amedei, 1908.
  • W. Heinemann, Bartolozzi and Other Stipple Engravers Working in England at the End of the Eighteenth century, Londres, 1912.
  • Bartolozzi et les graveurs au pointillé en Angleterre à la fin du dix-huitième siècle, Paris, Hachette, 1914.
  • Francesco Bartolozzi : catalogue des estampes et notice biographique / d'après les manuscrits de A. De Vesme, Milan, 1928.
  • Ernesto Soares, Bartolozzi, Lisbonne, 1952.
  • Barbara Jatta, Francesco Bartolozzi : incisore delle Grazie, Rome, Artemide, 1995.

Liens externes[modifier | modifier le code]