Albert Dupuis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dupuis.

Albert Dupuis

Description de l'image  Dupuis.jpg.
Naissance
Verviers, Drapeau de la Belgique Belgique
Décès
Bruxelles, Drapeau de la Belgique Belgique
Activité principale Compositeur

Albert Dupuis ( à Verviers à Bruxelles) est un compositeur belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un professeur de musique, Albert Dupuis a suivi des cours de violon, de piano et de flûte à partir de l’âge de 8 ans au conservatoire de sa ville natale, Verviers, également patrie de Guillaume Lekeu et Henri Vieuxtemps. Orphelin à 15 ans, il travaille comme répétiteur au Grand-Théâtre de Verviers tout en poursuivant ses études, notamment auprès de François Duyzings pour l’harmonie. Élève brillant et précoce, il a 18 ans quand son premier opéra-comique est créé.
Remarqué par Vincent d’Indy en 1897, il est invité à travailler auprès de lui à la Schola Cantorum à Paris. Un temps répétiteur du chœur de Saint-Eustache, il rentre à Verviers en 1900 pour se marier. En 1903, il remporte le Premier Grand Prix de Rome belge (à ne pas confondre avec le Prix de Rome français) avec sa cantate La Chanson d’Halewyn et le 4 mars a lieu la première de son opéra Jean-Michel au Théâtre de la Monnaie.
Nommé chef d’orchestre du Théâtre de Gand en 1905, il se retire la saison achevée pour se consacrer à la composition. Mais lorsqu’en 1907, le conseil communal de Verviers lui propose le poste de directeur du conservatoire, il l’accepte et l’occupera jusqu’à sa retraite en 1947. De son vivant, ses œuvres rencontrent un certain succès à Bruxelles et dans les grandes villes de Belgique (particulièrement en Flandre) et de France, en particulier son opéra La Passion, représenté plus de 150 fois à la Monnaie et qu’il dirigea lui-même à plusieurs reprises. Il bénéficiait également de l’estime de ses pairs, tel Eugène Ysaÿe, dédicataire de plusieurs de ses œuvres et qui le fit connaître aux États-Unis[1].
Deux de ses filles, Gislène (violoncelle) et Irène (violon), furent des concertistes éminentes. Une rue lui est décernée dans le village de Stembert.

Caractéristiques de l’œuvre[modifier | modifier le code]

De par son maître d’Indy, il est issu de l’école franckiste. Cependant son style se rapproche beaucoup de celui de Gabriel Fauré, sa musique pouvant ainsi être qualifiée d’impressionniste. Essentiellement compositeur d’opéras (il en a composé une quinzaine), toutes ses œuvres sont imprégnées de cette écriture lyrique.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Bibliographie et liens externes[modifier | modifier le code]

  • Dor (Jacques), Albert Dupuis, Notices biographiques et critiques, Imprimerie Bénard, Liège, 1935.
  • La Grande Bretêche d’Albert Dupuis, Gazette de Cologne, 5 avril 1913
  • pour les enregistrements disponibles à la Médiathèque de Bruxelles
  • où trouver ses partitions : 1 2

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] (en) LEOPOLD TO VISIT HERE; Belgian King Will Make American Tour in Early Summer. Decrease in Volunteers Demoralizes Army -- Rare Books on Exhibition in Brussels. par B.C. de W. dans le New York Times du 8 novembre 1903.
  2. Enregistré à la RTBF par René Defossez et l’Orchestre National de Belgique

Voir aussi[modifier | modifier le code]