George Grosz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
George Grosz
George Grosz 1930.jpg
Naissance
Décès
(à 65 ans)
Berlin, Allemagne
Nom de naissance
Georg Groß
Nationalités
Activité
Formation
Académie royale des arts de Dresde
Académie des arts de Berlin
Maître
Domiciles
Mouvement
Distinction

George Grosz, né Georg Ehrenfried Groß le à Berlin et mort dans la même ville le (à 65 ans), est un peintre et caricaturiste allemand, qui fut un membre important du mouvement Dada ainsi que de l'aile gauche du mouvement de la Nouvelle Objectivité.

Biographie[modifier | modifier le code]

Période allemande[modifier | modifier le code]

Admis en 1909 à l'Académie royale des arts de Dresde (Königlichen Kunstakademie Dresden), il entre ensuite en 1912 à l'École des Arts et Métiers du Musée des arts décoratifs de Berlin (Unterrichtsanstalt des Kunstgewerbemuseums Berlin) où il est élève d'Emil Orlik (1870-1932).

Enrôlé dans l'armée comme volontaire le (à 21 ans), il sert d'abord dans un régiment de grenadiers, le Kaiser Franz Garde-Grenadier-Regiment Nr. 2, puis est muté le au Premier bataillon de réserve (de) du même régiment avant d'être libéré momentanément de ses obligations militaires le . La raison officielle de cette réforme argue d'une infection des sinus, bien qu'il soit resté quelque temps dans un hôpital psychiatrique militaire. Il écrit « La guerre était pour moi l'horreur, la mutilation et l'anéantissement ».

Meine Nerven gingen entzwei, ehe ich dieses Mal nahe Front verweste Leichen und stechenden Draht sah. Die Nerven, jede kleinste Faser, Abscheu, Widerwillen — nun, meinetwegen krankhaft — jedenfalls totales Versagen, selbst allmächtigstem Paragraphenzwang gegenüber

—  George Grosz, mars 1917

« Mes nerfs ont lâché avant que j'aille cette fois-là au front et que je voie des cadavres putréfiés et des barbelés. Les nerfs, jusqu'à leurs plus petites fibres, un dégoût, une aversion — bon, morbide, si on veut — en tout cas une défaillance totale, même face à la plus puissante des contraintes légales »

En tant qu'opposant strict à la guerre, pour se défaire de la connotation allemande de son patronyme, en 1916 il modifie officiellement son état-civil en rajoutant un « e » à la fin de son prénom et en modifiant le « ß » de son nom en « sz »[1]. En choisissant un nom à consonnance anglaise, il a voulu émettre un signal contre le sentiment anti-anglais.

Le 4 janvier 1917, il est hospitalisé à Guben, près de Berlin, pour une rechute de sinusite, puis transféré dans un hôpital psychiatrique à Görden, près de Brandebourg. En avril, il est définitivement réformé.

Adhérant aux idées communistes du Novembergruppe en 1918 et participant à l'insurrection spartakiste, Grosz est arrêté en janvier 1919. Il parvient à s'échapper grâce à de faux papiers d'identité. Avec Heartfield, il rejoint le Parti communiste allemand (KPD). Il participe aux revues politisées berlinoises comme Der blutige Ernst[2] ou Die Aktion. Son antimilitarisme et son engagement pour un art prolétaire lui causent des démêlés avec la justice : revues saisies ou interdites de parution, puis au cours de la Première foire internationale Dada de Berlin, condamnation pour insulte envers l'armée impériale, censure de recueils de gravures comme « Gott mit Uns »[3] (été 1920).

Baptisé « Maréchal Propagandada »[réf. nécessaire], Grosz organise avec Raoul Hausmann et Heartfield la Première foire internationale Dada à Berlin, le . Il pratique l'exagération caricaturale et montre avec vérisme, l'état du monde de l'après-guerre. Il emprunte aux futuristes et aux dadaïstes, la représentation dynamique et fiévreuse des grandes villes, en particulier dans son œuvre emblématique Les Funérailles d'Oskar Panizza (en) (1917)[4]. En 1922, il effectue un périple avec Martin Andersen Nexø qui le mène au Danemark, en Norvège, en Finlande, à Mourmansk en Carélie pour se terminer en Union soviétique (Saint-Pétersbourg puis Moscou). Il est reçu en audience au Kremlin par Lénine et rencontre également Trotski, Lounacharski, Karl Radek et Zinoviev. Ce voyage renforce sa méfiance contre toute autorité dictatoriale et l'amène à quitter l'année suivante le parti communiste.

Période américaine[modifier | modifier le code]

Anti-nazi, Grosz quitte l'Allemagne en 1932. Invité à enseigner l'art à l'Art Students League de New York en 1933, il y travaille de façon intermittente jusqu'en 1955. Il devient citoyen des États-Unis en 1938. Son style s'édulcore et verse dans un romantisme sentimental. Ce changement est généralement considéré comme un déclin.

Dans les années 1950, il ouvre une école d'art chez lui, tout en travaillant pour le centre d'art de Des Moines. En 1954, il est élu à l'Académie américaine des arts et des lettres.

Retour en Allemagne[modifier | modifier le code]

En 1959, il choisit de retourner à Berlin, où il meurt le 6 juillet, victime d'une chute dans les escaliers, après une nuit de beuverie. Il est inhumé à Berlin au Waldfriedhof Heerstraße.

Vie familiale et privée[modifier | modifier le code]

Christian von Holst présentant Daum Marries de George Grosz. Photo Staatsgalerie Stuttgart.

Lors d'une cérémonie de mariage dada, George Grosz se marie le avec Eva Peter, née à Berlin le , qu'il appela amoureusement Daum ou Maud. Le couple s'installe provisoirement Belle-Alliance-Strasse 21 avant d'emménager dans leur propre maison Hohenzollerndamm 201 à Berlin-Wilmersdorf. Il a représenté son mariage dans Daum Marries.

Leur premier fils, Peter Michael, naît le . Leur deuxième fils, Martin Oliver, né le , connu sous le nom de Marty Grosz (de), est un guitariste, banjoïste et chanteur de jazz.

Citation[modifier | modifier le code]

« L'artiste d'aujourd'hui, s'il ne veut pas tourner à vide, être un raté passé de mode, ne peut choisir qu'entre la technique et la propagande pour la lutte des classes. Dans les deux cas, il doit abandonner l'art pur. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2013 : musée Félicien-Rops, en collaboration avec la Maison de la culture de Namur qui présente les œuvres d'Otto Dix et de Dirk Braeckman (du au )
  • 2014 : Marseille, vieille charité. Exposition Visages, 21 février au 22 juin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Au même moment, son ami l'artiste Helmut Herzfeld anglicise son nom en John Heartfield.
  2. Der blutige Ernst, de John Höxter (Hg., N° 1 et 2), Carl Einstein (Hg., N° 3 à 6), George Grosz (Hg., N° 3 à 5, illustrateur), N° 1 à 6, 1919
  3. Traduction française « Dieu avec nous ». Cette devise de l'armée allemande était notamment inscrite sur la boucle de ceinturon des militaires.
  4. Oskar Panizza (1853-1921) est un écrivain allemand.
  5. Exposition au Louvre, « De l’Allemagne 1800-1939, de Friedrich à Beckmann », Dossier de l’art, vol. Hors série, no 205,‎ , p.62
  6. Reproduction dans Le Bon, op. cit., p. 450.
  7. Reproduction dans Le Bon, op. cit., p. 451.
  8. Reproduction dans Le Bon, op. cit., p. 460.
  9. Jean-Louis Ferrier, L’Aventure de l’art au XXe siècle, Editions du Chêne, , 1005 p. (ISBN 2-84277-464-7), p. 375
  10. a et b Dietmar Elger, L’Expressionnisme : Une révolution artistique allemande, Taschen, , 202,256 p. (ISBN 978-3-8228-3185-4), p. 218
  11. Reproduction dans Verdier, op. cit., p. 62.
  12. Reproduction dans Le Bon, op. cit., p. 461.
  13. « Remember Uncle August, the Unhappy Inventor »
  14. Reproduction dans Le Bon, op. cit., p. 463.
  15. « Actualités - Paris », Connaissance des Arts, no 631,‎ , p. 20
  16. a et b Pontus Hulten, Paris-Berlin : 1900-1933, MNAM, , 575 p. (ISBN 2-85850-066-5), p.129,135
  17. Reproduction dans Le Bon, op. cit., p. 447 & Verdier, op. cit., p. 80.
  18. Reproduction dans Le Bon, op. cit., p. 457.
  19. Reproduction dans Le Bon, op. cit., p. 448.
  20. Reproduction dans Le Bon, op. cit., p. 458.
  21. Le Bon, p. 459.
  22. Titre complet : Daum marries her pedantic automation George in May 1920, John Heartfield is very glad of it
  23. « agenda des expositions », Muséart, no 95,‎ , p. 12
  24. Kunstammlung Nordheim Westfalen
  25. Histoire de l’art : peinture, sculpture, architecture, Hachette, (ISBN 2-01-135001-8), p. 265
  26. Reproduction dans Le Bon, op. cit., p. 447.
  27. Le Bon, p. 455.
  28. histoire-image.org, Charlotte Denoël, « Berlin dans les années 30 : entre frénésie et chaos ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aurélie Verdier « L'ABCdaire de Dada », Flammarion, Paris, 2005
  • Laurent Le Bon (sous la direction de) : Dada, catalogue de l'exposition présentée au Centre Georges-Pompidou du 5 octobre 2005 au 9 janvier 2006, éditions du Centre Pompidou, Paris, 2005
  • Ralph Jentsch, George Grosz, l'œil de l'artiste, Paris : Société nouvelle Adam Biro, 2002
  • (en) Beth Irwin Lewis, George Grosz, Art and Politics in the Weimar Republic, London, Madison, 1971
  • Salomo Friedlaender, George Grosz, Dresden : R. Kaemerer, 1922
  • M. Kay Flavell, George Grosz: a biography, New Haven ; London : Yale University Press, 1988 (ISBN 0-300-04145-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Peter-Klaus Schuster, George Grosz : Berlin - New York, Berlin : Ars Nicolai, 1995, 2. Auflage, (ISBN 3-89479-054-7) (Ausstellung : Berlin, Neue Nationalgalerie, 21. Dezember 1994 bis 17. April 1995 : Düsseldorf, Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen, 6. Mai bis 30. Juli 1995 : Stuttgart, Staatsgalerie, 7. September bis 3. Dezember 1995. Die Ausstellung wird veranstaltet von der Nationalgalerie und dem Kupferstichkabinett, Staatliche Museen zu Berlin - Preußischer Kulturbesitz, in Verbindung mit der Stiftung Archiv der Akademie der Künste, Berlin) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :