Charles Galtier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Galtier.

Charles Galtier

Naissance 15 janvier 1913
Eygalières
Décès 1er janvier 2004 (à 90 ans)
Saint-Rémy-de-Provence

Charles Galtier est un écrivain français né le 15 janvier 1913 à Eygalières dans les Bouches-du-Rhône, décédé à Saint-Rémy-de-Provence le 1er janvier 2004.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était maréchal-ferrant et écrivait déjà des farces et des comédies à Eygalières. D’abord enseignant, Charles Galtier a été chargé de mission par les Musées de France et le Musée des Arts et Traditions populaire en 1959, dans le cadre du centenaire de Mirèio, puis attaché de recherches au CNRS[1] en 1960. Il fut également conservateur du musée Frédéric Mistral de Maillane.

Il a obtenu le grade de Docteur Es-Lettres pour sa thèse intitulée Vallabrègues : un village de vanniers soutenue à l'Université de Montpellier en février 1968 devant un jury composé de Charles Camproux (Président), Georges-Henri Rivière et Jean Servier (assesseurs).

Majoral du Félibrige, il a été le premier lauréat du Prix Frédéric Mistral en 1946 avec deux recueils de poèmes La Dicho dóu Caraco (« la chanson du bohémien ») et Dire Ninoi pèr la Ninèio (« Naïveté pour les enfants ») ainsi qu'un drame, Li Quatre Sèt (« Carré de Sept »).

Il est l’auteur de plus d’une centaine de récits, pièces de théâtre et nouvelles en provençal et de monographies de recherches sur la culture provençale.

Œuvre poétique[modifier | modifier le code]

  • Lou Creirès-ti ?…, le croirez-vous ?…, poème provençal, traduction française en regard, Marsyas, 1949.
  • Bucoliques baussenques, poèmes en prose, Les Livres de Louis Jou, 1954.
  • Nous n'irons pas à Compostelle, Les Poètes de la Tour, 1963.
  • Dins l'espèro dòu vent, dans l'attente du vent, poèmes provençaux, traduction française en regard, GEPEA, 1965.
  • Et Caïn fut laboureur, Les poètes de la Tour, 1965.
  • Sur le tronc d'un bouleau, poèmes, Les poètes de la Tour, 1965.
  • Sèt saume de la sereneta, L'Astrado, 1970.
  • La Dicho dòu caraco, la chanson du bohémien, poèmes provençaux, traduction française en regard, L'Astrado, 1974.
  • Le jeu de la Tarasque, fable musique, 1985.
  • Tros, fragments, illustration de Justin Grégoire, L'Astrado, 1986.
  • Lou Brande di Mestié, la ronde des Métiers, Ion Creanga, Bucarest, et Grandir, Orange, 1986.
  • Un jour de Mai, un jour de plus, fondation Louis Jou, 1988.
  • Lis alo de l'aucèu, li racino de l'aubre, les ailes de l'oiseau, les racines de l'arbre, illustrations de Gérald Sorel, Les Cahiers de Garlaban, 1989.
  • Premiero Garbo, poèmes, frontispice de Rose Boiron, L'Astrado, 1991.
  • Comptine de la pintade - Ah! qu'est-il donc arrivé - La chanson des grenouilles - Un et un font deux - Un oiseau sur un pommier, albums pour les enfants, gravures sur bois de Ana Chechile, Grandir, 1991.

Théâtre, Radio et Télévision[modifier | modifier le code]

  • 1954 : Pastorale de Provence, en collaboration avec Claude Barma et Pierre Nivollet, émission dramatique télévisée.
  • 1955 : Carré de sept, drame en 3 actes, Prix du Théâtre de la Société des Auteurs 1955. Comédie de Provence. Théâtre Hébertot. Studio des Champs-Elysées. Mise en scène de Georges Douking.
  • 1956 : La croisière fantastisque, comédie radiophonique.
  • 1958 : Une sainte femme, comédie en trois actes. Théâtre Français.
  • 1959 : L'aubergo di tres trevant, comédie en 4 actes et Le dernier mot, drame radiophonique (Émission Carte blanche à...!).
  • 1960 : La pastorale des deux aveugles.
  • 1963 : La pastorale des deux vieux.
  • 1964 : Présence de Mistral.
  • 1965 : Farces et attrapes, Théâtre Français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les auteurs de littérature française dans les Alpilles », in Les Alpilles, encyclopédie d'une montagne provençale, R. Venture, éd. Les Alpes de Lumière, Forcalquier, 2009, p. 287.

Liens externes[modifier | modifier le code]