Vera Moukhina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vera Moukhina
1989 CPA 6077.jpg

Timbre édité en URSS pour le centenaire de la naissance de l'artiste

Naissance
Décès
Nationalités
Activités
Distinction
Œuvres réputées

Vera Ignatievna Moukhina (en russe : Вера Игнатьевна Мухина), née le [1] à Riga (Lettonie) et morte le (à 64 ans) à Moscou (Union soviétique), est une sculptrice soviétique[2][3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Vera Moukhina est issue d'une famille de négociants russes de Moscou. Elle a été baptisée à l'église de l'Annonciation de cette ville, alors capitale du gouvernement de Livonie, mais elle passe son enfance de 1892 à 1904 à Théodosie, où elle reçoit sa première éducation artistique. Après avoir terminé le lycée, elle poursuit ses études à Moscou, où elle apprend le dessin auprès de Constantin Juon et d'Ilia Machkov.

En 1912, elle se rend à Paris, où elle assiste à l'Académie de la Grande Chaumière aux cours d'Antoine Bourdelle, avant de continuer son exploration de l'art et de la sculpture en Italie.

Dans les années 1926-1927, elle enseigne à l'école technique d'art et d'artisanat (en russe : Кустарно-художественный техникум)[2].

Elle est reconnue comme artiste du peuple de l'URSS. Elle devient membre actif de l'Académie des Beaux-Arts de l'URSS[4]. Elle contribue au développement de la sculpture monumentale et du portrait soviétique ainsi qu'au projet léninien de propagande monumentale (en). On peut parler, à propos de son œuvre, d'art officiel. Sa sculpture la plus célèbre, L'Ouvrier et la Kolkhozienne en plaques d'acier chromé inoxydable qui mesure 25 mètres de haut et pèse 80 tonnes, « symbole de la nouvelle société », fut érigée à Paris sur le toit du pavillon de l'Union soviétique lors de l'exposition universelle de 1937[5]. La confrontation artistique avec le pavillon allemand surmonté, lui, d'un aigle colossal, fut un événement très remarqué. Son oeuvre appartient au réalisme socialiste soviétique[2]. Plusieurs autres œuvres monumentales sont également célèbres : le monument à Maxime Gorki, le groupe « Nous exigeons la paix ! », le monument à Tchaïkovski érigé à Moscou en 1945.

Cependant, Vera Moukhina a travaillé à d'autres formes artistiques, en créant notamment des décors pour le théâtre ainsi que des costumes, associée avec Aleksandra Ekster, Evguenia Pribylskaya et Nedezjda Lomanova. Elle a également touché aux arts décoratifs, avec la création en 1940 de verres à facettes et des lignes de vêtements.

Le cratère vénusien Mukhina a été nommé en son honneur[6].

Publication[modifier | modifier le code]

  • (en) A sculptor's thoughts, traduit du russe en anglais par Fainna Solasko, Moscou, Foreign Language Publishing House, 1957.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Certaines sources mentionnent le 19 juin, cette date est due à l'utilisation du calendrier julien.
  2. a, b et c (ru) Софья Руднева, « Символы Веры. », sur Журнал Вокруг Света,‎ (consulté le 29 avril 2015)
  3. (en) « Vera Mukhina. Queen of Soviet Sculpture. », sur russia-ic.com,‎ (consulté le 29 avril 2015)
  4. « UNESCO », note présentée par l'Union des républiques socialistes soviétiques, Paris .
  5. « Vera Mukhina. L'Ouvrier et la Kolkhozienne, 1937. », sur ac-versailles.fr (consulté le 29 avril 2015)
  6. (en) Working Group for Planetary System Nomenclature, Gazetteer of Planetary Nomenclature 1994, Washington, International Astronomical Union, United States Government Printing Office, 295 p. (lire en ligne), p. 20 année = 1995.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :