Villa Flora

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Villa Flora
Winterthur Villa Flora.jpg
Informations générales
Ouverture
Surface
Non renseigné
Visiteurs par an
Non renseigné
Site web
[www.villaflora.ch www.villaflora.ch]
Collections
Collections
Peintures post-impressionnisme
Nombre d'objets
Non renseigné
Bâtiment
Protection
Bien culturel suisse d'importance régionale (d)
Bien culturel suisse d'importance nationale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Tösstalstrasse,44
CH 8400 Winterthour
Coordonnées
Localisation sur la carte de Suisse
voir sur la carte de Suisse
Red pog.svg

Le musée d'art Villa Flora à Winterthur, sis dans la demeure patricienne des époux Hahnloser-Bühler, a été ouvert au public en mai 1995. Cette villa située dans le quartier résidentiel de la ville, présente un ensemble de tableaux nabis et fauves, réunis entre 1907 et 1932 par le Dr Arthur Hahnloser (1870 - 1936) et sa femme Hedy Hahnloser-Bühler (1873 - 1952)

Histoire[modifier | modifier le code]

La villa construite en 1846, appartient successivement au grand-père puis au père (Karl Bühler-Blümer) de Hedy Hahnloser. Au corps de logis initial de style néoclassique, s'ajoutèrent entre 1862 à 1927 des agrandissements et transformations qui en font une élégante villa. La dernière rénovation a été effectuée avant l'ouverture au public, pour y aménager un hall d'entrée.

Dès 1908, les Hahnloser entretiennent une riche correspondance avec Félix Vallotton et Henri Manguin. Grâce à eux, ils font la connaissance en particulier de Pierre Bonnard, Henri Matisse, Odilon Redon, Georges Rouault, Aristide Maillol ou encore Edouard Vuillard, qui deviennent leurs amis, et dont ils achètent de nombreuses œuvres. La collection, acquise directement chez les peintres, contribua beaucoup à faire connaître le postimpressionnisme. Ils investissent également dans l'achat d'œuvres des grands peintres : Vincent van Gogh, Paul Gauguin, Paul Cézanne, Auguste Renoir.

Après la mort de Arthur (1936) puis de Hedy (1952), leurs descendants ont créé la Fondation Hahnloser/Jaeggli. La Villa Flora a été transformée en musée en 1995 par Verena et Robert Steiger-Jäggli, une des petites-filles du couple de collectionneurs[1].

Arthur Hahnloser[modifier | modifier le code]

Né le 13 avril 1870 à Winterthur, il est le seul à ne pas suivre la profession de sa famille, active dans l'industrie du coton, en devenant médecin ophtalmologue. Il était surnommé "le médecin des pauvres" et il avait installé sa clinique dans la maison. Il se marie en 1898. et meurt le 17 mai 1936, à Cannes dans sa demeure d'hiver[2].

Hedy Hahnloser-Bühler[modifier | modifier le code]

Hedy, fille de Karl Bühler Blumer, est née le 5 février 1873 dans une famille de fabricants de textiles à Winterthur. Elle fait des études de dessin à Saint-Gall et suit une courte formation de peintre à Munich. Ses dons la poussent plutôt vers les arts décoratifs. Dans son atelier à la Villa Flora, elle dessine des dessous de meubles, des coussins, des meubles pour enfants et des jouets. Elle meurt en 1952.

Collection[modifier | modifier le code]

La collection comprend des œuvres importantes d'artistes tels que : Pierre Bonnard, Paul Cézanne, Giovanni Giacometti, Vincent van Gogh, Ferdinand Hodler, Aristide Maillol, Henri Manguin, Albert Marquet, Henri Matisse, Odilon Redon, Pierre-Auguste Renoir, Auguste Rodin, Georges Rouault, Ker-Xavier Roussel, Henri de Toulouse-Lautrec, Félix Vallotton, Edouard Vuillard et Friedrich Wield. La collection est cotée comme un bien culturel d'importance nationale suisse[3].

Anecdote[modifier | modifier le code]

Certaines peintures qui décoraient les murs de la Villa Flora faisaient jaser en ville et les parents interdisaient à leurs enfants de visiter cette maison, en raison des femmes nues exposées sur les murs.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La collection Arthur et Hedy Hahnloser – Un regard partagé avec les artistes, Margrit Hahnloser-Ingold, 2011, Éditions Bibliothèque des Arts.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Temps, 11 juillet 1995
  2. Gazette de Lausanne, 2 septembre 1967
  3. Tribune de Genève, 25 juin 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]