Forciolo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forciolo
U Furciolu (co)
L'église San Petru di u Panacali.
L'église San Petru di u Panacali.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Corse-du-Sud
Arrondissement Ajaccio
Canton Santa-Maria-Siché
Intercommunalité Communauté de communes du Taravu
Maire
Mandat
Jean-Pierre Bozzi
2014-2020
Code postal 20190
Code commune 2A117
Démographie
Gentilé Forciolais
Furciulinchi (co)
Population
municipale
69 hab. (2011)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 51′ 18″ N 9° 00′ 36″ E / 41.855, 9.0141° 51′ 18″ Nord 9° 00′ 36″ Est / 41.855, 9.01  
Altitude 300 m (min. : 231 m) (max. : 753 m)
Superficie 6,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Forciolo
U Furciolu (co)

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Forciolo
U Furciolu (co)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Forciolo
U Furciolu (co)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Forciolo
U Furciolu (co)

Forciolo (en corse U Furciolu, prononcé [u vur.ˈt͡ʃo.lu]) est une commune française située dans le département de la Corse-du-Sud et la région Corse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Forciolo est un petit village français, situé dans le département de la Corse-du-Sud et la région de Corse. Entouré par les communes de Zigliara, Azilone-Ampaza et Olivese, la commune s'étend sur 6,9 km².

Situé à 381 mètre d'altitude, le village de Forciolo a pour coordonnées géorgaphiques 41° 51' 15 nord, 9° 0' 34 est.

Forciolo est une commune du parc naturel régional de Corse.

Le village u FURCIOLU (appelé selon la toponymie toscane longtemps retenue pour la cartographie de l'IGN relative à l'île de Corse : FORCIOLO ) est situé à environ 40 km d'AJACCIO, dans la moyenne vallée du TARAVU.

Il s'érige à une altitude d'environ 320 m en moyenne, mais sa situation à l'ubac et loin de la mer, lui confère des hivers froids et des étés parfois étouffants.

Néanmoins, entouré d'une abondante végétation dont les frondaisons rafraichissent le séjour du visiteur ou du vacancier, le climat demeure, dans l'ensemble, très agréable.

A preuve, on y cultive la vigne, l'olivier, les agrumes - orangers, citronniers...- aussi bien que le châtaignier. Voir"L'olivier et l'huile d'olive

Voir "le châtaignier dans l'économie du passé".

Histoire[modifier | modifier le code]

Son histoire est riche et ancienne. On y trouve une des plus vieilles maisons de Corse. Nombreux sont ses fils qui ont laissé leur empreinte dans les époques où ils vécurent. Voir le site http://oursjeancaporossi.club.fr et rechercher les noms Bozzi et Forcioli.

Mais ce n'est pas le souvenir des plus vertueux que la chanson de Manetta perpétue : "Nil novi sub sole" (Salomon dans l'Ecclésiaste (I, 9)).

Le village d'u Furciolu

Le village d'u Furciolu fait partie des 17 communes qui constituent, depuis 1828, le canton de Santa-Maria-Sichè, autrefois appelé canton d'Ornano.

u Furciolu a été érigé en paroisse au début du XVIIe siècle.

Au Moyen Âge, le village était sous l'autorité des seigneurs de Bozzi, et son ancienneté est établie par Monseigneur Giustiniani, évêque du Nebbiu, en 1531, ainsi que par les dates inscrites dans les cartouches gravés sur les linteaux des vieilles bâtisses.

L'habitat s'est d'abord développé autour des maisons des notables, puis principalement le long de la route. Le village comporte six quartiers : u Poghjiu Supranu, u Maternatu, a Piazzola, u Marianu, u Fundu Suttanu et u Culiciolu, quartier plus récent (XIXe).

L'église

L'église paroissiale actuelle, Saint-Pierre de Furciolu, a été établie sur les bases d'une très ancienne chapelle dédiée à sainte Marie, dont la construction remonte au Moyen Âge. Elle est, en effet, citée dans un rapport de visite apostolique attribué à monseigneur Mascardi daté de 1587. L'église paroissiale était alors Saint-Pierre du Panicali, dont il ne subsiste aujourd'hui que quelques ruines.

À l'origine, la chapelle Sainte-Marie est un édifice modeste, formé d'un seul corps dépourvu de fenêtres et de clocher. Elle comporte un maître-autel flanqué de deux petits autels latéraux dédiés à saint Barthélemy et saint Roch. C'est au début du XVIIe siècle qu'elle devient église paroissiale Saint-Pierre, ce qui a pour conséquence l'abandon progressif de l'ancienne église piévane. La chapelle élevée au rang d'église paroissiale est alors l'objet de travaux importants : une chapelle latérale dédiée au Rosaire est construite, puis, de manière à donner à l'édifice un plan en forme de croix latine, une autre chapelle, dédiée à saint Roch est élevée au cours du XVIIe siècle. Mais au XIXe siècle, l'édifice est en mauvais état et en 1872 un important chantier de restauration est confié au maestru di muraglia (maître-maçon) Paoli Antoine, financé par le ministère des Cultes. Ce chantier sera achevé en 1878. À la fin du XIXe siècle sera érigé le clocher, en pierre de taille, doté de trois cloches. Au XXe siècle, et particulièrement dans sa deuxième moitié, l'église sera l'objet de nombreux travaux d'entretien et de rénovation (réfection de la toiture, peintures, vitraux, chauffage, remplacement du mobilier, enlèvement du crépi, etc.), certains nécessitant la souscription des paroissiens.

L'église paroissiale Saint-Pierre possède un patrimoine de quelques pièces remarquables, dont un grand nombre sont encore utilisées lors des cérémonies religieuses : un calice d'orfèvrerie de belle facture, datant du milieu du XIXe siècle ; deux tableaux d'autel, peintures d'auteurs inconnus et datées approximativement du XVIIe siècle ; des tentures d'église représentant la passion et la résurrection du Christ ; deux chasubles brodées, l'une rouge, l'autre noire, et datant du XIXe siècle ; la statue de saint Roch, statue de procession polychrome, datant de la fin du XIXe siècle, fabriquée par le facteur de statues Louis Michel ; une chaire à prêcher en bois datant probablement de la fin du XVIIe siècle, et dont on retrouve un modèle analogue dans l'église d'Aullene.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Jean-Pierre Bozzi[1] DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 69 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
276 220 274 237 264 260 269 285 285
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
387 328 324 317 303 424 395 376 301
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
356 363 387 402 305 380 186 134 140
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
132 106 75 56 69 75 76 69 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune s'étend sur 6,9 km² et compte 76 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2007. Avec une densité de 11,0 habitants par km², Forciolo a connu une nette hausse de 10,1 % de sa population par rapport à 1999.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • U Palazzu

Sic transit gloria mundi

Vieille maison forte (elle possède un machicoulis qui en défendait l'accès aux assaillants), elle fut celle des seigneurs de l'endroit.

Auprès d'elle se regroupèrent les belles batisses du Poghiu Supranu.

Hélas ! Le temps où Napoléon jeune venait y faire un séjour est passé !

La vieille batisse tombe en ruine, et ses fenêtres mal closes semblent adresser au ciel une prière muette.

  • La vieille église pièvane San Petru :San Petru di u Panicali.

Vieille église romane.

L'église rassemblait pour ses cérémonies un grand nombre de fidèles venus des différents villages avoisinants et qui constituaient une entité administrative appelée piève.

Plus tard, chaque village fut désireux d'avoir son propre lieu de culte et édifia, selon les moyens de ses paroissiens, des églises particulières. Les vieilles églises pièvanes tombèrent alors lentement en ruine.

  • La confrérie

La confrérie Santa Croce di U FURCIOLU a été recréée récemment à l'initiative d'une paroissienne par ailleurs beaucoup impliquée dans les activités culturelles de la commune.

À l'origine, les confréries étaient des communautés de citoyens désireux de venir en aide à leurs voisins moins favorisés. Elles pratiquaient la charité chrétienne, et étaient particulièrement actives lors des enterrements de miséreux et des grandes fêtes de la chrétienté.

Le renouveau de la confrérie Santa Croce di u Furciolu a permis de retrouver des chants et des pratiques religieuses tombées dans l'oubli. C'est donc un véritable retour aux racines culturelles et chrétiennes de nos pères qui a été effectué.

Actuellement, la confrérie participe activement aux manifestations liturgiques dans son village et ailleurs. En effet, il existe des liens très étroits entre les diverses confréries de l'île.

De nos jours, la crise de la vocation entrainant une diminution considérable du nombre des prêtres, la confrérie Santa Croce di u Furciolu est devenue celle de tout le Panicali et elle se déplace dans les villages d'Azilonu et de Zigliara le soir du Vendredi Saint pour célébrer dans chaque église la descente au tombeau du Rédempteur.

Ironie de l'histoire : en reviendra-t-on à l'église de piève ?

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Tourisme à proximité: Randonnées, rivière. Site préhistorique Filitosa - Parc régional - Églises du XIIIe - vallée Taravo
  • Fabrication d'un excellent fromage de brebis "Furciulincu" que l'on peut acheter sur place.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :