Vol 101 d'Air India

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kanchenjunga (homonymie).
Vol 101 Air India
Un Boeing 707 d'Air India du même modèle (Boeing 707-437)
Un Boeing 707 d'Air India du même modèle (Boeing 707-437)
Caractéristiques de l'accident
Date
Type Collision avec le terrain, erreur de pilotage
Site Massif du Mont-Blanc
Coordonnées 45° 52′ 40″ nord, 6° 52′ 00″ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareil Boeing 707-437
Compagnie Air India
No  d'identification VT-DMN
Phase Vol
Passagers 106
Équipage 11
Morts 117 (tous)
Survivants 0

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Vol 101 Air India

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Vol 101 Air India

Le vol 101 d'Air India était un vol de passagers reliant Bombay à Londres qui s'est écrasé dans le massif du mont Blanc en France, le [1].

Accident[modifier | modifier le code]

Le vol 101 d'Air India était un vol régulier reliant Bombay à Londres, et le jour de l'accident a été opéré par un Boeing 707, immatriculé VT-DMN et nommé Kangchenjunga[2]. Après avoir quitté Bombay, il avait fait deux arrêts prévus à Delhi et Beyrouth et était en route pour un autre arrêt à Genève[2]. Au niveau de vol 190, l'équipage a été autorisé à descendre vers l'aéroport international de Genève après avoir passé le mont Blanc[2]. Le pilote, pensant qu'il avait dépassé le mont Blanc, a commencé à descendre et s'est écrasé dans le massif du Mont-Blanc en France près du rocher de la Tournette, à une altitude de 4 750 mètres (15 584 pieds)[2],[3]. Les 106 passagers et 11 membres d'équipage ont tous été tués[3].

Une autre hypothèse est formulée pour expliquer l'accident : celle d'une collision en vol avec un chasseur F 104-G Starfighter de l'Armée de l'Air italienne, utilisé dans le cadre de manœuvres de l'Otan. Cette hypothèse se fonde sur des témoignages anciens, une opération médiatique organisée par le journaliste de radio Philippe Réal[4] et le guide de haute montagne René Desmaison, et la découverte, plus récente, de pièces mécaniques portant l'inscription « USAF »[5]. Néanmoins, si ces pièces prouvent le crash d'un appareil militaire, rien ne permet de l'associer formellement à l'accident du vol 101. Une autre équipe de journalistes est montée sur le site par Chamonix et en a rapporté plusieurs pièces d'avion militaire mises en sécurité en Isère, malgré la poursuite des gendarmes de Chamonix. Ils ont tenté de vendre leurs photos à Paris Match mais la Sécurité Militaire est intervenue pour l'empêcher. La pièce est toujours cachée et un des journalistes toujours vivant.[réf. nécessaire]

En 1950, un autre vol d'Air India, le vol 245, surnommé le Malabar Princess et opéré par un Lockeed L-749A Constellation, s'était déjà écrasé au même endroit causant la mort de ses 48 passagers et membres d'équipage[6].

Débris[modifier | modifier le code]

Régulièrement, des fragments humains et autres débris sont retrouvés dans la zone du crash ou rendus par le glacier des Bossons. Néanmoins la vitesse de progression du glacier (environ 80 cm par jour) ne favorise pas une bonne conservation des débris. Une partie des débris ont été retrouvés par Daniel Roche, un amateur qui s'est spécialisé dans la traque du Kangchenjunga et du Malabar Princess.

En août 2012, deux alpinistes ont découvert une valise diplomatique comprenant des courriers et des journaux et qui fut remise officiellement aux autorités indiennes[7].

En septembre 2013, un alpiniste savoyard découvre une boîte contenant des bijoux et des pierres précieuses provenant selon toute vraisemblance d'un de ces deux crashs[8],[9].

En juillet 2015, des nouvelles pièces, incluant de l'argenterie et les fragments d'un gilet de sauvetage, ont été découvertes par Daniel Roche sur le plateau des Pyramides[10]. Un fragment d'un dispositif de prise de vue militaire a aussi été retrouvé sans pour autant fournir d'information.

En juillet 2017, un réacteur censé provenir de l'appareil a été retrouvé[11] ainsi que le bras et une jambe appartenant vraisemblablement à une femme[12].

Passagers[modifier | modifier le code]

Parmi les 106 passagers figuraient le président de la Commission indienne de l'énergie atomique Homi Jehangir Bhabha[3] et Amrit Prasad Pradhan, fondateur du Collège des sciences Amrit (en) au Népal.

Appareil[modifier | modifier le code]

Le Boeing 707-437 VT-DMN avait effectué son premier vol le et a été livré neuf à Air India le . Il avait volé un total de 16 188 heures[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sean Mendis, « Air India: The story of the aircraft », Airwhiners.net,‎ (lire en ligne)
  2. a, b, c et d « ASN Aircraft accident Boeing 707-437 VT-DMN Mont Blanc », sur aviation-safety.net (consulté le 24 novembre 2015)
  3. a, b et c « The Air-India Disaster », Flight International,‎ , p. 174 (lire en ligne)
  4. Gurvan Le Guellec, « Crash, censure et pierres précieuses : les fantômes du Mont-Blanc », sur L'Obs, (consulté le 24 novembre 2015)
  5. « Collision avec un avion militaire : et si c’était vrai… », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne)
  6. Sean Mendis, « Air India - L'histoire de tous les avions », sur airwhiners.net, (consulté le 27 septembre 2013)
  7. Patricia Jolly, « Mont-Blanc et merveilles », sur Le Monde, .
  8. « Un jeune alpiniste découvre un fabuleux trésor sur le Mont-Blanc », sur LCI, (consulté le 26 septembre 2013)
  9. Alfred Perrier, « Rubis, saphirs et émeraudes sortis du glacier des Bossons ! », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le 27 septembre 2013)
  10. Jérôme Meyrand, « Chamonix : le glacier des Bossons a recraché de nouvelles pièces du crash d’Air India », sur Le Messager, .
  11. « Mont-Blanc : des restes humains et un réacteur d'avion retrouvés », sur Le Parisien, (consulté le 29 juillet 2017).
  12. « 51 ans après le crash du Boeing 707, le glacier des Bossons rend le corps d’une femme », sur Le Messager, .
  13. Pither 1998, p. 291


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Rey, Crash au Mont-Blanc : les fantômes du Malabar Princess, Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie, Le Petit montagnard, (ISBN 978-2-954-27209-2, OCLC 878607214)

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Vol 245 Air India : autre vol d'Air India qui s'est écrasé quasiment au même endroit en 1950, causant la mort de ses 48 passagers et membres d'équipage.
  • Opération Chabert