Eugène Olivier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olivier.
Eugène Olivier
{{#if:
Image illustrative de l'article Eugène Olivier
Contexte général
Sport pratiqué Escrime
Arme épée, fleuret
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 17 septembre 1881
Lieu de naissance Paris
Décès 5 mai 1964
Palmarès
Jeux olympiques 1 1

Eugène Olivier, né le 17 septembre 1881 à Paris et mort le 5 mai 1964 à Paris, est un ancien escrimeur, médecin et collectionneur français. Membre de l'équipe de France d'épée, il est champion olympique par équipe dans cette discipline en 1908[1]. Il remporte également la médaille de bronze dans le concours individuel.

Il est membre fondateur et le premier président du Paris Université Club (P.U.C.).

Docteur ès Sciences et professeur agrégé d'Anatomie, il est élu membre libre de l'Académie de Chirurgie en 1953.

Héraldiste et philatéliste, président de l'Académie de philatélie de 1957 à 1964, il a rassemblé des collections de timbres, de marques postales, d'ex-libris et de reliures armoriées, et est le coauteur d'un Manuel de l'amateur des reliures armoriées françaises en 30 volumes.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Biographie[modifier | modifier le code]

Le médecin[modifier | modifier le code]

Fils d’un médecin accoucheur, ancien interne des hôpitaux de Paris, Eugène Olivier fait ses études secondaires au Collège Stanislas. Marqué par trois générations de médecins et officiers de santé avant lui, il embrasse la carrière médicale. C’est à l’hôpital Saint-Louis qu’externe des hôpitaux de Paris (1901), il apprend du professeur Louis Ombrédanne les bases de la chirurgie et de l’anesthésie. Il réussit l’internat en 1906 et au cours de ces années il noue des relations d’amitié avec le futur professeur Henri Mondor. Il devient chef de clinique chirurgicale adjoint à la Faculté de médecine de Paris en 1912. Sa thèse sur l’ Anatomie topographique et chirurgie du thymus est couronnée par la Faculté de Médecine de Paris et par l’Académie de Médecine, Prix Godart 1913. Ce travail fut parmi les premiers à traiter de la chirurgie d’une glande à sécrétion interne faite en se basant sur une étude de l’anatomie.

Pendant la Première Guerre mondiale, il est affecté au Centre de Fistuleux osseux du Mont-des-Oiseaux à Hyères, et au Centre de rééducation et d’appareillage des Tirailleurs Marocains à San-Salvadour, et est fait Chevalier de la Légion d’Honneur à titre militaire en 1919.

Il obtient le titre de Docteur ès Sciences, ainsi que celui d’agrégé des facultés de médecine (section anatomie) en 1923, après une thèse sur Les rapports entre la morphologie du thymus et sa vascularisation artérielle. Il est en exercice à Lille de 1923 à 1926, puis à Paris. Professeur sans chaire en 1934, chef des travaux anatomiques de la faculté en 1939, il est professeur d’Anatomie de 1946 à 1952, prenant la succession du Professeur Henri Rouvière. Il est également Professeur d’Anatomie à l’Institut d’Éducation Physique de l’Université de Paris à partir de 1932, dont il devient Directeur en 1942. Il est promu Officier de la Légion d’Honneur en 1939, au titre du Ministère de l’Éducation Nationale. Médecin-expert près les tribunaux depuis 1927, il est aussi membre de la Société de Médecine Légale de Paris, et ancien Président de la Société Française d’Histoire de la Médecine.

Il a publié plusieurs ouvrages médicaux de référence, dont les plus importants sont le Traité d’Ostéologie humaine en collaboration avec le Dr Dufour, une Anatomie de la tête et du cou, une Anatomie de l’abdomen, et une Anatomie du Thorax. Ce sont ces travaux anatomiques et leur intérêt chirurgical qui lui ont valu d’être élu membre libre de l’Académie de Chirurgie en 1953.

Le sportif[modifier | modifier le code]

Eugène Olivier pratique l’escrime (épée et fleuret) de manière intensive pendant ses études de médecine. Il est membre de l’équipe de France de 1905 à 1913. Son style de gaucher est énergique et offensif. Il devient champion olympique à l’épée par équipes avec la France en 1908 à Londres. Il remporte la médaille de bronze dans le concours individuel, en dominant le britannique Robert Montgomerie, et est seulement devancé par ses camarades de l’équipe de France, Gaston Alibert et Alexandre Lippmann. Il ne peut participer aux Jeux Olympiques de Stockholm en 1912, car la France, mécontente des règles appliquées aux compétitions, se retire des épreuves d’escrime quelques jours avant leur début.

Il est membre fondateur et premier Président du P.U.C (Paris Université Club) dès sa création le 1er Mai 1906. Sous sa présidence, le club obtient ses premières subventions, la mise à disposition de terrains d’entrainement, et se développe pour atteindre plus de mille adhérents en 1912. Il remporte la médaille d’argent au Championnat International Universitaire de 1907 avec l’écusson violet de son nouveau club cousu sur la manche.

Le collectionneur[modifier | modifier le code]

Intéressé par tout ce qui comporte les armoiries, il a réuni une vaste collection de reliures et de livres armoriés, ce qui l’a amené à rédiger un Manuel de l’amateur de reliures armoriées françaises en 30 volumes avec la collaboration de Georges Hermal et du capitaine R. de Roton. Il a en parallèle assemblé une collection de plus de vingt cinq mille ex libris. Il a été président de la Société française d'héraldique et de sigillographie de 1944 à 1951.

Il s’est aussi passionné pour les marques postales puis pour les timbres entiers. Il a été président de l’Académie de philatélie de 1957 à 1964, dont il a initié la revue Documents Philatéliques. Membre de la Commission de consultation pour les timbres au Ministère des Postes et Télécommunications, il a été fait Officier du Mérite Postal.

Également collectionneur d’images populaires, d’autographes, de bagues de cigares, et autres papiers sans valeur commerciale, il a présidé la société du Vieux Papier de 1928 à 1962.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Anatomie de la tête et du cou (en collaboration avec le Docteur Raison pour le système dentaire), Paris, A. Legrand, 1936.
  • Anatomie de l’abdomen, Paris, A. Legrand et J. Bertrand, 1945.
  • Anatomie du thorax, Paris, A. Legrand et J. Bertrand, 1946.
  • Traité d’Ostéologie Humaine (en collaboration avec le Docteur Dufour), Paris, Maloine, 1946.
  • L’appareil hyoïdien, son ossification complète chez l’homme, Paris, Louis Arnette, 1923.
  • Manuel de l’amateur de reliures armoriées françaises (en collaboration avec Georges Hermal et pour les planches le capitaine R. de Roton), Paris, C. Bosse, 1924-1931, 30 volumes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jeux olympiques d'été de 1908 à Londres (Grande-Bretagne) en escrime sur databaseOlympics.com (consulté le 3 août 2008)

Liens externes[modifier | modifier le code]