Cimetière monumental de Staglieno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cimetière monumental de Staglieno
Cimitero monumentale di Staglieno
Image illustrative de l'article Cimetière monumental de Staglieno
Vue ancienne du cimetière
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Ligurie
Ville Gênes
Religion(s) catholicisme, protestantisme, judaïsme
Superficie 33 hectares
Mise en service 1851
Coordonnées 44° 25′ 48″ N 8° 57′ 00″ E / 44.430087, 8.949973 ()44° 25′ 48″ Nord 8° 57′ 00″ Est / 44.430087, 8.949973 ()  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Cimetière monumental de Staglieno

Géolocalisation sur la carte : Gênes

(Voir situation sur carte : Gênes)
Cimetière monumental de Staglieno
Le panthéon de style romain et devant, la statue de la Foi de Santo Varni

Le Cimetière monumental de Staglieno, en italien le cimitero monumentale di Staglieno, est la plus grande nécropole de Gênes et un des plus grands cimetières d'Europe.

Il se situe dans le Val Bisagno, territoire de la municipalité de Gênes (Municipio IV - Genova Media Val Bisagno) qui comprend le quartier de Staglieno.

Histoire[modifier | modifier le code]

Son projet remonte à 1835 à la suite du climat créé par l'édit du gouvernement de Napoléon, signé à Saint-Cloud et entré en vigueur le 2 juin 1804, dans lequel on interdisait à l'avenir les sépultures dans les églises et dans les centres habités, au profit de cimetières nouveaux installés en dehors du centre des villes.

Le projet original de l'architecte Carlo Barabino fut approuvé par la Commune de Gênes. Barabino toutefois mourut la même année à cause de l'épidémie de choléra qui avait frappé la ville et le projet fut transmis à son collaborateur et élève Giovanni Battista Resasco (la place de l'entrée secondaire du Camposanto rappelle aujourd'hui son nom).

Le quartier de Staglieno sembla le plus indiqué pour la construction d'un cimetière puisqu'il était peu habité et, en même temps, extérieur et peu éloigné du centre ville.

Les travaux commencèrent en 1844 et l'ensemble fut ouvert au public en 1851.

Après divers agrandissements au fil du temps, il comprend aujourd'hui une surface d'environ de 330 000 m2 et inclut aussi un cimetière anglais (où on trouve la tombe de la femme d'Oscar Wilde, Mary Constance Lloyd), un cimetière protestant et un cimetière juif.

Au milieu des nécropoles se trouve un grand espace ou est érigée la statue de la Foi, haute de neuf mètres, du sculpteur Santo Varni, et au sommet d'une imposant perron, se profile un Panthéon (copie du Panthéon de Rome) avec son très beau pronaos de colonnes en style dorique, flanqué de deux statues de marbre représentants les prophètes bibliques Job et Jérémie.

Le photographe français Bernard Pierre Wolff réalise dans le cimetière des photographies de monuments funéraires réalisés par des sculpteurs célèbres, dont certaines ont été utilisées par le groupe new wave anglais Joy Division pour son album Closer (1980) et pour le single Love Will Tear Us Apart.

Tombeaux remarquables[modifier | modifier le code]

Le long de la colline qui domine se trouvent, le long du chemin, les chapelles monumentales en style gothique, byzantine, néo-égyptienne, Liberty, mésopotamien ou néoclassique. Le cimetière comporte les tombeaux de personnages célèbres comme Giuseppe Mazzini, Gilberto Govi, Nino Bixio, Fabrizio De André, Stefano Canzio, Ferruccio Parri.

Carlo Rubatto, sculpteur néoclassique, produisit de nombreuses statues pour les tombeaux.

Personnalités reposant au cimetière[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]