Athanagilde Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait d'Athanagilde.
Le royaume wisigoth v. 560.

Athanagild ou Athanagild Ier (en gotique Aþanagilds, en latin At[h]anagildus, en espagnol At[h]anagildo) est roi des Wisigoths d'Espagne de 555 à 567.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'obscure origine, il se révolte en 551 contre le roi Agila et obtient l'appui de l'empereur byzantin Justinien qui lui livre des soldats en échange de territoires en Hispanie[1]. Après une période de troubles dans le royaume wisigoth, Athanagilde monte sur le trône après l'assassinat du roi Agila à Mérida en mars 555[2]. Selon Isidore de Séville, les guerriers wisigoths « tuèrent Agila à Mérida et donnèrent le royaume à Athanagild » car, « les Goths voyaient qu'ils provoquaient eux-mêmes leur propre perte et craignaient surtout que, sous le prétexte de venir au secours d'Athanagild, les soldats [romains][3] les envahissent. »[4]. Pour des raisons stratégiques, et se sentant peut-être menacé par ses anciens alliés byzantins, il fixe la cour royale wisigothique à Tolède, forteresse naturelle située au cœur de la péninsule Ibérique. Selon Grégoire de Tours, Athanagilde « combattit souvent l'armée [byzantine] et la vainquit à plusieurs reprises, remettant sous sa domination une partie des cités qu'elle s'était emparée ». Cependant, les Byzantins restèrent maîtres dans le sud de la péninsule d'un territoire allant de Cadix à Valence.

Afin de s'assurer l'alliance des Francs, il accepte de marier sa fille Brunehaut au roi mérovingien Sigebert, roi d'Austrasie, et peu après, donne une autre de ses filles, Galswinthe, à Chilpéric, roi mérovingien de Neustrie.

« Le roi Sigebert, qui voyait ses frères s’allier à des épouses indignes d’eux, et prendre pour femmes, à leur grand déshonneur, jusqu’à leurs servantes, envoya des ambassadeurs en Espagne chargés de beaucoup de présents pour demander en mariage Brunehaut, fille du roi Athanagilde. C’était une jeune fille de manières élégantes, belle de figure, honnête et décente dans ses mœurs, de bon conseil et d’agréable conversation. Son père consentit à l’accorder, et l’envoya au roi avec de grands trésors… Le roi Chilpéric, qui avait déjà plusieurs femmes, voyant ce mariage, demanda Galswinthe, soeur de Brunehaut, promettant, par ses envoyés, que s’il pouvait obtenir une femme égale à lui et de race royale, il délaisserait toutes les autres. Le père reçut ses promesses, et lui envoya sa fille, comme il avait envoyé l’autre, avec de grandes richesses.  »

— Grégoire de Tours, Histoire des Francs.

Athanagilde meurt en 567 à Tolède ; pour la première fois depuis 484[5], un roi wisigoth décédait de causes naturelles.

Selon la chronique des rois wisigoths (Chronica regum Wisigotthorum), Athanagildus régna 15 ans et 6 mois, alias 14 ans.

Goswinthe, sa veuve, épousera quelques années plus tard Léovigild, roi des Wisigoths de 568 à 586.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'empereur Justinien (527-565) voulait reconquérir dans l'ancien Empire romain d'Occident (disparu officiellement en 476), les territoires tombés au Ve siècle aux mains des « Barbares » (notamment Vandales, Wisigoths et Ostrogoths), principalement l'Italie, le Maghreb actuel, et la péninsule Ibérique.
  2. José Orlandis, Historia del reino visigodo español : los acontecimientos, las instituciones, la sociedad, los protagonistas, Ediciones Rialp,‎ 2003 (ISBN 8432134694, lire en ligne)
  3. C'est-à-dire les soldats byzantins : pour les Wisigoths, les Byzantins étaient des « Romains ».
  4. Hist. Goth., 45-46.
  5. Mort du roi Euric.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Collins, Visigothic Spain, 409–711. Blackwell Publishing, 2004.
  • Edward Arthur Thompson, The Goths in Spain. Oxford: Clarendon Press, 1969.

Liens externes[modifier | modifier le code]