L'Empire des futures stars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Empire des futures stars est un concours de musique populaire québécois qui a connu quinze éditions de 1981 à 1998. Ce concours, organisé par la station de radio CKOI-FM, était destiné aux groupes musicaux de la relève interprétant leurs propres compositions.

L’Empire des futures stars faisait l’objet d’une couverture régulière dans la presse spécialisée (Québec Rock, Voir) et dans les quotidiens montréalais (notamment le journal La Presse). Les spectacles étaient présentés dans des salles du circuit montréalais, principalement au Club Soda, la finale ayant lieu dans une salle de plus grande capacité (Théâtre St-Denis, Spectrum de Montréal).

Bien que les groupes gagnants n’ont pas toujours connu la renommée, de nombreux artistes populaires québécois y ont fait leurs premières armes.

La finale du concours a fait l’objet d’émissions spéciales à la télévisions de Télévision Quatre-Saison, puis à Radio-Canada[1],[2].

Historique[modifier | modifier le code]

La station CKOI-FM crée le concours L’Empire de futures stars en 1981. Lors de la première édition, les spectacles de qualification sont présentés au Pretzel enchaîné, défunte salle de la rue Clark à Montréal. La finale a lieu en février 1982 au Vélodrome Olympique, dans le cadre du Salon de la jeunesse[3],[4].

À partir de la deuxième édition, en 1983, les qualifications sont présentées au Club Soda.

Lors du renouvellement de sa licence auprès du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunication canadiennes (CRTC) en 1985, CKOI obtient exceptionnellement la permission de diffuser une proportion plus importante de musique anglophone en faisant valoir ses efforts de promotion des talents de langue française, en particulier son implication dans la production de l’Empire de futures stars.[5],[1]

En janvier 1985, un documentaire intitulé E: Rock4 sur la finale de l’édition 1983 de l’Empire des futures stars est diffusé à la télévision de Radio-Canada dans le cadre des Beaux dimanches[6].

En 1992, le groupe Les colocs participe au concours, mais se désiste suite aux demi-finales, n’acceptant pas les contraintes imposées par le concours et désirant choisir leur maison de disque[7].

En 1992 paraît le disque Les grands succès de l’Empire des futures stars sur le label Les Disques Passeport, une compilation de dix chansons d’autant de groupes et d’artistes ayant participé à ce concours : Laurence Jalbert, Vilain Pingouin, The Box, Tango Tango, Marie-Denise Pelletier, Le grand manège, Madame, Laymen Twaist, Les parfaits salauds et Bündock[8].

La dernière édition de l’Empire des futures stars a lieu en 1998[9],[10].

Finalistes et lauréats[modifier | modifier le code]

1981-1982[4],[3][modifier | modifier le code]

  • Alain Provost
  • Androïdes
  • Édition Spéciale
  • Porte Feuille
  • Raz le Bol
  • Robert Laira
  • Scan (lauréat)
  • Triad

1983[11],[12][modifier | modifier le code]

1984-1985[13][modifier | modifier le code]

  • Boy Cut
  • Flat Planet
  • Outasynk (lauréat)
  • Soon Soon

1986[14][modifier | modifier le code]

Le concours n’a pas lieu en 1986.

1987[15][modifier | modifier le code]

1988[16][modifier | modifier le code]

1989[17][modifier | modifier le code]

  • Bo Week End
  • Praxis
  • Tango Tango (lauréat)
  • Visage Pâle

1990[18][modifier | modifier le code]

  • Headline
  • Paul Saize (lauréat)
  • Villeray

1991[19][modifier | modifier le code]

1992[7][modifier | modifier le code]

  • Éruption
  • Notre-Dame
  • Rude Luck (dont fait partie Luck Mervil) (lauréat)

1993[20][modifier | modifier le code]

1994[21][modifier | modifier le code]

  • Ex Libris (lauréat)
  • F.M.R.
  • Labaye Band

1995[22][modifier | modifier le code]

  • Bain public
  • Doc et les chirurgiens (dont fait partie Yann Perreault) (lauréat)
  • Les Hardis moussaillons

1996[23][modifier | modifier le code]

  • Féroce F.É.T.A. (lauréat)
  • Marie Vallée quartet
  • Les mauvais quart d’heure

1997[24][modifier | modifier le code]

  • Ann Victor (lauréat)
  • L’affaire Tournesol (dont fait partie Richard Petit)
  • Orange étrange

1998[25][modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L’empire des futures stars prépare l’après-concours », Télé-Presse,‎ semaine du 4 au 11 juin 1988
  2. « L’Empire des futures stars à la télé de Radio-Canada » (cahier Télé+), La Presse,‎
  3. a et b « Carnet du rockeur. L’empire des futures stars », Québec Rock, no 57,‎
  4. a et b « Au salon de la jeunesse. Six finalistes au concours l’Empire des futures stars », La Presse,‎
  5. Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) Gouvernement du Canada, « ARCHIVÉ - Renouvellement de licence - CKOI-FM Verdun », sur crtc.gc.ca, (consulté le )
  6. « Les futures stars contre-attaquent », Ici Radio-Canada, vol. 19, no 5,‎
  7. a et b « Rude Luck / vers les sommets », La Presse,‎
  8. « Various - Les Grands Succès De L'Empire Des Futures Stars », sur Discogs (consulté le )
  9. « Où va l’Empire ? », La Presse,‎
  10. « Où est l’Empire ? », La Presse,‎
  11. « Stars d’un soir ou stars d’espoir? », Québec Rock, no 75,‎
  12. « Qu’arrive-t-il au rock québécois? », La Presse,‎
  13. « L’Empire des futures stars de CKOI-FM. Outasink remporte l’édition 85 avec bien peu d’originalité », La Presse,‎
  14. « Aux futures stars… », La Presse,‎
  15. « L’Empire des futures stars: Volt et quelques éclairs… », La Presse,‎
  16. « Laymen Twaist, futures stars du rock québécois? », La Presse,‎
  17. « Tango Tango, les gagnants de l’Empire des futures stars », La Presse,‎
  18. « Paul Saize. Le nouveau pape de l’Empire », La Presse,‎
  19. « Futures stars : on se serait cru à Granby… », La Presse,‎
  20. « Zébulon conquiert l’Empire », La Presse,‎
  21. « Finale bien proprette à l’Empire des futures stars », La Presse,‎
  22. « L’Empire couronne Doc et les chirurgiens », La Presse,‎
  23. « Féroce F.É.T.A. future star de l’empire », La Presse,‎
  24. « L’Empire: Ann Victor rafle tout ! », La Presse,‎
  25. « Empire des futures stars : la palme à Projet : Orange », La Presse,‎