Carlotta Zambelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zambelli.
« L'étoile, d'après Mlle Zambelli »
par Pierre Carrier-Belleuse
Plaque apposée au 2 rue Chauveau-Lagarde, Paris 8e, où Carlotta Zambelli vécut de 1894 à 1968

Carlotta Zambelli, née le 4 novembre 1875 à Milan où elle est morte le 28 janvier 1968, est une danseuse et pédagogue italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à l'école de danse de la Scala de Milan où elle est admise à l'âge de sept ans, elle est découverte par le directeur de l'Opéra de Paris, Pedro Gailhard, qui l'engage comme première danseuse en 1894. Sa première apparition sur la scène parisienne dans la « variation du miroir » de Faust fut si réussie qu'elle fut nommée danseuse étoile.

En 1898, elle succède à Rosita Mauri dans La Maladetta de Joseph Hansen et dans La Korrigane de Louis Mérante.

Invitée à Saint-Pétersbourg en 1901, elle y interprète Coppélia, Giselle et Paquita.

Distinction et hommages[modifier | modifier le code]

Elle fut décorée Chevalier de la Légion d'honneur en 1956.

À l'Opéra Garnier, le studio de répétition des étoiles porte le nom de « rotonde Zambelli ».

Rue Chauveau-Lagarde, à Paris, une plaque est apposée sur la maison où elle vécut.

Appréciée pour sa technique brillante et précise, elle succède à nouveau à Rosita Mauri en prenant en charge la classe de perfectionnement de l'école de danse de l'Opéra de Paris. Elle fait ses adieux à la scène en 1930, après avoir formé notamment Lycette Darsonval, Yvette Chauviré et Claire Motte. On la surnommait volontiers « la Grande Mademoiselle ».

Sources[modifier | modifier le code]

  • Ivor Guest, Le Ballet de l'Opéra de Paris, trois siècles d'histoire et de tradition, éd. Théâtre national de l'Opéra, 1976, p. 140.