Françoise Mallet-Joris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mallet.

Françoise Mallet-Joris

Description de cette image, également commentée ci-après

Marnix Gijsen, Françoise Mallet-Joris (à droite) et Suzanne Lilar, et la future reine Paola, dans les années 1960.

Nom de naissance Françoise Lilar
Activités Romancier
Écrivain
Naissance 6 juillet 1930 (84 ans)
Anvers, Belgique
Langue d'écriture français
Distinctions Prix Femina (1958)

Compléments

membre de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique depuis 1993
membre de l'Académie Goncourt (1971-2011)

Françoise Mallet-Joris, née Françoise Lilar le 6 juillet 1930 à Anvers (Belgique), est une femme de lettres belge et française, écrivain de renom et membre de l'Académie Goncourt[1] de 1971 à sa démission, en 2011[2].

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Fille du ministre Albert Lilar et de l'écrivain Suzanne Lilar[1], Françoise Lilar publie à 16 ans sous ce nom sa première œuvre Poème du dimanche[3]. Elle ne peut publier sous son nom à 19 ans un « roman sulfureux » Le Rempart des Béguines et choisit le pseudonyme de Mallet, puis en 1950 y ajoute Joris pour conserver une assonance belge. Elle se maria par la suite avec Robert Amadou, Alain Joxe et Jacques Delfau. Elle a quatre enfants, Daniel Amadou et Vincent, Alberte et Pauline Delfau.

Elle s'est fait connaître avec son roman Le Rempart des Béguines qui évoquait une histoire d'amour lesbienne entre une jeune fille et la maîtresse de son père. L'ouvrage fut adapté au cinéma en 1972 par le réalisateur Guy Casaril, avec lequel elle travailla au scénario.

Elle a été également parolière de la chanteuse Marie-Paule Belle et a écrit le livret d'un opéra resté inédit Caryl Chesmann, musique de José Berghmans.

Membre du comité du Prix Femina de 1969 à 1971, elle est élue à l'unanimité en novembre 1971 à l'Académie Goncourt où elle siègera jusqu'à la démission qu'elle donne en 2011, pour des raisons de santé[2].

Depuis 1993, Françoise Mallet-Joris est membre de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, où elle occupe le fauteuil de sa mère Suzanne Lilar, morte un an plus tôt.

Œuvres[modifier | modifier le code]

45 tours livre-disque "La bicyclette", "L'arbre des villes et l'arbre des champs". Il s'agit de deux chantefables pour enfants qu'elle a écrites, qui sont chantées par Marie-Paule Belle et dont elle est la narratrice, Le Petit Ménestrel / Adès (ALB 156), 1978

  • Le Jeu du souterrain, éditions Grasset
  • Les Feuilles mortes d’un bel été, éditions Grasset Jeunesse, 1973 (illustrations de Catherine Loeb)
  • 1985 :Allegra, éditions Grasset
  • Dickie-Roi, éditions Grasset
  • Un chagrin d'amour et d'ailleurs, éditions Grasset, 1982
  • Jeanne Guyon (biographie), éditions Flammarion
  • La Tristesse du cerf-volant, éditions Flammarion
  • Adriana sposa, éditions Flammarion, 1990
  • Divine, éditions Flammarion
  • 1993 : Les Larmes, éditions Flammarion
  • Le Clin d'œil de l'ange, éditions Gallimard
  • Le Rire de Laura, éditions Gallimard
  • La Maison dont le chien est fou, éditions Flammarion/Plon
  • Sept Démons dans la ville, éditions Plon
  • La Double Confidence, éditions Plon, réédition Pocket, 2003
  • Portrait d'un enfant non identifié, éditions Grasset, janvier 2005
  • Ni vous sans moi, ni moi sans vous…, éditions Grasset, octobre 2007
Adaptation

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]