Yi (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la langue yi. Pour le peuple yi, voir yi (ethnie).
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Yi
Pays Chine, Vietnam
Région Sichuan, Yunnan, Guangxi, Guizhou
Nombre de locuteurs > 6 000 000
Classification par famille

Le yi est une famille de langues lolo-birmanes parlées par la minorité yi (彝) principalement dans le Sichuan, mais aussi dans d’autres régions de la République populaire de Chine et au Viêt Nam.

Il compte plus de six millions de locuteurs.

Phonétique[modifier | modifier le code]

Il a comme particularité phonétique l'existence de voyelles fricatives labiales et rétroflexes (notées -ur et -yr en romanisation).

Écriture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : syllabaire yi.

Le yi est écrit traditionnellement au moyen d'un syllabaire qui lui est propre.

L’écriture yie classique est un système logographique syllabique complexe comprenant environ 8 000 à 10 000 signes. Bien que similaire à l’écriture chinoise dans leur fonction, les signes sont indépendants dans leurs formes, avec très peu de choses en commun qui puisse suggérer une relation directe entre les deux écritures.

En 1958 le gouvernement chinois a tenté d’introduire un alphabet romanisé basé sur l’écriture latine.

L’écriture yie moderne (ꆈꌠꁱꂷ, nuosu bburma [nɔ̄sū bʙ̝̄mā], ou « écriture nosu ») est un syllabaire standardisé et simplifié, dérivé de l’écriture classique en 1974 par le gouvernement local chinois. Elle est devenue l’écriture officielle des langues yi de Chine en 1980. Ce syllabaire comprend 756 signes de base, fondés sur le dialecte de Liangshan (« Monts Frais » dans le Sud du Sichuan), plus 63 pour les syllabes présentes uniquement dans les emprunts des langues chinoises.

Classification des langues yi[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.}}

Classification des langues yi selon SIL.

Langues yi proprement dites[modifier | modifier le code]

Toutes ces langues appartiennent au groupe des langues yies, parmi le sous-groupe Nord du groupe des langues lolo.

Langues yi de Chine
  • yi du Sichuan, ou nuosu (iii) ; c'est la forme standardisée moderne de la langue yi, formée sur un important substrat du yi méridional classique (et des emprunts au mandarin), et la seule forme de la langue qui soit enseignée. Cependant on trouve les variétés dialectales classiques suivantes toujours vivantes :
  • yi méridional, ou nisu :
    • nisu occidental (nos)
    • nisu septentrional (yiv)
    • nisu méridional (nsd)
Langues yi du Viêt Nam

Autres langues lolo, dites yi[modifier | modifier le code]

D'autres langues lolos sont dites yies car elles sont parlées par des populations yies de Chine. Toutefois, on ne peut parler de variété dialectale, car elles sont difficilement compréhensibles dans les variétés yies du Nord proprement dites. Elles sont en fait plus proches de la famille des langues akha, une autre langue parmi les langues de la famille lolo, et la sous-famille lolo du Sud.

  • Langues lolos non classées, (ces langues lolos ne sont pas encore classées complètement, elles peuvent éventuellement être des sous-familles à elles seules ou appartenir à la sous-famille Nord ou Sud des langues lolos) :

Il existe d'autres langues lolos aussi bien dans le groupe Nord que le groupe Sud, mais elles ne sont pas considérées comme langues yies, bien qu'elles recouvrent des territoires de peuplement majoritairement yi. On les trouve en Chine, mais aussi en Birmanie, au Laos et en Thaïlande (et comprennent notamment les langues akha dans le groupe lolo du Sud).

Voir aussi[modifier | modifier le code]