Essai cinématographique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

De par son héritage littéraire, l'essai au cinéma se définit comme étant une démarche introspective, c’est-à-dire une expérience dont le but est de prendre la mesure de sa propre pensée. Didier Coureau écrit dans l'ouvrage collectif intitulé L'essai et le cinéma [1] que l’essai est une forme qui pense. Il définit l’essai au cinéma comme étant une « poétique de la pensée » ou une « noosphère filmique ». Toujours dans ce même ouvrage, l’essence même d’un essai serait, selon José Moure, de « disposer de la masse désordonnée du savoir, de prendre un morceau à côté d’un autre et d’essayer de les faire aller ensemble, d’inventer des allusions au concevable, de trouver une part de vérité dans l’illusion ou dans le rêve ».

En France, Chris Marker, Alain Resnais, Jean-Luc Godard, sont, au cinéma, souvent définis comme des essayistes. Les notions d'engagement (politique, social, humain, existentiel, vital), d'expérience (vécue et formelle) s'y retrouvent comme en littérature. Mais il faudra aussi s'interroger sur la sphère poétique, le mouvement (la pensée, le voyage), ou encore le fragment pour mieux être à même d'en saisir l'essence.

L'essayiste n’est en aucun cas gouverné par des règles établies. Jean-François Lyotard écrit que « l’essayiste et l’artiste travaillent sans règle afin d’établir les règles de ce qui aura été ». C’est pour cela qu’on a l’habitude de dire que l’essai est une œuvre postmoderne, une œuvre au futur (post) antérieur (modo). Le cinéaste essayiste est donc par essence un cinéaste postmoderne.

Exemples de dispositifs[modifier | modifier le code]

Le principe d’incertitude[modifier | modifier le code]

En partant de faits, d'images ou de signes, le réalisateur d'essais s'inspire parfois de l'approche structuraliste de Roland Barthes en confrontant ou rapprochant plusieurs phénomènes qui font généralement l'objet d'une distanciation rigoureuse. C'est le cas de Radovan Tadic lorsque ce dernier réalise Petits morceaux choisis. Son approche ressemble plus à celle d’un philosophe structuraliste ou d’un physicien quantique qu’à celle d’un journaliste qui informe preuves à l’appui.

Contrairement à un historien ou à un journaliste, l'essayiste s'autorise à considérer, par exemple, deux états corrélés de notre histoire contemporaine, et essaie de démontrer, que même si l’Histoire n’est pas régie par un déterminisme classique, et que s’il existe une somme quasi infinie de chemins possibles qui relient ces deux événements, il existe bien un (ou des) chemin(s) le(s) plus probable(s). Il identifie ce (ou ces) chemin(s), et explique quels sont les processus qui permettent de l’affirmer : c’est le principe d’incertitude.

Le montage poétique[modifier | modifier le code]

Ici, c'est le fragment et la répétition des mouvements qui prédominent. Ce type de montage est appelé : le montage poétique ou montage à contrepoint. Il ne s’agit pas que d’un simple procédé. Selon Pelechian, lui-même : « L'expression du sens acquiert alors une portée bien plus forte et plus profonde que par collage direct. L'expressivité devient alors plus intense et la capacité informative du film prend des proportions colossales ».

Afin de mieux aborder ce dispositif, il est conseillé de visionner Konets et Les saisons d’Artavazd Pelechian. Dans Les mardis de la FEMIS Artazvad Pelechian explique, chiffres à l'appui, comment il crée ce dispositif[2].

Essais cinématographiques[modifier | modifier le code]

Parmi les essais cinématographiques, on peut citer :

Cinéastes essayistes[modifier | modifier le code]

D'autres cinéastes peuvent s'ajouter à la liste des cinéastes essayistes :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites dédiés à des cinéastes essayistes[modifier | modifier le code]

Sites consacrés à des essais cinématographiques[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'essai et le cinéma (coll. Or d'Atalant, Éd. Champ-vallon sous la direction de Suzanne Liandrat-Guigues et Murielle Gagnebien). Avec :
  1. Essai de définition de l’essai au cinéma par José Moure.
  2. L’essai cinématographique et ses transformations expérimentales par Guy Fihman.
  3. Lire entre les images par Christa Blümlinger.
  4. Le scénario de fiction comme essai philosophique par Claire Mercier.
  5. Entre utopie et hérésie. Quelques remarques à propos de la notion d’essai par Alain Ménil.
  6. De la falsification inventive ou l’art de l’essai cinématographique par Murielle Gagnebin.
  7. Art et essai par Denis Lévy ; L’essai, forme de l’entre-deux par Diane Arnaud.
  8. L’essai à la limite de la terre et de l’eau par Cyril Neyrat.
  9. Les Arabesques sur le thème de Pirosmani de Paradjanov. Autoportrait d’un cinéaste en peintre ? par Sylvie Rollet.
  10. « Les rejetés de la jetée ». Va-et-vient et « bouts d’essai » par Fabienne Costa.
  11. Une forme qui pense par Suzanne Liandrat-Guigues.
  12. Bloc-notes d’un clown. L’essai négatif selon Fellini par Christophe Deshoulières.
  13. Poétique filmique de la Noosphère (Jean-Luc Godard, Chris Marker, 1982-2001) par Didier Coureau.
  14. Le droit à l’essai par Jean Durançon.
  15. Un essai transformé par Jean-Louis Leutrat.
  • Jean-Luc Godard par Jean-Luc Godard - Tome 1 - 1950 à 1984 (Éd. Cahiers du cinéma) écrit par JLG.
  • Jean-Luc Godard par Jean-Luc Godard - Tome 2 - 1984 à 1998 (Éd. Cahiers du cinéma) écrit par JLG.
  • Histoire(s) du cinéma - Tome 1 (Éd. Gallimard-Gaumont) écrit par JLG.
  • Histoire(s) du cinéma - Tome 2 (Éd. Gallimard-Gaumont) écrit par JLG.
  • Histoire(s) du cinéma - Tome 3 (Éd. Gallimard-Gaumont) écrit par JLG.
  • Histoire(s) du cinéma - Tome 4 (Éd. Gallimard-Gaumont) écrit par JLG.
  • Chris Marker (coll. Les petits Cahiers, Éd. Cahiers du cinéma) écrit par Bamchade Pourvali.
  • Chris Marker, écrivain multimédia ou Voyage à travers les médias (Éd. L'Harmattan) écrit par Guy Gauthier.
  • L'entre-images 2 (coll. Trafic, Éd. P.O.L) écrit par Raymond Bellour.
  • Ivens, Marker, Godard, Jarman : Erinnerung im Essayfilm (coll. Wilhelm Fink Verlag) écrit par Christina Scherer.
  • Je n’avais nulle part où aller (coll. Trafic, Éd. P.O.L) écrit par Jonas Mekas.
  • Les mardis de la FEMIS (coll. : Confrontations, Éd. FEMIS) confrontations avec Raymond Depardon, Daniel Humair, Emir Kusturica, Artazvad Pelechian, Claude Regy, Alain Rocca, Martin Scorsese.

DVD[modifier | modifier le code]

  • La Jetée de Chris Marker (ARTE Vidéo).
  • Sans soleil de Chris Marker (ARTE Vidéo).
  • Le Tombeau d'Alexandre de Chris Marker (ARTE Vidéo).
  • Chats Perchés de Chris Marker (ARTE Vidéo).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. coll. « Or d'Atalant », Éd. Champ-vallon sous la direction de Suzanne Liandrat-Guigues et Murielle Gagnebien
  2. Le livre est en libre accès à la BiFi (cote : 50.02 CON). Il est impossible de l'acheter.

Voir aussi[modifier | modifier le code]