Farid El Atrache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Farid El Atrache
فريد الأطرش

Description de cette image, également commentée ci-après

Farid El Atrache jouant de l'oud

Informations générales
Naissance 19 octobre 1912 (ou 1910)
Jebel Ed-Druz, Syrie Syrie
Décès 26 décembre 1974
Beyrouth, Drapeau du Liban Liban
Activité principale Chanteur, acteur, compositeur, musicien
Genre musical Musique arabe / musique classique égyptienne
Instruments Oud
Années actives 1930 - 1970
Site officiel Farid_El_Atrache.com

Farid El Atrache(فريد الأطرش) (né le 19 octobre 1915, Jebel Ed-Druz, Syrie – mort le 26 décembre 1974, Beyrouth, Liban) est un auteur, compositeur, interprète, virtuose de l'oud et acteur Syro-[1]Égyptien[2]. Avec Oum Kalthoum, Fayrouz, Mohammed Abdel Wahab et Abdel Halim Hafez, il est le plus important nom de la musique arabe du XXe siècle. Il joue dans 31 films et enregistre environ 350 chansons. Il compose aussi des chansons pour des chanteurs célèbres tels que Wadih El-Safi, Warda et Sabah. Sa voix grave et son style « triste » mèneront plusieurs chanteurs sur ses pas. Ses chansons restent très appréciées aujourd'hui.

Enfance et début de carrière[modifier | modifier le code]

Est né d'un père syrien et d'une mère libanaise[1]. Issu d'une famille druze royale qui a lutté contre les armées coloniales françaises en poste en Syrie, Farid et sa famille sont contraints de fuir vers l’Égypte en 1920. Il est initié très tôt au chant et à l'oud par sa mère. Il chante tout au long de son enfance et de son adolescence dans les fêtes d'école. Un de ses maîtres du conservatoire lui suggère de montrer ses émotions en chantant plutôt que de garder son air impassible et distant. Il lui conseille de pleurer. La tristesse de ses chants deviendra sa marque caractéristique ; il sera appelé le « chanteur triste » tout au long de sa carrière. Au conservatoire, il est l'élève du compositeur renommé Riyad as-Sunbaty.

Farid débute sa carrière professionnelle dans les années 1930 en chantant dans des radios égyptiennes privées. Il est employé comme chanteur et joueur d'oud (ou luth) par la radio nationale. Il enregistre ses premiers succès : Ya Raitni Tayr. Sa sœur Asmahan est aussi une actrice et chanteuse reconnue. Ils rencontrent le succès en 1941 avec le film Intisar al-chabab (Victoire de la jeunesse) dont Farid signe la bande originale.

Le succès[modifier | modifier le code]

Un succès si rapide entraîne le jeune homme dans une vie mondaine agitée : discothèques, affaires sentimentales et jeu deviennent son lot quotidien. Il se retrouve rapidement criblé de dettes et sa mère, désapprouvant son style de vie, rompt ses relations avec lui. À cela, s'ajoute la mort tragique de sa sœur.

Cette période sombre de sa vie le pousse à rechercher le réconfort auprès de la danseuse et actrice Samia Gamal, pour laquelle il risque tout ce qu'il possède. En 1947, il produit Habib al omr (L'amour de ma vie) dans lequel Samia et lui tiennent la tête de l'affiche. Le film rencontre un énorme succès populaire. Après 5 films, le couple se sépare en 1952 sans s'être jamais marié. Farid considère que le mariage, en tant qu'institution, détruit l'art. Nonobstant, quelques années plus tard, âgé et malade, il demandera sa main à la chanteuse égyptienne Shadia, mais changera d'avis au dernier moment, ne voulant pas faire connaître à la jeune femme un veuvage précoce.

Le succès cinématographique de Farid El Atrache se confirme de même que son succès auprès de ses partenaires féminines, dont il tombe toujours amoureux. Il tient toujours le rôle du chanteur triste et sentimental ; il garde le même nom à travers ses films : Wahid (solitaire). Le succès des films dans lesquels il joue, tient moins au scénario, qu'à ses performances musicales et à la force de sa poésie qui parle au cœur des spectateurs. Il compose des chansons très profondes, dont les plus célèbres sont Ar-Rabi (Le printemps), Awell Hamsah (premier murmure), Tutah et Raqsitil Gamal (deux pièces musicales). Certains de ses succès plus populaires et moins chargés, comme Noura Noura ou Gamil Gamal, Leyla ou Hallet layali sont toujours appréciés. Il chante également le nationalisme avec Boussat El-Rih.

En 1952, juste avant le coup d’État qui renverse le roi Farouk Ier, Farid s'éprend de la reine. Après l'exil du roi et son divorce, celle-ci retourne en Égypte pour y vivre une histoire d'amour mouvementé avec Farid. Sa famille n'accepte évidemment pas le chanteur, principalement pour des raisons politiques. Leur séparation fait sombrer le chanteur dans une longue dépression. Il tombe malade et son état de santé ne fera que s'aggraver jusqu'à sa mort qui survient à Beyrouth le 26 décembre 1974, à l'hôpital Al Hayek. Ses restes sont rapatriés en Égypte où il repose au Caire.

De nos jours[modifier | modifier le code]

Farid est encore aujourd'hui apprécié et fait partie des grands chanteurs classiques arabes. Ses chansons sont diffusées encore sur les radios arabes et ses films revus sur certaines chaines arabes (rotana zamane)

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Intisar al-chabab (1941)
  • Ahlam el chabab (1943)
  • Bolbol effendi (1946)
  • Gamal wa Dalal (1946)
  • Ma akdarshi (1946)
  • Shahr el asal (1946)
  • Habib al omr (1947)
  • Madame la diablesse (Afrita hanem) de Henri Barakat (1949)
  • Ahebbak inta (1949)
  • Akher kedba (1950)
  • Taa la salim (1951)
  • Ayza atgawwez (1952)
  • Lahn al khouloud (1952) de Henri Barakat
  • Ma takulshi la hada (1952)
  • Risalat Gharam (1954)
  • Lahn hubi (1954) de Ahmed Badrakhan
  • Oussit Hobi (1955)
  • Ahdil Hawa (1955)
  • Izhay ansak (1956) de Ahmed Badrakhan
  • C'est toi mon amour (Inta habibi) de Youssef Chahine (1957)
  • Wadda'tu hubbak (1957)
  • Maleesh Gheirak (1958)
  • Min agl hubbi (1960)
  • Shatie el hub (1961)
  • Yomun bala ghaden (1962)
  • Ressalah min emraa maghoula (1963)
  • Hikayet el omr kulluh (1965)
  • Khouroug min el guana, El (1967)
  • Hob al kabir, -Al (1969)
  • Zaman Ya Hob (1973)
  • Nagham Fi Hayati (1975)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b p81, Images of enchantment, http://books.google.com/books?id=Sd5g1ohkocAC&pg=PA81&dq=asmahan+Hasbaya#v=onepage&q=asmahan%20Hasbaya&f=false
  2. Newspaper Article by Abdel-Fadil Taha 2008-05-23 Al-Quds Al-Arabi, "وحصلت الأسرة علي الجنسية المصرية وظلت تنعم بها ومنهم اسمهان بالطبع"

Cet article a été traduit à partir de la page correspondante en anglais en:Farid el-Atrache.

Voir aussi[modifier | modifier le code]