Années 350

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

IIIe siècle | IVe siècle | Ve siècle

Années 330 | Années 340 | Années 350 | Années 360 | Années 370

350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359


Événements[modifier | modifier le code]

Nativité, mosaïque byzantine, Rome 705-707

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

  • 350-360 : Donat (Donatus Aelius), grammairien romain qui compte Jérôme de Stridon parmi ses élèves, écrit l’Ars grammatica (L’art de la grammaire), publié en deux volumes, l’Ars major et l’Ars minor. Le second, écrit pour de jeunes élèves, sera si largement utilisé au Moyen Âge que le nom de Donat deviendra synonyme de grammaire ou de manuel scolaire des classes élémentaires. Il écrit également des commentaires sur Virgile et sur Térence.
  • 355 : le grec Oribase devient le médecin du futur empereur Julien.

Religion et philosophie[modifier | modifier le code]

  • Vers 350 : Hillel II, patriarche du sanhédrin (330-365) renonce à fixer les fêtes juives et promulgue un calendrier fixe, ce qui marque la fin de toute autorité centrale chez les Juifs.
  • 353-357 : persécution des païens dans l'empire romain[5].
  • Vers 355 : après la mort de l'évêque schismatique de Casae Nigrae en Numidie Donat (en Gaule ou en Espagne), son successeur Parmenianus poursuit son combat en Afrique contre l’Église officielle. Il lutte aux côtés du prince berbère Firmus qui s’est dressé contre l’autorité romaine, en particulier contre le comte d’Afrique Romanus. La Maurétanie entre en dissidence et Firmus occupe Caesarea et Icosium (Alger).
  • 356-357 : le patriarche Athanase d'Alexandrie, en exil en Égypte, écrit une vie de saint Antoine.
  • Triomphe de l’Arianisme aux conciles de Sirmium (357-359) et de Rimini (359).
  • 357-358 : « Liber Contra Arianos », de Foebade d’Agen, adressé aux évêques de Gaule, écrit pour réfuter les décisions arianistes du concile de Sirmium.

Art et culture[modifier | modifier le code]

Libère trace le plan de Sainte-Marie-Majeure, par Masolino da Panicale, XVe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph-Rhéal Laurin, Orientations maîtresses des apologistes chrétiens de 270 à 361, Gregorian&Biblical BookShop,‎ 1954 (ISBN 9788876520396, présentation en ligne)
  2. Vadim Mikhaĭlovich Masson, History of Civilizations of Central Asia : The crossroads of civilizations : A.D. 250 to 750, vol. 3, UNESCO,‎ 1996 (ISBN 9789231032110, présentation en ligne)
  3. Université de Paris X, Droit et cultures : revue semestrielle d'anthropologie et d'histoire, vol. 52, Éditions L'Harmattan,‎ 2006 (ISBN 9782296019324, présentation en ligne)
  4. a et b Yves Denis Papin, Chronologie de l'histoire ancienne, Éditions Jean-paul Gisserot,‎ 1998 (ISBN 9782877473460, présentation en ligne)
  5. Benjamin Gras, La destruction du Paganisme dans l'Empire Romain : De Constantin a Charlemagne, Éditions Publibook (ISBN 9782748366495, présentation en ligne)