Yves-Marie Laulan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yves-Marie Laulan
Yves-Marie Laulan - Colloque IGP - fevrier 2012.jpg
Yves-Marie Laulan en 2012.
Fonctions
Président
Institut de géopolitique des populations (d)
depuis
Directeur général
Crédit municipal de Paris
-
Jean Santacroce (d)
Anne Cuillé (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (86 ans)
BordeauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Membre de
Club de l'horloge
Institut de géopolitique des populations (d)
Site web
Distinctions

Yves, ou Yves-Marie Laulan, né le à Bordeaux, est un économiste et essayiste français.

Il a également mené des activités politiques au niveau régional et national.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yves-Marie Laulan est diplômé du Collège d'Europe[1], docteur en économie (1961)[2] et possède un Master of Arts de l'université américaine de Chapel Hill, North Carolina.[réf. nécessaire]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il a travaillé pour les cabinets ministériels aux Finances puis aux Affaires étrangères avec Michel Debré.

Il a été économiste au FMI et à la Banque mondiale, puis président du comité économique de l'OTAN.

Par la suite il a été directeur à la Société générale[réf. souhaitée] ; enfin, directeur général du Crédit municipal de Paris (1984[réf. souhaitée]-1993)[3].

Engagements et positions[modifier | modifier le code]

Durant la guerre des Six Jours, il se porte volontaire dans l'armée israélienne[4].

Il a été membre du Club de l'horloge[5].

Il a milité au Centre des démocrates sociaux[6], puis au Rassemblement pour la République où Il a été secrétaire national pour les Questions économiques, avant de s'éloigner de Jacques Chirac. Il a été élu conseiller municipal de Langon en Gironde[7].

En 2000, il crée avec Jacques Dupâquier l'Institut de géopolitique des populations, qu'il préside depuis. Cette association a pour objet de promouvoir des positions inédites et originales sur des questions géopolitiques et migratoires[8].

Il est proche dans ses positions des idées du Front national, et publie en 2014 à compte d'auteur La préférence nationale pour la médiocrité. Il considère « l'avortement de masse » comme une « culture de la mort »[9], il estime dans le même entretien que le Pacs rend l'homosexualité « agressive et prosélyte », et se dit révolté de l'absence de réaction des Français qui acceptent de disparaître peu à peu sans réagir »[9].

Médias[modifier | modifier le code]

Il a animé quelque temps un Libre Journal mensuel sur Radio Courtoisie, travaillé comme chroniqueur à Antenne 2 et corresponding editor du magazine News Week. Il publie de nombreuses tribunes sur le site web Boulevard Voltaire[10].

Affaire judiciaire[modifier | modifier le code]

En 2009, il est condamné[11] à une amende de 3 000 euros, en mai 2009, par le tribunal correctionnel de Paris, pour provocation à la haine envers les Roms, pour une déclaration faite en février 2005, sur France 5, dans une émission C dans l'air consacrée à la délinquance parmi les gens du voyage.

Le 1er juillet 2010, la cour d'appel de Paris confirme cette condamnation mais il se pourvoit en cassation.

Le 7 juin 2011, la chambre criminelle de la Cour de cassation a annulé l'arrêt de la cour d'appel. Dans son arrêt, la plus haute autorité judiciaire a estimé que « les propos litigieux, portant sur une question d'intérêt public relative aux difficultés d'intégration de la communauté rom, ne dépassaient pas les limites admissibles de la liberté d'expression » et que « le délit de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale n'était constitué en aucun de ses éléments »[12].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le tiers-monde et la crise de l'environnement, PUF, 1974.
  • Physiologie de la France, Éditions Cujas, 1976[13].
  • La triche : La crise économique mondiale, J-C Lattès, 1981.
  • Bien sortir du socialisme, J-C Lattès, 1984.
  • La planète balkanisée, Economica, 1991[14]. Couronné par l'Académie des Sciences morales et politiques.
  • Jacques Chirac et le déclin français, 1974-2002 : Trente ans de vie politique, premier bilan, François-Xavier Guibert, 2001.
  • Pour la survie du monde occidental : demain, la femme, Le Cherche Midi, 2001.
  • Introduction à une géopolitique des populations à l'aube du 3e millénaire, édité par l'Institut de géopolitique des populations, 2001.
  • Aventures et mésaventures en montagne, L'Harmattan, 2013.
  • Les nations suicidaires, François-Xavier Guibert, 2003.
  • Allemagne : chronique d'une mort annoncée, François-Xavier Guibert, 2004.
  • L'avenir démographique des grandes religions, François-Xavier Guibert, 2005.
  • Un économiste sous les cocotiers, L'Harmattan, 2006.
  • Croissance et inflation au XXIe siècle : Les perspectives de croissance au XXIe siècle dans un contexte d'implosion démographique, L'Harmattan, 2009.
  • Le Couple Giscard-Chirac : deux années de plomb qui amorcent le déclin 1974-1976, Éditions François-Xavier de Guibert, 2010.
  • Palestiniens/Israéliens, le facteur démographique IGP * * Peut-on se satisfaire de la natalité en Europe? IGP
  • Réussir l'intégration des immigrés de la deuxième génération IGP
  • Immigration/Intégration : les coûts IGP
  • Inflation et croissance au XXI° siècle IGP
  • avec Jacques Dupâquier, Ces migrants qui changent la face de l'Europe, IGP
  • L'Europe face à l'Afrique noire : du choc démographique au choc des civilisations IGP
  • Les prochaines guerres seront-elles démographiques? IGP
  • Les femmes devant le déclin démographique IGP
  • Un itinéraire français : de la haute montagne au FMI et à l OTAN en passant par la France profonde, éditions Dualpha, 2011.
  • Vieillissement mondial et conséquences géopolitiques, L'Harmattan, 2012.
  • Les années Sarkozy, Éditions de L'Aencre, 2012.
  • L'immigration clandestine, Némésis de l'Europe compatissante IGP
  • L'Afrique à 4,2 milliards de personnes va-t-elle engloutir l'Europe? IGP

Références[modifier | modifier le code]

  1. Curriculum vitæ de Yves-Marie Laulan, 27/11/2008.
  2. http://www.sudoc.fr/030355826.
  3. « ILE-DE-FRANCE Nominations à l'Hôtel de ville Jacques Chirac remanie ses équipes », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  4. Jacques Leclercq, Droites conservatrices, nationales et ultras : dictionnaire 2005-2010 : compléments des notices de l'édition de 2008 et suppléments, Paris, L'Harmattan, , 225 p. (ISBN 978-2-296-08264-9), p. 27.
  5. « Quand l'extrême droite se met en culture (suite) », sur reflexes.samizdat.net, .
  6. « M. LAULAN (C.D.S.) : notre parti est resté une chaise vide. », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  7. « Article de presse »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  8. Florencia Rovira Torres, « « Comment l’extrême droite a pénétré la revue de Polytechnique » », Rue 89,‎ (lire en ligne)
  9. a et b Entretien avec Yves-Marie Laulan
  10. Archive auteur : Yves-Marie Laulan, bvoltaire.fr, consulté le 26 juillet 2017
  11. [1], Le Monde, le 7 mai 2009
  12. Discrimination envers les Roms: France Télévisions blanchie en cassation, L'Express, le 15 juin 2011
  13. « " Physiologie de la France " D'YVES LAULAN », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  14. « Pour qui sonne le glas ? », Le Monde,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]