Zhanjiang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Zhanjiang shi
湛江市
Image illustrative de l'article Zhanjiang
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province ou région autonome Guangdong
Préfecture Zhanjiang
(ville-préfecture)
Statut administratif Ville-préfecture
Code postal Ville : 524000[1]
Code aéroport ZHA
Indicatif +86 (0)759[1]
Immatriculation 粤G
Démographie
Population 6 571 400 hab. (2004)
Densité 526 hab./km2
Géographie
Coordonnées 21° 12′ 00″ nord, 110° 23′ 00″ est
Superficie 1 249 000 ha = 12 490 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Zhanjiang shi

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Zhanjiang shi
Liens
Site web www.zhanjiang.gov.cn

Zhanjiang (chinois : 湛江市 ; pinyin : zhànjiāng shì, anciennement nommée Fort-Bayard par la France) est une ville-préfecture de Chine située à l'extrémité occidentale de la province du Guangdong au nord-est de la péninsule de Leizhou. Ancienne concession française de 1898 à 1945 (territoire du Kouang-Tchéou-Wan), c'est maintenant un des plus grands ports militaires de la Chine.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville était un petit port de pêche lorsqu'elle fut occupée par la France en 1898.

pavillon du Kouang-Tchéou-Wan à l'exposition coloniale de Marseille - 1906
Bureau de poste de Po Teou - Kouang-Tchéou-Wan.

Administration française[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Kouang-Tchéou-Wan.

En 1899, alors que la Chine est gouvernée par l'impératrice Cixi (Tseu-Hi, selon l'orthographe de l'époque), les Français forcèrent celle-ci à concéder le territoire du Kouang-Tchéou-Wan pour un bail de 99 ans; ils souhaitaient en développer le port qu'ils appelèrent Fort-Bayard, pour desservir le sud de la Chine, où ils avaient l'exclusivité du développement du rail et de l'exploitation de minerais. En 1939, le territoire sous administration française avait une superficie de 12 795 km2, dont 25 km2 pour la ville de Fort-Bayard.

La France conserva l'administration de la région jusqu'à son occupation par le Japon en 1943.

Réintégration à la Chine[modifier | modifier le code]

À la fin de la Seconde Guerre mondiale au départ des Japonais, Fort-Bayard est déclaré « ville libre ». La France n'ayant pas envoyé de troupes militaires, le territoire était livré à lui-même et son sort disputé à la fois par les nationalistes chinois et les communistes

La rétrocession de Kouang-Tchéou-Wan à la République de Chine est entérinée par le traité du 26 août 1945[2], alors que le territoire est occupé par l'armée du Kuomintang depuis le départ des Japonais.

Le territoire est ensuite occupé par les communistes chinois dès la fin de 1948 et définitivement intégré à la République populaire de Chine en décembre 1949.

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Subdivisions administratives

La ville-préfecture de Zhanjiang (12 490 km2) exerce sa juridiction sur neuf subdivisions – quatre districts, trois villes-districts et deux xian. 

  • 1: le district de Chikan - 赤坎区 Chìkǎn Qū;
  • 2: le district de Xiashan - 霞山区 Xiáshān Qū ;
  • 3: le district de Potou - 坡头区 Pōtóu Qū ;
  • 4: le district de Mazhang - 麻章区 Mázhāng Qū ;
  • 5: la ville de Wuchuan - 吴川市 Wúchuān Shì ;
  • 6: la ville de Lianjiang - 廉江市 Liánjiāng Shì ;
  • 7: la ville de Leizhou - 雷州市 Léizhōu Shì ;
  • 8: le xian de Suixi - 遂溪县 Suíxī Xiàn ;
  • 9: le xian de Xuwen - 徐闻县 Xúwén Xiàn.

Transports[modifier | modifier le code]

La ville de Zhanjiang possède un aéroport offrant des vols réguliers vers Hong Kong, Kunming, Changsha, Canton, Shantou et Shenzhen

En 1937, le pilote Marcel Doret, accompagné du radio Jérôme Micheletti, y fit escale lors de son raid Paris-Tokyo en Caudron Simoun[3].

Influence française[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le français fut enseigné au lycée Pasteur de Fort-Bayard, de 1921 à 1943 : un enseignant français (européen), assisté d'une équipe de cinq enseignants francophones d'Indochine (dont trois membres de l'ethnie chinoise), et deux Vietnamiens, donnaient les cours. Le reste de l'enseignement l'était en chinois. L'objectif était de former des cadres francophones pour administrer le territoire à bail.

Entre 1921 et 1943, d'autres enseignants vont séjourner à Fort-Bayard, en provenance de Hanoï, (surtout en provenance du lycée Albert Sarraut) ou même de Saïgon.

Des enseignants francophones natifs de Fort-Bayard, sont formés et sont opérationnels dès 1925. Certains partent du territoire, et rejoignent l'Indochine, ou la Chine continentale, et même la concession française de Shanghaï.

En 1943, avec l'occupation japonaise, le lycée Pasteur est fermé, et l'équipe enseignante est expulsée en Indochine. Le lycée devient le quartier général des forces d'occupation japonaises de 1943 à septembre 1945. Une partie du lycée sert de dépôt pour les armes et explosifs. Les derniers Japonais quittent le territoire en octobre 1945. Le lycée est alors définitivement fermé. Entre 1921 et 1943, quelque deux mille Chinois y apprennent le français. Les militaires japonais se rendent à des représentants des forces nationalistes chinoises. En janvier 1946, la France confirme son départ, ainsi que la fermeture du lycée, déjà fermé en 1943. La France n'envoie aucun représentant lors de la reddition japonaise sur le territoire. Le lycée est donc définitivement fermé la même année 1945, et son bâtiment est rasé en 1950, en vue de travaux pour étendre la surface du port.

En 1995, il reste environ un millier de francophones sur le territoire, le plus souvent âgés de plus de 65 ans.

Culte[modifier | modifier le code]

La région est évangélisée par les prêtres des Missions étrangères de Paris au départ du vicariat apostolique de Canton, puis elle dépend directement à partir de 1900 du vicariat apostolique d'Hanoï, tandis que l'arrière-pays chinois dépend du Kuongtong-Occidental, renommé vicariat apostolique de Pakhoi en 1924. L'église Saint-Victor est construite par les Français.

Timbres[modifier | modifier le code]

Timbre R.F.INDOCHINE surchargé KUANGTCHEOU

Sous l'administration française, des timbres indochinois sont utilisés à partir de 1898. En 1920, ils sont surchargés Kouangtchéou.

En 1898, lors de l'arrivée des Français, aucun Chinois de Kouangtchéou ne parle français, et le nombre des illettrés est massif. Entre 1898 et 1943, le courrier, surtout à destination de l'étranger, est très marginal, et les envois concernent uniquement quelques rares militaires français, ou indochinois, de passage. Les timbres d'Indochine sans surcharges sont aussi utilisés couramment. Des émissions de timbres surchargés Kouangtchéou durent jusqu'en 1944. Entre 1940 et 1944, les émissions de timbres de l'administration de Vichy n'ont jamais cours. Ces timbres sont des « non-émis », et ils ne sont pas reconnus par les autorités de la Chine communiste, ni nationaliste.

En fait, peu de timbres de Kouangtchéou ont vraiment servi, au niveau local, et le courrier qui circule à l'extérieur du territoire est marginal : encore en 1940 (en 1938, il y a 85% d'analphabètes sur le territoire, et les lettrés utilisent les idéogrammes chinois). La plupart des timbres servent au Tonkin et à la concession française de Shanghai. Ainsi, il n'est pas rare en métropole de recevoir par exemple un courrier de Hanoï, ou même de Saïgon avec un, ou des timbres indochinois surchargés Kouangtchéou. De plus, les Français (ou plutôt : sujets français, ce qui inclut les autochtones indochinois, surtout les Tonkinois, et des militaires des troupes coloniales (Annamites, Cambodgiens, Indiens des comptoirs français en Inde, Chinois d'Indochine) ne sont jamais très nombreux dans le territoire : 120 en 1905, 105 en 1912, 80 en 1930 et 83 en 1939. (Ces chiffres ne comprennent pas les cadres militaires qui encadrent la garnison de militaires tonkinois et indochinois, et qui sont européens).

À partir d'avril 1943, des timbres chinois, sans surcharge, sont utilisés, ainsi que des timbres d'Indochine jusqu'en 1945 (plus rares). Avec le départ de la dernière garnison militaire française en 1943, le stock restant des timbres émis entre 1930 et 1940 est utilisé, entre 1946 et 1949, en Cochinchine, surtout à Saigon, et au Tonkin, surtout dans les environs d'Hanoi, et dans les régions qui ne sont pas aux mains du Vietminh, jusqu'en 1953, car le stock de non-vendus est important.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]