Vladimir Mikhaïlovitch Komarov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Komarov.
Vladimir Komarov
Vladimir Mikhaïlovitch Komarov avec sa femme Valentina Komarova, et leur fille Irina
Vladimir Mikhaïlovitch Komarov avec sa femme Valentina Komarova, et leur fille Irina

Nationalité Drapeau de l'URSS soviétique
Naissance
Moscou, RSFS de Russie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Décès (à 40 ans)
Oblast d'Orenbourg, RSFS de Russie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Durée cumulée des missions 2 j 3 h 4 min
Mission(s) Voskhod 1Voskhod1 patch.jpg
Soyouz 1 Soyuz-1-patch.png

Vladimir Mikhaïlovitch Komarov (en russe : Владимир Михайлович Комаров) est un cosmonaute soviétique[1], né le à Moscou. Il fut le premier cosmonaute à mourir lors d'une mission spatiale, à bord de Soyouz 1, le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Komarov est né à Moscou le 16 mars 1927, grandissant avec sa sœur Matilde. Son père était un ouvrier qui exerçait plusieurs boulots peu payés afin de subvenir aux besoins de sa famille. En 1935, Komarov commença son processus d'éducation où il se montrait naturellement compétent dans le domaine des mathématiques. En 1941, Komarov quitte l'école à cause de la Seconde Guerre mondiale et l'invasion de l'U.R.S.S. par l'Allemagne, il devint ouvrier dans une ferme collective. Jeune, il montre un intérêt prononcé pour l'aéronautique, il collectionnait les magazines et les images autour de l'aviation, en plus de créer des maquettes d'avions et sa propre hélice. À l'âge de 15 ans en 1942, Komarov intègre la « 1re école de forces aériennes spéciale de Moscou » pour poursuivre son rêve de devenir un aviateur. Peu après, sa famille apprit que le père de Komarov avait été tué dans un « événement de guerre inconnu ». Par nécessité due à l'invasion allemande, l'école d'aviation fut vite déplacée dans la région de Tioumen en Sibérie pour la durée de la guerre. Les étudiants y apprenaient une grande variété de sujets outre l'aviation, incluant la zoologie et les langues étrangères. En 1945, Komarov fut diplômé de l'école d'aviation avec les honneurs. Les hostilités de la Seconde Guerre mondiale furent terminées avant que Komarov soit appelé au combat.

En 1946, Komarov acheva ses cinq ans d'entraînement à l'école supérieure des forces aériennes Chkalov à Borissoglebsk dans l'oblast de Voronej. Il compléta son entraînement à l'université d'aviation A.K. Serov à Bataïsk. La mère de Komarov mourrut en 1948, sept mois avant son obtention du diplôme (en 1949) auquel il reçut son badge d'aviateur et son mandat de lieutenant dans les forces aériennes soviétiques.

Vols réalisés[modifier | modifier le code]

Il fut le commandant du premier vaisseau emportant un équipage triple, Voskhod 1, le .

Il meurt tragiquement lors de l'écrasement au sol de sa capsule Soyouz 1, le , après que les parachutes se fussent mis en torche. Avant son départ, sa dernière lecture fut un ouvrage sur la vie de Jeanne d'Arc dont il souligna un passage prémonitoire : « She bade her farewells and continued gazing at the clear blue sky until the final second when the black smoke blotted out that sky forever »[2],[3],[4].

Hommages[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Citoyen soviétique de nationalité russe, selon sa fiche biographique sur le site www.warheroes.ru.
  2. « Family Announcements, Vladimir Komarov - Funeral Directors and services - Family Announcements Announcements », sur www.family-announcements.co.uk (consulté le 29 décembre 2016)
  3. Henri Guillemin, Jeanne, dite Jeanne d'Arc, Mayenne, Gallimard, , 251 p., p. 241.
  4. Soit, en français : « Elle fit ses adieux et continua à regarder le clair ciel bleu jusqu'à la dernière seconde quand la fumée noire masqua ce ciel pour toujours ».
  5. a et b (en) Lutz Schmadel, Dictionary of Minor Planet Names, vol. 1, Springer, , 992 p. (ISBN 3-540-00238-3, lire en ligne), p. 147
  6. « Apollo Imagery: AS15-88-11894 », sur nasa.org (consulté le 3 avril 2017)
  7. (en) Colin Burgess et Kate Doolan, Fallen Astronauts: Heroes Who Died Reaching for the Moon, Revised Edition, Lincoln, (ISBN 9780803285095, LCCN 2015042585), chap. 4 (« By the light of a soviet moon »), p. 218
  8. (en) « Planetary Names: Crater, craters: Komarov on Moon », sur usgs.gov (consulté le 3 avril 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]