Paysandisia archon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le papillon du palmier (Paysandisia archon) est un papillon de la famille des Castniidae, de la sous-famille des Castniinae et de la tribu des Gazerini. Il est le seul représentant du genre Paysandisia.

Originaire de l’Uruguay et du centre de l’Argentine, cette espèce a été introduite accidentellement dans le Sud de l’Europe, où elle se diffuse assez rapidement et est considérée comme une espèce ravageuse, détruisant des milliers de palmiers en Europe méditerranéenne, où sévit aussi depuis 2006, un autre ravageur, le Charançon rouge des palmiers.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Paysandisia archon a été décrite par l'entomologiste argentin Hermann Burmeister en 1880, sous le nom initial de Castnia archon. La localité type est l'Argentine.

Synonyme[modifier | modifier le code]

  • Castnia archon Burmeister, 1879 protonyme
  • Castnia josepha Oberthür, 1914[1]

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • Papillon du palmier
  • Sphinx du palmier

Description[modifier | modifier le code]

Chenille[modifier | modifier le code]

La larve est une grosse chenille blanchâtre, grasse, de 8 à 10 cm de long qui se nourrit des tiges et des troncs des plantes hôtes, des palmiers.

Chrysalide[modifier | modifier le code]

L’espèce se nymphose dans un cocon en incorporant des fibres de palmier à l’intérieur de la galerie larvaire.

Imago[modifier | modifier le code]

Paysandisia archon est un grand papillon, impressionnant avec une envergure de 9 à 11 cm. Les ailes antérieures sont vert-bronze foncé striées de brun, les ailes postérieures sont rouge orangé brillant avec des marques grasses noir et blanc. La femelle, en général plus grande que le mâle, se reconnaît facilement à son ovipositeur proéminent.

À l’instar d’autres castniidés, cette espèce vole de jour et a des antennes en massue .

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol[modifier | modifier le code]

Les adultes volent de juin à septembre. On notera leur présence régulière et quotidienne sur les palmiers, entre 12h et 14h30 environ.[réf. nécessaire]

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Ce sont divers Arecaceae, des palmiers.

Dans l'habitat naturel le Butia argentin Butia yatay, Syagrus romanzoffiana et Trithrinax campestris

Dans l'aire d’introduction le Palmier nain Chamaerops humilis, le Dattier des Canaries Phoenix canariensis, le Palmier-dattier Phoenix dactylifera et Phoenix reclinata, des Livistona spp dont le Latanier de Chine Livistona chinensis, le Latanier pleureur Livistona decipiens et Livistona saribus, le palmier de Chine Trachycarpus fortunei, Washingtonia filifera et des Sabal.

Parasitisme[modifier | modifier le code]

Le nématode Steinernema carpocapsae est un vers microscopique qui contamine la larve du papillon ainsi que celle du Charançon Rouge (Rhyncophorus ferrugineus). La mort par septicémie tue avec 100 % d'efficacité[réf. nécessaire], mais le parasite ne survit pas à la mort de son hôte.

Méthode de lutte[modifier | modifier le code]

L'utilisation de produit biologique à base de spores de Beauveria bassiana permet le contrôle de ce ravageur.

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Il est présent en Amérique du Sud dans le nord de l'Argentine, l'ouest de l'Uruguay, le Paraguay, le sud-est du Brésil. Il a été introduit en Europe en Espagne, Italie et dans le sud de la France[2].

Depuis son arrivée dans le Sud de la France au milieu des années 1990 (probablement dans des exemplaires adultes de Trithrinax importés d’Argentine), elle s’est répandue le long des côtes de la Méditerranée jusqu’en Espagne et en Italie. En France, elle touche désormais huit départements, dont tous les départements côtiers de Provence-Alpes-Côte d'Azur et du Languedoc-Roussillon, et s’étend vers le Sud-Ouest. On craint qu’en l’absence de moyens capables de maîtriser cette expansion, elle ne touche toutes les cultures de palmiers de ces pays[3].

Biotope[modifier | modifier le code]

Protection / ravageur[modifier | modifier le code]

Dans son habitat naturel, les dégâts causés par les larves ne sont pas très importants et l’espèce n’est pas considérée comme un ravageur, mais depuis son introduction en Europe, elle devient un sujet de préoccupation important à cause des dégâts parfois irrémédiables qu’elle provoque sur les palmiers tant indigènes qu’exotiques.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Oberthür, 1914; Etud. Lépid. Comp. 9 (2) : 63, pl. 257, f. 2164-2165
  2. funet
  3. (Une nouvelle espèce pour la France, Paysandisia archon (Burmeister, 1879), un ravageur de palmiers (Castniidae) par Xavier Mérit et Véronique Mérit, 2002, Bulletin des Lépidoptéristes parisiens, vol. 11 N° 32

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]