Bustier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robe bustier sans bretelles

Un bustier est un sous-vêtement féminin qui soutient la poitrine. Ce petit corselet ne dépassant pas limite supérieure du soutien-gorge peut se fixer, ou non, au moyen de bretelles. Si ce corsage n'en possède pas, on peut avoir recours à un baleinage pour rigidifier sa structure. En l'absence de bretelles, ce vêtement nécessite en outre un ajustage parfait. Le bustier se prépare ainsi sur mesure ou bien peut être acheté dans des boutiques de lingerie spécialisées[1]. Si le bustier désigne aujourd'hui les corsages dont la partie supérieure s'arrête au sous le bras[1], un véritable bustier est en réalité un corsage baleiné pouvant faire office de soutien-gorge[2].

Confection[modifier | modifier le code]

Le bustier, par ses formes proche du corps, impose des techniques de coutures particulières. En particulier, sa confection impose l'usage de pinces et parfois également de baleines. Il est à distinguer du corset, qui vise davantage à maintenir la taille.

Baleines[modifier | modifier le code]

Tout comme le corset, le bustier peut posséder des baleines. Ces dernières servent d'armature et servent à rigidifier le vêtement. Elles sont toujours cousues à l'intérieur du vêtement et la plupart du temps glissées dans une coulisse prévue à cet effet. En particulier, les baleines utilisées pour les bustiers sont en général en plastique de 8 mm, plus fines et moins rigides que celles conçues pour les jupons. Le nombre de baleines ajoutées au bustier dépend de la rigidité souhaitée et du nombre de pièces de tissus utilisé pour fabriquer le bustier[3].

Mesures spécifiques[modifier | modifier le code]

le bustier traditionnel a conservé une structure similaire à celle du corset et a gardé l'un de ses avantages : la possibilité - acquise par sa rigidité - de modifier la silhouette, et en particulier l'allure de la poitrine. Cependant, le bustier impose également un ajustement parfait au corps de celle qui le porte. Une mesure du tour du corps au-dessus de la poitrine est nécessaire pour limiter les effets de baîllement au niveau du décolleté, une mesure en dessous permet de préciser l'effet voulu : remonter ou retenir la poitrine. Cette seconde mesure est nécessaire pour ajuster au mieux le galbe de la poitrine[4].

Formes de bustier[modifier | modifier le code]

Bustier à balconnets de Jean-Paul Gaultier, exposée en 2011 à Montréal

Le principe du bustier, au même titre que celui du corset est de suivre aussi près que possible les lignes du corps et de les modifier légèrement si cela s'avère nécessaire[5].

Découpe en cœur 
Vu de face, le bustier présente deux lignes obliques qui se coupent au niveau de la taille, dessinant un cœur dont la partie principale est au niveau des seins[6].
Bustier à balconnets 
Riche en baleines, ce bustier est très proche du corset. Deux pièces de tissus sont dessinées de manière à galber la poitrine séparément du reste du corps tout en formant un décolleté franc. La poitrine est ainsi relevée et mise en valeur.
Bustier drapé 
Le drapé est un morceau de tissu superposé au bustier qui met en valeur le galbe de la poitrine par ses nombreux plis, horizontaux ou obliques. En particulier, les étoffes légères telles que la mousseline, l'organza ou le tulle se prêtent bien à ce type de bustier. Le drapé horizontal est constitué de deux bandes de tissu fin formant naturellement de nombreux plis qui se rejoignent au milieu du buste selon une couture verticale. Cette dernière est recouverte par un motif ornemental. Le drapé oblique fait apparaître un drapé froncé uniquement sur l'un des cotés du bustier. Le bustier présente alors une dissymétrie marquée[7].
Robe bustier 
La robe bustier est une robe présentant un bustier dans sa partie supérieure.

Modes[modifier | modifier le code]

Culture indienne 
Dans la culture indienne, les bustiers ont une importance particulière. Le bustier des femmes est généralement confectionné par un tailleur de sexe masculin appartenant à la caste des tailleurs (Shimpi). Ensuite, le bustier est généralement décoré et brodé. Cependant, ce n'est jamais la femme qui le fait elle-même[8].
Venise 
Au XVIe siècle, la mode de l'espoitrinement a incité les mariées à porter des bustiers assez courts qui laissaient à découvert une partie importante de la gorge. Critiqués à l'étranger et par les moralisateurs de l'époque, ces bustiers étaient souvent ornés de pierres précieuses et d'un ceinture de toile d'or. Le bustier en lui-même est en général en soie[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Line Jaque, La technique de la coupe: Méthode complète d'enseignement de la coupe, p. 337
  2. Line Jaque, Coudre vite et bien, p.77
  3. Teresa Gilewska, Le modélisme de mode: Volume 4, Couture montage et finition des vêtements, pp. 52-54
  4. Teresa Gilewska, Le modélisme de mode - Volume 2: Coupe à plat : les transformations, Mesures spécifiques du bustier, p. 220
  5. Teresa Gilewska, Les robes de mariée p.49
  6. Teresa Gilewska, Le modélisme de mode - Volume 2: Coupe à plat : les transformations, Mesures spécifiques du bustier, p. 228
  7. Teresa Gilewska, Les robes de mariée p.32-36
  8. Guy Poitevin, Ambedkar ! des intouchables chantent leur libérateur ; Poétique d'une mémoire de soi, Ed. Karthala (ISBN 9782811102166)
  9. Marie F. Viallon, Paraître et se vêtir au XVIe siècle: actes du XIIIe Colloque du Puy-en-Velay ..., p. 74

Articles connexes[modifier | modifier le code]