Famagouste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Famagouste
grec moderne : Αμμόχωστος
turc : Gazimağusa
Image illustrative de l'article Famagouste
Administration
Pays Drapeau de Chypre Chypre
District De jure : Drapeau de Chypre Famagouste
De facto : Drapeau de la République turque de Chypre du Nord Gazimağusa
Indicatif téléphonique (357) 22
Démographie
Population 42 526 hab. (30 avril 2006 SPO census)
Géographie
Coordonnées 35° 06′ 54″ N 33° 56′ 33″ E / 35.114959, 33.94251835° 06′ 54″ Nord 33° 56′ 33″ Est / 35.114959, 33.942518  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chypre

Voir la carte administrative de Chypre
City locator 14.svg
Famagouste

Géolocalisation sur la carte : Chypre

Voir la carte topographique de Chypre
City locator 14.svg
Famagouste

Famagouste (en grec : Αμμόχωστος / Ammóchostos ; en turc, Gazimağusa) est une ville et un port de Chypre, sur la côte est. Sa population est de 39 000 habitants.

Nom[modifier | modifier le code]

Son nom dériverait du terme grec ammochostos, qui signifie caché dans le sable.

Situation[modifier | modifier le code]

Famagouste est une ville située à l'est de Chypre, centre administratif du secteur du même nom et sous contrôle de la République turque auto-proclamée du Nord de Chypre, qui n'est pas reconnue par les États membres de l'ONU, sauf par la Turquie.

Son port maritime est un lieu d'exportation d'agrumes et autres produits agricoles.

Histoire[modifier | modifier le code]

À proximité, se trouvent les ruines de l'ancienne ville de Salamine de Chypre, détruite autour de 647.

Fondée vers 300 avant J.-C. sur le site antique d'Arsinoe, Famagouste est restée un petit village de pêcheurs pendant une longue période. Plus tard, en raison de l'évacuation progressive de Salamis, elle s'est développée en petit port, qui avec les siècles a pris de l'importance jusqu'à devenir un des ports de commerce les plus importants de la Méditerranée[1].

Sous le règne des Lusignan elle servit à partir de 1372 de point d'appui aux Gênois, puis échut en 1489 aux Vénitiens. En 1570, alors qu'elle était leur plus formidable forteresse en Méditerranée orientale, la ville fut attaquée par les Ottomans. Au terme d'un long siège et en dépit des assurances données par les assiégeants de lui garantir la vie sauve s'il se rendait, le commandant vénitien Marco Antonio Bragadin fut écorché vif. L'outrage conduisit à la formation de la flotte de la Sainte-Ligue[2] qui l'emporta sur les Ottomans à Lépante. En dépit de cette victoire, les Vénitiens reconnurent la souveraineté des Ottomans sur Chypre lors de la paix du 7 mars 1573.

Durant la période ottomane, l'île de Chypre fut utilisée comme lieu de bannissement pour dignitaires déchus ou personnages indésirables, et en particulier la ville de Famagouste était devenue « little more than a prison »[3]. Au nombre des prisonniers les plus célèbres de la ville il faut compter Subh-i Azal, le successeur du Bab, fondateur du Babisme[4].

Passée sous domination britannique de 1878 à 1960, la ville nouvelle (Varosha) devient un grand centre touristique balnéaire jusqu'à l'invasion et à l'occupation turque de l'île en 1974. Les habitants chypriotes grecs sont alors chassés et la ville nouvelle est abandonnée, devenant dès lors une ville fantôme. Famagouste (tant l'ancienne ville que la nouvelle) est depuis située de facto en Chypre du Nord.

Sports[modifier | modifier le code]

L'équipe de football de la ville, qui s'est expatriée à Larnaca tout en conservant le nom et les couleurs originelles, a disputé la Ligue des Champions en 2008-2009 pour la 1re fois de son histoire.

Monuments[modifier | modifier le code]

Ruines du couvent des carmes de Famagouste.
  • Les remparts, d'une hauteur de 17 mètres et d'une épaisseur de 9 mètres, furent érigés par les Lusignan puis consolidés par les Vénitiens au XVIe siècle. Ils enferment la vieille ville où se trouve la plupart des autres monuments.
  • La cathédrale (aujourd'hui mosquée) Saint-Nicolas (Hagios Nikolaos), d'architecture gothique française, fut bâtie au début du XIVe siècle lorsque Chypre était "franque" (États latins d'Orient). Ses tours furent détruites lors des bombardements du siège de 1570-1571. Sitôt Famagouste tombée entre leurs mains, les Ottomans la transformèrent en mosquée et lui greffèrent un minaret.

Personnalités liées à Famagouste[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Photos[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fabrizio Frigerio, « Un plan manuscrit inédit du XVIe siècle du port de Famagouste » .-Πρακτικά του Β Διεθνούς Κυπρολογικού Συνεδριου [Actes du deuxième Congrès international d'Etudes chypriotes], Nicosie, 1986, t. II, p. 297-302 e Tables I-XI.
  2. Fabrizio Frigerio, "Une relation de 1572 sur la guerre de Chypre et la Sainte Ligue".- Κυπριακαί Σπουδαί [Etudes chypriotes], Nicosie, 1980, t. 44, p. 91-106.XI.
  3. Sir G. Hill, A History of Cyprus, Cambridge, 1952, vol. IV, p. 253, note 4.
  4. Fabrizio Frigerio, "Un prisonnier d'État à Chypre sous la domination ottomane : Soubh-i-Ezèl à Famagouste", Πρακτικά του Γ Διεθνούς Κυπρολογικού Συνέδριου [Actes du IIIe Congrès International d'Etudes Chypriote], Nicosie, 2001, vol. 3, p. 629-646.
  5. « Saint Pierre Thomas », sur Nominis, nominis.cef.fr (consulté le 23 janvier 2014)