Yann Perreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perreau.
Yann Perreau
Description de cette image, également commentée ci-après

Yann Perreau aux FrancoFolies de Montréal le 14 juin 2010

Informations générales
Surnom Yann Perreau
Labels Bonsound Records
Site officiel http://yannperreau.com

Yann Perreau (1976 ) est un auteur-compositeur-interprète québécois, spécialisé dans le rock-électro[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Yann Perreau s'intéresse tôt à la musique et à l'écriture. Ses parents possédaient un restaurant-bar où se produisaient de nombreux groupes musicaux, chansonniers ou DJ[2],[3]. À partir de l'école secondaire, il cite parmi ses influences Arthur Rimbaud, Charles Baudelaire, Émile Nelligan pour la poésie, puis Jack Kerouac, Mick Jagger et Jim Morrison pour le rock, en plus de Richard Desjardins chez les Québécois[2]. Parmi ses premières idoles, on compte Michael Jackson, Corey Hart, Madonna, puis le rock des années 1970 que ses frères lui font découvrir, comme Led Zeppelin, The Doors ou John Lennon ou les groupes punk de l'époque[3].

Après une participation en solo au concours Cégeps en spectacle en 1994[4], il devient à 18 ans le chanteur du groupe Doc et les Chirurgiens, position qu'il conservera pendant 5 ans, accompagnant ainsi David Blais à la guitare et Steve Cournoyer à la batterie. Doc et les chirurgiens fera paraître deux albums[1]. Le groupe remportera en 1994 le concours de musique québécois Cégeps Rock. Leur notoriété rejoint l'ensemble du Québec. Ils entreprennent une tournée en Belgique où ils feront la première partie des Rita Mitsouko. Fin 1994, ils remportent un autre concours de musique, L'Empire des futures stars puis signent avec l'étiquette Disquébec[4]. La chanson Shake your fire maker, tirée de l'album 13, obtient du succès à la radio québécoise. Malheureusement, après quelques mois, leur maison de disques ferme ses portes en 1997. En 1999, le groupe se sépare après un spectacle d'adieu au cabaret du Musée Juste pour rire. Doc et les chirurgiens est considéré comme le premier groupe originaire de la région de Lanaudière à obtenir un succès au niveau provincial[5].

Après la dissolution du groupe et un voyage dans l'ouest américain en 1998[4] qui alimentera son futur premier album solo[1], Yann Perreau obtient un rôle de marionnettiste dans le spectacle de théâtre-jeunesse Les quatre saisons de Picot de Gilles Vigneault[3]. Alors qu'il tâche de redécouvrir sa voie, il court entre autres le Marathon des Deux Rives entre Québec et Lévis[4].

En 2000, Yann Perreau effectue une formation auprès de la comédienne Pol Pelletier, avec qui il apprend la méditation, la danse et le yoga en compagnie d'autres comédiens[6]. Il apparaît également en première partie d'artistes confirmés comme Marc Déry, Jacques Higelin et Daniel Boucher[7]. Cette même année, il décide de partir en solitaire en France et présente un spectacle solo pendant une semaine à la Maison du Québec de Saint-Malo, avant de poursuivre sa tournée appuyée par l'Office franco-québécois pour la jeunesse[7] dans différentes villes de France, jusqu'à Paris. Au retour au Québec, il reçoit une invitation d'Alain Chartrand pour participer au festival de musique Coup de cœur francophone 2001 en première partie de Bori, à la suite de la recommandation de la responsable de la Maison du Québec. Il rencontre alors son éditeur ainsi que le musicien Gilles Brisebois qui participera à son premier album comme réalisateur et coproducteur[2],[1]. Il fait un séjour au Pérou pour former les artisans de la troupe de théâtre Vichama, puis il compose la musique du film Casa Loma: journal de bord traitant de la création d'une œuvre de la troupe de Pol Pelletier[7].

Son premier album solo, "Western romance", paraît en novembre 2002 sous l'étiquette Foulespin Musique[7]. Cet opus, dont les textes sont coécrits par l'auteur-compositeur Fredric Gary Comeau[8] lui permet d'obtenir un grand succès en 2003 tant en prix qu'en possibilités de spectacles. En effet, il est le récipiendaire du prix Rapsat-Lelièvre des Francofolies de Spa en Belgique, du prix Miroir de l'artiste d'ici au Festival d'été international de Québec et du Prix Félix-Leclerc de la chanson 2003 aux FrancoFolies de Montréal[1],[4]. En 2004, il effectue un stage à Paris et poursuit sa tournée de spectacles au Québec mais aussi en France, en Belgique et au Mexique, participant entre autres au spectacle de clôture des FrancoFolies de Montréal[7],[1].

Lors du lancement de son second album, Nucléaire en avril 2005[7], sa prestation est qualifiée comme celle d'une "bête de scène"[9]. Deux extraits de l'album seront diffusés sur les ondes radiophoniques: La vie n'est pas qu'une salope et Guerrière. En juillet 2005, il a été un des invités lors de la soirée "Carte Blanche" d'Alain Bashung aux FrancoFolies de Montréal.

L'album Nucléaire lui permet de représenter le Québec au Sommet de la Francophonie à Bucarest (Roumanie) et son spectacle remportera le Prix des diffuseurs européens lors de la Bourse Rideau en 2006.

En 2007, il présente un spectacle renouvelé intitulé Perreau et la Lune[1]. Il travaille de plus à une chanson destinée à une trame sonore de film et est le porte-parole de la Franco-Fête en mars[9].

En janvier 2008, Bonsound Records sort le DVD "Perreau et la lune live au Quat'Sous"[10]. La même année, il participe à l'album hommage à Gaston Miron en chantant «Je marche à toi» dans Douze hommes rapaillés.

Le 24 mars 2009, Yann Perreau lance Un serpent sous les fleurs (Bonsound Records)[11] pour lequel il reçoit une nomination pour meilleur album francophone aux Prix Juno 2010[12].

Le 25 février 2010, Yann Perreau a signé, avec 500 artistes, l'appel pour appuyer la campagne internationale de Boycottage, de Désinvestissement et de Sanctions contre le prétendu apartheid israélien[13]. Il est du deuxième volume de Douze hommes rapaillés paru en 2010 ; il y chante «Amour sauvage, amour».

Musiciens[modifier | modifier le code]

• Yann Perreau: voix, piano • Alex McMahon: claviers, électroniques • George Donoso III: batterie • Martin Pelland: basse • Sébastien Martel: guitare • Olivier Langevin : guitare

Discographie solo[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

  • Perreau et la lune live au Quat'Sous (Bonsound Records 2008)

Vidéoclips[modifier | modifier le code]

  • J'aime les oiseaux (2016)
  • Le bruit des bottes (2011)
  • L'amour se meurt (2010)
  • Le président danse autrement (2009)
  • Beau comme on s'aime (2009)
  • Guerrière (2006)
  • La vie n'est pas qu'une salope (2005)
  • Ma dope à moi (2003)
  • L'amour est une bombe (2003)
  • Fille d'automne (2002)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • (fr) 7 jours, Quebecor Media, 5 janvier 2010, page 31 [Entrevue officielle]
  1. a, b, c, d, e, f et g Biographie, Perreau et la lune (site web officiel), consulté le 11 mars 2007.
  2. a, b et c Hébert, Francis, Bombe à retardement, journal Voir, 22 septembre 2005, Consulté en cache sur Google le 11 mars 2005.
  3. a, b et c Nadeau, Marilou, L'AVENUE rencontre Yann Perreau!, L'Avenue Mont-Royal, 15 mai 2006, consulté le 11 mars 2007.
  4. a, b, c, d et e Culture francophone - Parcours, consulté le 11 mars 2007.
  5. Connexion Lanaudière, Lanaudière, Sol de musique, Rock-Pop: Les années 1990, consulté le 11 mars 2007.
  6. Radio-Canada Culture, Yann Perreau, consulté le 11 mars 2007.
  7. a, b, c, d, e et f Québec Info-Musique, Yann Perreau, fiche consultée le 11 mars 2007.
  8. Connexion Lanaudière, Lanaudière, Sol de musique, Rock-Pop: Avant-scène, consulté le 11 mars 2007.
  9. a et b Bédard, Daphné, La vie sourit à Yann Perreau, journal Le Soleil (Québec), 12 février 2006, conuslté le 11 mars 2007.
  10. Bonsound
  11. Bonsound Records
  12. Brunet, Alain, Les Junos ça vous dit quoi?, Cyberpresse, 18 avril 2010, [1]
  13. Tadamon!: 500 Artistes contre l'apartheid israélien