Chromite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chromite[1]
Catégorie IV : oxydes et hydroxydes[2]
Chromite

Chromite
Général
Nom IUPAC tétraoxyde de dichrome et de fer
Numéro CAS 1308-31-2
Classe de Strunz 4.BB.05
Formule brute Cr2FeO4FeCr2O4
Identification
Masse formulaire[3] 223,835 ± 0,004 uma
Cr 46,46 %, Fe 24,95 %, O 28,59 %,
Couleur noir; brun noir; brun
Classe cristalline et groupe d'espace Hexoctahedrique - F d3m
Système cristallin cubique
Réseau de Bravais Faces centrées F
Macle {111} (macle spinelle)
Clivage aucun
Cassure irrégulière; conchoïdale
Habitus cristaux octaédriques, parfois cubiques ou dodécaèdriques
Faciès cristaux rares, essentiellement agrégat massif ou grenu
Échelle de Mohs 5,5
Trait brun; noir
Éclat submétallique; gras
Propriétés optiques
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence opaque
Propriétés chimiques
Densité 4,5 - 4,8
Propriétés physiques
Magnétisme faible
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La chromite est une espèce minérale du groupe des spinelles, de formule FeCr2O4 avec des traces de Mg;Mn;Zn;Al. Les rares cristaux peuvent atteindre un centimètre[4]. Elle forme une série avec l’hercynite d'une part et avec la magnésiochromite d'autre part.

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrite en 1797 par Louis-Nicolas Vauquelin[5] mais c'est la description de Wilhelm Karl Ritter von Haidingeren 1845 qui fait référence. L'étymologie dérive de sa composition chimique riche en chrome.

Topotype[modifier | modifier le code]

Bastide de la Carrade, Gassin, Var, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France

Cristallographie[modifier | modifier le code]

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

La chromite peut être substituée complètement par l’hercynite (FeAl2O4) et par la magnésiochromite (MgCr2O4). Aussi, les cations de Fe sont souvent remplacés par des cations de Mg et les cations de chrome peuvent être substitués par Al.

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Autunite (Leymerie)
  • Beresofite (Simpson) [6]
  • Chromoferrite Chapman (1843)
  • Chrompicotite (Lacroix 1910)Etymologie : du métal dominant: le chrome et dédicace au Naturaliste Picot de Lapeyrouse.
  • Donathite (Donath 1931) décrit à Ramberget, ile d'Hestmona (Hestmannøy; Hestmandö), Rødøy, Norvège[7].
  • Eisenchrome (Beudant 1832)
  • Fer chromaté (Haüy 1801)
  • Fer chromaté aluminé (Vauquelin 1800)
  • Fer chromé
  • Ferrochromate
  • Ferrochromite
  • Sidérochrome (Huot 1841)

Variétés[modifier | modifier le code]

  • Alumochromite : Chromite riche en aluminium pour une ratio chrome aluminium de 3:1 à 1:1, de forumle idéale Fe(Cr,Al)2O4
Trouvée à
Kempirsai, Oural, Province d'Aktobe (Aqtöbe Oblysy; Aktubinskaya Oblast'), Kazakhstan
Mine de Saranovskii (Saranovskoe), Gornozavodskii, Permskaya Oblast', Moyen-Oural, Russie
Jasenie, Région de Banská Bystrica, Slovaquie[8]
Sur la Lune, Mer de la tranquillité.
  • Alumoberezovite
  • Berezovskite
  • Ferrian Chromite
  • Titanian Chromite

Gîtologie[modifier | modifier le code]

  • La chromite est souvent un minéral accessoire des roches magmatiques et ultrabasiques.
  • Présent dans les roches lunaires
  • Présent dans de très nombreuses météorites sauf dans les chondrites carbonées.

Minéraux associés[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dana's System of Mineralogy, 7th. Ed.,7TH,V.1,709(1944)
  2. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. (en) John W. Anthony, Richard A. Bideaux, Kenneth W. Bladh et Monte C. Nichols, The Handbook of Mineralogy : Halides, Hydroxides, Oxides, vol. III, Mineral Data Publishing,‎ 1997
  5. Vauquelin (1800), Bull. soc. philom.: 55: 57.
  6. Simpson (1920), Mineralogical Magazine: 19: 99.
  7. Donath, M. (1931): Zinc-bearing chromite. American Mineralogist. 16, 484-7.
  8. Koděra, M. et al., 1986 a 1990 : Topografická mineralógia Slovenska, diel 1- 3, Veda – Vydavateľstvo SAV, Bratislava, 1990, 1 – 1590