Centre de transmissions de Rosnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centre de transmissions
de Rosnay
Présentation
Type Émetteur radio
Date de construction 1972
Destination initiale Station d'émission radio en très basse fréquence (VLF)
Propriétaire Marine nationale française
Destination actuelle Station d'émission radio en très basse fréquence (VLF)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre
Commune Rosnay
Localisation
Coordonnées 46° 42′ 46″ N 1° 14′ 43″ E / 46.712778, 1.24527846° 42′ 46″ Nord 1° 14′ 43″ Est / 46.712778, 1.245278  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Centre de transmissions  de Rosnay

Géolocalisation sur la carte : Centre

(Voir situation sur carte : Centre)
Centre de transmissions  de Rosnay

Géolocalisation sur la carte : Indre

(Voir situation sur carte : Indre)
Centre de transmissions  de Rosnay

Le centre de transmissions de la marine de Rosnay est une station d'émission radio[1],[2] en très basse fréquence (VLF) utilisée par les forces sous-marines de la marine nationale française pour transmettre des informations et ordres aux sous-marins. Son indicatif est HWU.

Situation[modifier | modifier le code]

Il est situé sur le territoire de la commune de Rosnay (près du Blanc), au sein du parc naturel régional de la Brenne, dans le département de l'Indre, en région Centre.

Centres de transmissions en France[modifier | modifier le code]

La France dispose de plusieurs centres :

Centre de Rosnay[modifier | modifier le code]

Le centre de Rosnay est le plus grand centre de transmission de France. Il fait partie avec l'émetteur de Sainte-Assise du réseau de transmission de la force océanique stratégique française. Sa mission principale consiste à acheminer les transmissions de la force océanique stratégique, implantée à Brest, vers les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) et les sous-marins nucléaires d’attaque (SNA), à la mer.

Histoire[modifier | modifier le code]

Rosnay a été choisi à la fin des années 1960, tout d'abord pour des raisons techniques, le terrain étant bon conducteur des ondes électromagnétiques très basses fréquences. D'autre part, la protection du site est considérée comme aisée. Sa première émission a été réalisée en 1972.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Bunker[modifier | modifier le code]

Le bunker est composé de deux portes d'entrées blindées[1] pesant chacune 40 tonnes. Il mesure[1] 70 m de long, 70 m de large et 15 m de haut. 830 000 m3 de terre, 3 000 tonnes de ferrailles et 70 000 tonnes de béton ont été nécessaires[1] à sa construction, entre 1966 et 1970. De plus quatre groupes électrogènes[1] assurent la continuité de l'alimentation électrique en cas de coupure de courant.

Pylônes[modifier | modifier le code]

Le CTM de Rosnay utilise treize pylônes[1] répartis en forme hexagonale. Le pylône central, avec ses 357 m, détient le record de la plus haute structure de France.

Ces pylônes émettent des signaux horaires et de synchronisation sur 18,3 kHz, 21,75 kHz et 22,6 kHz. Concernant les fréquences qui seraient réellement utilisées pour transmettre l'ordre de tir du président de la République française (ordre émis depuis le PC Jupiter du palais de l'Élysée), celles-ci sont totalement secrètes et bénéficient d'un très haut niveau de classification militaire y compris pour le chiffrement des transmissions.

Ondes[modifier | modifier le code]

Les ondes VLF pénètrent en effet dans quelques mètres d'eau et peuvent donc être reçues par les sous-marins en plongée, à l'immersion périscopique par une antenne située dans les superstructures, ou en plongée profonde par l'intermédiaire d'une antenne filaire remorquée.

Sécurités[modifier | modifier le code]

Personnels[modifier | modifier le code]

  • 35 personnes[1] civils.
  • 165 militaires[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « Le bunker brennou pilote les sous-marins nucléaires », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ 23 décembre 2010 (lire en ligne).
  2. a et b « Une petite ville coupée du monde », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ 23 décembre 2010 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]