Samia Gamal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Samia Gamal

Alias
Zainab Ibrahim Mahfuz
Naissance 5 mars 1924
Bani Swaif,
Drapeau de l'Égypte Égypte
Décès 1er décembre 1994 (à 70 ans)
Le Caire,
Drapeau de l'Égypte Égypte
Profession
danseuse orientale et actrice

Samiaa Gamal, née Zainab Ibrahim Mahfuz, en 1924 à Wana, une petite ville égyptienne, morte le 1er décembre 1994 au Caire, est une danseuse égyptienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Peu après sa naissance, sa famille partit pour Le Caire et s’installa près du bazar Khân al-Khalili. Quand Zainab a rencontré la fondatrice syro-libanaise de la danse orientale moderne, Badia Masabni, celle-ci a accepté Zainab au sein de sa compagnie de danse et lui a donné le nom de scène : Samiaa Gamal.

Samiaa Gamal a rendu plus expressive la danse orientale notamment grâce à un style d'improvisation plus libre.

Elle a travaillé sous la direction de Badiaa Masabni alors que Tahia Carioca tenait le premier rôle dans la troupe. Samiaa Gamal parvient à s'épanouir comme danseuse solo et introduit dans son style des éléments du ballet classique et la danse latino-américaine. Elle s’est mise à utiliser le voile pour danser, son professeur de danse classique, Ilamada Ivanova, lui ayant appris à l’employer pour améliorer le maintien de ses bras. Samiaa Gamal fut aussi la première danseuse orientale à danser sur scène avec des chaussures à talons hauts. Elle a également joué dans de nombreux films (notamment Ali Baba et les Quarante voleurs avec Fernandel).

Samia Gamal fit la rencontre de Farid El Atrache et ils tombèrent amoureux l’un de l’autre. Farid El Atrache et Samia Gamal jouèrent ensemble en 1949 dans Ahebbak inta (C'est toi que j'aime) d'Ahmed Badrakhan. La même année, le roi Farouk proclama Samia Gamal « danseuse nationale d'Égypte ». Dans le film Madame la diablesse (Afrita anem) d'Henry Barakat, Samia joue un double rôle, celui de Semsema, la danseuse, et celui de la femme djinn Kahramana.

Farid El Atrache et Samia Gamal sont devenus un tandem bien connu des films égyptiens. Mais leur liaison n'a pas duré, et après leur séparation, elle a joué dans des films internationaux tels que la La Vallée des Rois (1954).

Samia Gamal a épousé en 1952 Sheppard King, un millionnaire texan du pétrole, qui s’est converti à l’islam. Cela a considérablement augmenté la popularité de la danseuse égyptienne, alors qu'elle faisait régulièrement la une des journaux, mais leur mariage ne dura pas longtemps. En 1958, elle se maria avec Rushdy Abaza (en), un des acteurs égyptiens arabes les plus célèbres, avec qui elle a tenu ensuite le premier rôle dans de nombreux films.

Filmographie[1][modifier | modifier le code]

  • Bint el hetta, 1964
  • Tarik al shaitan, 1963
  • Waada el hub, 1961
  • El nagham el hazine, 1960
  • El rajul el thani, 1960
  • Sukkar hanem, 1960
  • Kull daqqa fi qalbi, 1959
  • Rendez-vous avec un inconnu, 1959
  • Le Fils du cheik, 1957
  • Ahl el hawa, 1955
  • Le trésor des pharaons, 1955
  • Sigarah wa kas, 1955, dans le rôle de Hoda Gamal
  • Le monstre, 1954, de Salah Abou Seif
  • Nachala hanem, 1954
  • Raqsat al-wadah, 1954
  • Ali Baba et les 40 voleurs, 1954, de Jacques Becker, dans le rôle de Morgiane
  • La vallée des rois, 1954, de Robert Pirosh
  • Ketar el lail, 1953, dans le rôle de Samia
  • Ne le dites à personne, 1952, d'Henry Barakat, dans le rôle de Wela'a
  • L'étreinte de mon aimée, 1951
  • La vengeance de l'être aimé, 1951
  • Viens me saluer, 1951, d'Helmy Rafla, dans le rôle de Sukkara
  • Amir el antikam, 1951
  • Asmar wa jamil, 1950
  • El sakr, 1950, dans le rôle de Leila
  • Sitt al hosn, 1950
  • L'épervier du Nil, 1950
  • Akher kedba, 1950, dans le rôle de Samira
  • Ahebbak inta, 1949, dans le rôle de Nadia
  • Bint haz, 1949
  • Vacances en enfer, 1949
  • Mademoiselle diable, 1949, d'Henry Barakat, dans le rôle de Kahramana / Semsema
  • El mughamer, 1948
  • Sahibat el amara, 1948
  • El ahdab, 1947
  • El ersane talata, 1947
  • Habib al omr, 1947, dans le rôle de Toutah
  • Ahmar shafayef, 1946
  • El hub el awal, 1945
  • L'Être humain, 1945
  • Taxi hantur, 1945
  • Qui est le criminel, 1944
  • Russassa fil kalb, 1944
  • Ali Baba wa al arbain harame, 1942
  • Gawhara, 1942
  • Victoire de la jeunesse, 1941


Notes et références[modifier | modifier le code]