Walter Serner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Walter Serner
Image dans Infobox.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
Wald von Biķernieki (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Université de Greifswald (In utroque jure) ( - )
Université de Vienne (jusqu'au )Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieux de travail
Père
Berthold Seligmann (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Dorothea Herz (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Archives conservées par
Christian-Schad-Archiv (d)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata

Walter Serner, né à Carlsbad en royaume de Bohême le et mort en déportation en août 1942 dans la forêt de Biķernieki près de Riga, est un écrivain germanophone dadaïste.

Walter Serner est une figure importante du mouvement dada. Il conçut son manifeste Dernier relâchement, manifeste dada (Letzte Lockerung, Manifest dada) au sein du groupe dada de Zurich et le rédigea à Lugano au mois de .

L'originalité de ses romans, publiés au début des années 1920, lui vaut le surnom de « Maupassant du crime » et de « Choderlos de Laclos des bas-fonds ».

Il fut déporté par les nazis et mourut en déportation[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « https://www.kulturvision-aktuell.de/schad-archiv-stadt-miesbach-2018/ »
  2. Stefan Kaempfer, « Walter Serner / Le Zéro », sur Stefan Kaempfer | Traductions, (consulté le ) : « En 1938, il épouse Dorothea Herz, son amie berlinoise de longue date ; le couple s’établit à Prague et entreprend dès 1939, au moment de l’invasion allemande, des démarches – restées infructueuses – pour émigrer à Shanghai. Travaillant ensuite comme professeur de langue dans le ghetto pragois, il est déporté le 10 août 1942 au camp de Theresienstadt, puis le 20 août à Riga où il est assassiné – sans doute le 23 août 1942 – dans la forêt de Bikernieki avec sa femme Dorothea et les autres 998 personnes du transport Bb N°803/4. »

Liens externes[modifier | modifier le code]