Beauveria bassiana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Beauveria bassiana

Description de cette image, également commentée ci-après

Sur un prédateur des racines de canne à sucre

Classification
Règne Fungi
Division Ascomycota
Classe Sordariomycetes
Ordre Hypocreales
Famille Ophiocordycipitaceae
Genre Beauveria

Nom binominal

Beauvaria bassiana
(Bals.-Criv.) Vuill.

Beauveria bassiana, anciennement Tritirachium shiotae, est un champignon cosmopolite qui croît dans les sols et provoque des maladies chez divers insectes, en se comportant comme un parasite. Il est la forme reproductrice asexuée (anamorphe) du champignon Cordyceps bassiana. Cette dernière forme (téléomorphe) reproductrice sexuée fut mise en évidence en 2001.

Il a été décrit pour la première fois en 1835 par Agostino Bassi, d'où son nom, après avoir reconnu en lui l'agent du « mal de segno » (la muscardine du ver à soie)[1].

Ce champignon est lui-même parasité par un autre champignon de la même classe des Sordariomycetes, Syspastospora parasitica[2].

Champignon pathogène[modifier | modifier le code]

La maladie causée par le champignon est la « muscardine blanche ». Lorsque les spores entrent en contact avec le corps de l'hôte, elles germent sur celui-ci et pénètrent l'intérieur du corps, tuant finalement l'insecte en l'utilisant comme source de nourriture. Une moisissure blanche se développe sur le cadavre, produisant de nouvelles spores. L'insecte contaminé véhicule le champignon lors de son déplacement jusqu'à sa mort.

Ce champignon ne semble pas infecter les humains ou d'autres animaux à sang chaud. Il est réputé constituer une méthode insecticide sûre, mais certains insectes y sont naturellement résistants, et d'autres pourraient acquérir, par sélection naturelle, une résistance là où il serait intensivement utilisé. La plupart des insectes vivants dans, sur ou à proximité du sol ont développé ces défenses naturelles contre le champignon, mais de nombreux insectes aériens y sont sensibles.[réf. nécessaire]

Utilisation en lutte biologique[modifier | modifier le code]

Criquets tués par B. bassiana

Dès 1906 à l'occasion de son congrès de Lyon, l’Association française pour l’avancement des sciences forme le vœu que des recherches soient entreprises à partir de la muscardine à des fins phytosanitaires[3].

On l'utilise comme pesticide pour tuer ou contrôler la population des insectes tels que les termites.
Il est utilisé contre le charançon des bananeraies en alternative à des insecticides toxiques tels que le chlordécone interdit depuis 1993. Il est aussi recommandé dans la lutte contre le Paysandisia archon, le papillon tueur de palmier, ainsi que pour les larves du charançon rouge du palmier.
Son utilisation dans le contrôle des moustiques vecteurs de la malaria est envisagée, et est en cours d'évaluation : on pulvérise les spores microscopiques sur les moustiquaires pour le contrôle de la malaria. Son utilisation est également en cours d'étude sur des ravageurs du sol, comme le taupin.
[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • (en) Z. Z. Li, C. R. Li, B. Huang, M. Z. Fan, « Discovery and demonstration of the teleomorph of Beauveria bassiana (Bals.) Vuill., an important entomogenous fungus », Chinese Science Bulletin, vol. 46,‎ 2001, p. 751–753
  1. A.G. BASSI, « Maladies des vers à soie. Recherches sur la Muscardine », dans Compte-rendu des séances de l’Académie des sciences, tome 2, 1836, pp. 434-436. [Résumé des travaux].
  2. (en) « Syspastospora parasitica, a mycoparasite of the fungus Beauveria bassiana attacking the Colorado potato beetle Leptinotarsa decemlineata: A tritrophic association. », sur PubMed Central (consulté le 14 août 2011).
  3. Paul DROUET, « Sur les moyens de destruction du ver blanc et de la chenille du pommier », dans 35e session de l’Association française pour l’avancement des sciences, 1906, p. 298

Liens externes[modifier | modifier le code]