Île Saint-Matthieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour l'île fantôme de l'océan Atlantique, voir Île Saint-Mathieu.
Île Saint-Matthieu
St. Matthew Island (en)
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Localisation Mer de Béring (océan Pacifique)
Coordonnées 60° 25′ 10″ N 172° 45′ 36″ O / 60.419547, -172.76001360° 25′ 10″ N 172° 45′ 36″ O / 60.419547, -172.760013  
Superficie 320 km2
Côtes 140 km
Point culminant non nommé (459 m)
Administration
État Alaska
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC-9

Géolocalisation sur la carte : Alaska

(Voir situation sur carte : Alaska)
Île Saint-Matthieu
Île Saint-Matthieu
Îles des États-Unis

L'île Saint-Matthieu est une île inhabitée située dans la mer de Béring, à 295 km à l'ouest de l'île Nunivak (60° 33′ N 172° 42′ O / 60.55, -172.7). Elle fait partie de l'Alaska.

Géographie[modifier | modifier le code]

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

L'île a une superficie de 357 km2, en faisant la 43e plus grande île des États-Unis. Son point le plus méridional est le cap Upright avec des falaises dépassant les 300 m de haut. Le plus haut point de l'île s'élève à 450 m au-dessus du niveau de la mer. L’Île de Hall, plus petite, se trouve à la pointe nord-ouest de l'île Saint-Matthieu.

Démographie[modifier | modifier le code]

Durant la préhistoire, l'île a été habitée par des Aléoutes, mais elle est actuellement inhabitée.

Faune[modifier | modifier le code]

L'ensemble de l'île et de sa faune sont protégés et font partie du Alaska Maritime National Wildlife Refuge.

Deux espèces de mammifères habitent l'île en permanence : le renard polaire et une espèce de campagnol, le microtus abbreviatus, qui est endémique à cette île et l'île voisine de Hall. Il arrive que des ours blancs viennent sur l'île par la banquise. L'île représente la limite sud jusqu'à laquelle on peut trouver des ours polaires en Amérique du Nord.

Le Bruant blanc niche exclusivement sur cette île et la petite île voisine de Hall. L'une des sous-espèces du Bécasseau des Aléoutiennes, le Calidris ptilocnemis ptilocnemis, et l'une des sous-espèces du Roselin à tête grise, le Leucosticte tephrocotis umbrina, nichent également exclusivement sur ces deux îles et sur les Îles Pribilof. Ce haut niveau d'endémisme serait dû à l'existence passée de la Béringie[1].

Le Bruant lapon, le Cormoran pélagique, l'Eider à duvet, le Fulmar boréal, le Guillemot colombin, le Guillemot de Brünnich, le Guillemot de Troïl, le Macareux cornu, le Macareux huppé, la Mouette tridactyle, le Plongeon catmarin, le Starique cristatelle, le Starique minuscule et le Starique perroquet nichent fréquemment sur l'île. L'Arlequin plongeur, le Goéland à ailes grises, le Goéland bourgmestre, le Harelde kakawi, la Mouette blanche, le Phalarope à bec large, le Pluvier fauve et le Puffin à bec grêle y viennent également généralement pendant toute ou partie de l'année. De nombreuses autres espèces sont présentes sur l'île plus rarement[2].

Évolution de la population de rennes sur l'île en l'absence de prédateurs

En 1944, 29 rennes sont introduits par les garde-côtes. La population de ces animaux culmine à 6 000 têtes en 1963 ; les deux années suivantes, quasiment tous meurent (sans doute à cause d'un manque de nourriture et d'un hiver particulièrement sévère) et la population se stabilise à une quarantaine d'individus. Toutefois, depuis les années 1980, il n'y a plus de rennes sur l'île[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

St. Matthew Island and Hall Island map (rus).svg

Les garde-côtes américains ont maintenu une station sur l'île pendant les années 1940, mais l'île Saint-Matthieu est désormais inhabitée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. WINKER, Kevin et al. "The Birds of St. Matthew Island, Bering Sea" in Wilson Bulletin, 114 (4), 2002, p. 491.
  2. WINKER, Kevin et al. "The Birds of St. Matthew Island, Bering Sea" in Wilson Bulletin, 114 (4), 2002, pp. 491-509.
  3. http://www.alaskadispatch.com/article/what-wiped-out-st-matthew-islands-reindeer What wiped out St. Matthew Island's reindeer?

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]