Emmanuel Nunes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nunes.

Emmanuel Nunes, né le 31 août 1941 à Lisbonne et mort le 2 septembre 2012 à Paris[1], est un compositeur portugais, installé en France depuis 1964. Il fut professeur de composition musicale au CNSMDP de Paris de 1992 à 2006.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emmanuel Nunes a étudié l'harmonie et le contrepoint à l'Académie de musique de Lisbonne avec Francine Benoît ainsi que la philologie grecque et allemande et la philosophie à l'université[2]. Il a participé aux Internationale Ferienkurse für Neue Musik de Darmstadt donnés par Pierre Boulez (1965) et Henri Pousseur (1964). Il suit les cours de composition d'Henri Pousseur et de Karlheinz Stockhausen à Cologne.

En 1971, il est titulaire d'un Premier Prix d´esthétique musicale dans la classe de Marcel Beaufils au Conservatoire national supérieur de musique. Il a entrepris une thèse de musicologie à la Sorbonne sur Anton Webern[3].

Il enseignait depuis les années 1980 à la Fondation Gulbenkian de Lisbonne, à l'université Harvard, au Conservatoire de Paris et aux cours de Darmstadt. De 1986 à 1992, il enseignait la composition à la Musikhochschule de Fribourg-en-Brisgau.

Nunes est nommé officier des Arts et des Lettres en 1986.

De 1992 jusqu'en 2006, Nunes a été professeur de composition musicale au CNSMDP.

Choix d'œuvres[modifier | modifier le code]

  • Degrés, pour trio à cordes (1965)
  • Seuils, pour grand orchestre (1966-1967, rév. 1977)
  • Le Voile tangent, pour quatuor à cordes (1967)
  • Litanies du feu et de la mer no 1 (1969) et no 2 (1971), pour piano
  • Omens, pour 9 instruments (1972, rév. 1975)
  • Fermata, pour orchestre et bande magnétique (1973)
  • Nachtmusik, pour alto, violoncelle, clarinette basse, cor anglais, trombone, et 3 synthétiseurs (1973-1977)
  • Voyage du corps (1re partie), pour 28 voix mixtes en 7 quatuors, 3 x 2 modulations d'amplitude et bande magnétique (1974-1976)
  • Es webt, pour 21 cordes et 13 vents (1973-1975)
  • Minnesang, pour 12 voix mixtes (1976)
  • 73 Oeldorf 75, pour 3 bandes magnétiques et 2 orgues électriques (1975)
  • Einspielung I, pour violon seul (1979)
  • Einspielung II, pour violoncelle seul (1980)
  • Einspielung III, pour alto seul (1981)
  • Nachtmusik II, pour orchestre (1982)
  • Stretti, pour 2 orchestres (1983)

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Nunes, textes réunis par Peter Szendy, Paris/Montréal, L’Harmattan / IRCAM centre Georges Pompidou, collection Compositeurs d'aujourd'hui, 1998 - ISBN 2738462502
  • Béranger, Sébastien. 2006. "Nachtmusik I - Petite musique de nuit selon Emmanuel Nunes", In Musimédiane no 2, http://www.musimediane.com/article.php3?id_article=48
  • Hélène Borel, Alain Bioteau et Eric Baubresse, Emmanuel Nunes, compositeur portugais XXe siècle, Paris, Fundaçao Calouste Gulbenkian, collection Présences portugaises en France, 2001

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Morreu o compositor Emmanuel Nunes
  2. Biographie, BRAHMS, Ircam.
  3. Biographie, BRAHMS, Ircam

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]