André Strohl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Strohl.

André Strohl, né le 20 mars 1887 à Poitiers et mort le 10 mars 1977, est un médecin français. Il est connu pour sa participation, en 1916 à la description initiale de syndrome de Guillain-Barré (auquel son nom est parfois ajouté)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'Henry Strohl, inspecteur général des ponts et chaussées et frère de Pierre Strohl. Il est d'origine à la fois alsacienne du côté paternel et bordelaise par sa mère. Son père l’initie aux mathématiques, mais pensait que sa santé fragile l'empêcherait de préparer les concours des grandes écoles. Il s’inscrit en médecine à l’âge de 17 ans mais abandonne provisoirement cette discipline quelques années plus tard pour se consacrer à l'étude des mathématiques, de la physique et de la chimie en Sorbonne où il obtient un diplôme de sciences naturelles et de physique. Il reprend ensuite ses études médicales et en 1913, âgé de 26 ans, soutient sa thèse de doctorat en médecine. En 1914 il obtient un second doctorat, cette fois-ci en physique.

Bien que dispensé du service militaire pour raisons de santé, il se porte volontaire et durant la Première Guerre mondiale il sert en qualité de radiologue. Ses connaissances scientifiques sont mises à profit lorsqu'il utilise différentes méthodes de projection pour localiser les balles ou les éclats d’obus selon leurs trajectoires ce qui représentait une aide appréciable pour les chirurgiens. C'est dans ce contexte qu'il fait la connaissance de Guillain et Barré et c'est lui qui réalise les études électrophysiologiques des deux soldats qui étaient leurs patients, confirmant l'aréflexie sur le plan électrique et remarquant la conservation de la réponse idio-musculaire.

À l'âge de 35 ans, il est élu membre de l'Académie de médecine, devenant ainsi le plus jeune académicien de sa génération. En 1924, Strohl est nommé professeur de médecine physiologique à Alger. Deux ans plus tard il se voit décerner le même titre par l'Université de Paris. Il est l’auteur de plusieurs manuels de physique médicale. Il étudie notamment les gradients électriques de la peau et l’excitabilité neuromusculaire. Il prend sa retraite en 1957.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guillain G, Barré JA, Strohl A: Sur une syndrome de radiculo-névrite avec hyperalbuminose du liquide céphalo-rachidien sans réaction cellulaire. Remarques sur les caractères cliniques et graphiques des réflexes tendineux. Bull Soc Méd Hôp Paris 1916;40:1462-70