Yves-Marie Laulan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yves-Marie Laulan
Yves-Marie Laulan - Colloque IGP - fevrier 2012.jpg

Yves-Marie Laulan en 2012.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (83 ans)
BordeauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web
Distinctions

Yves, ou Yves-Marie Laulan, né le à Bordeaux, est un économiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yves-Marie Laulan est diplômé du Collège d'Europe[1] et docteur en économie (1961)[2].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il a travaillé pour les cabinets ministériels aux Finances puis aux Affaires étrangères avec Michel Debré. Il a été membre de la Commission des Comptes et des Budgets économiques de la nation.

Il a été économiste au FMI et à la Banque mondiale, puis directeur des affaires économiques et président du comité économique de l'OTAN.

Par la suite il a été directeur à la Société générale ; enfin, directeur général du Crédit municipal de Paris.

Il a, par ailleurs, enseigné à l'École nationale d'administration, à l'Institut d'études politiques de Paris, à l'université Paris-Dauphine et Paris-II.[réf. souhaitée]

Engagements et positions[modifier | modifier le code]

Il a été membre du Club de l'horloge[3].

Il a milité au Centre des démocrates sociaux[4], puis au Rassemblement pour la République. Il a été secrétaire national pour les Questions économiques de ce dernier, avant de s'éloigner de Jacques Chirac. Il a été cependant conseiller municipal de Langon, en Gironde.

En 1987, il fonde avec Gérard-François Dumont l'Institut de recherche immigration et société[5].En 2000, il crée avec Jacques Dupâquier l'Institut de géopolitique des populations, qu'il préside aujourd'hui. Cette association a pour objet de promouvoir des positions inédites et originales sur des questions géopolitiques et migratoires[6].

Il est proche dans ses positions des idées libérales et conservatrices. Il considère « l'avortement de masse » comme une « culture de la mort »[7], il considère dans le même entretien que le Pacs rend l'homosexualité « agressive et prosélyte », et se dit révolté de l'absence de réaction des Français qui acceptent de disparaître peu à peu sans réagir »[7].

Médias[modifier | modifier le code]

Il a animé quelque temps un Libre Journal mensuel sur Radio Courtoisie, travaillé comme chroniqueur à Antenne 2 et corresponding editor du magazine News Week. Il publie de nombreuses tribunes sur le site web d'information et d'opinion Boulevard Voltaire[8].

Affaire judiciaire[modifier | modifier le code]

En 2009, il est condamné[9] à une amende de 3 000 euros, en mai 2009, par le tribunal correctionnel de Paris, pour provocation à la haine envers les Roms, pour une déclaration faite en février 2005, sur France 5, dans une émission C dans l'air consacrée à la délinquance parmi les gens du voyage.

Le 1er juillet 2010, la cour d'appel de Paris confirme cette condamnation mais il se pourvoit en cassation.

Le 7 juin 2011, la chambre criminelle de la Cour de cassation a annulé l'arrêt de la cour d'appel. Dans son arrêt, la plus haute autorité judiciaire a estimé que « les propos litigieux, portant sur une question d'intérêt public relative aux difficultés d'intégration de la communauté rom, ne dépassaient pas les limites admissibles de la liberté d'expression » et que « le délit de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale n'était constitué en aucun de ses éléments »[10].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le tiers-monde et la crise de l'environnement, PUF, 1974.
  • Physiologie de la France, Éditions Cujas, 1976[11].
  • La triche : La crise économique mondiale, J-C Lattès, 1981.
  • Bien sortir du socialisme, J-C Lattès, 1984.
  • La planète balkanisée, Economica, 1991[12]. Couronné par l'Académie des Sciences morales et politiques.
  • Jacques Chirac et le déclin français, 1974-2002 : Trente ans de vie politique, premier bilan, François-Xavier Guibert, 2001.
  • Pour la survie du monde occidental : demain, la femme, Le Cherche Midi, 2001.
  • Introduction à une géopolitique des populations à l'aube du 3e millénaire, édité par l'Institut de géopolitique des populations, 2001.
  • Aventures et mésaventures en montagne, L'Harmattan, 2013.
  • Les nations suicidaires, François-Xavier Guibert, 2003.
  • Allemagne : chronique d'une mort annoncée, François-Xavier Guibert, 2004.
  • L'avenir démographique des grandes religions, François-Xavier Guibert, 2005.
  • Un économiste sous les cocotiers, L'Harmattan, 2006.
  • Croissance et inflation au XXIe siècle : Les perspectives de croissance au XXIe siècle dans un contexte d'implosion démographique, L'Harmattan, 2009.
  • Le Couple Giscard-Chirac : deux années de plomb qui amorcent le déclin 1974-1976, Éditions François-Xavier de Guibert, 2010.
  • Palestiniens/Israéliens, le facteur démographique IGP * * Peut-on se satisfaire de la natalité en Europe? IGP
  • Réussir l'intégration des immigrés de la deuxième génération IGP
  • Immigration/Intégration : les coûts IGP
  • Inflation et croissance au XXI° siècle IGP
  • avec Jacques Dupâquier, Ces migrants qui changent la face de l'Europe, IGP
  • L'Europe face à l'Afrique noire : du choc démographique au choc des civilisations IGP
  • Les prochaines guerres seront-elles démographiques? IGP
  • Les femmes devant le déclin démographique IGP
  • Un itinéraire français : de la haute montagne au FMI et à l OTAN en passant par la France profonde, éditions Dualpha, 2011.
  • Vieillissement mondial et conséquences géopolitiques, L'Harmattan, 2012.
  • Les années Sarkozy, Éditions de L'Aencre, 2012.
  • L'immigration clandestine, Némésis de l'Europe compatissante IGP
  • L'Afrique à 4,2 milliards de personnes va-t-elle engloutir l'Europe? IGP

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]