L'Ouvrier et la Kolkhozienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Ouvrier et la Kolkhozienne (en russe : Рабо́чий и колхо́зница, Rabotchi i Kolkhoznitsa) est un groupe sculpté créé par l'artiste russe Vera Ignatievna Moukhina en 1937. Il est devenu le symbole du « réalisme socialiste » soviétique. De style Art déco, le monument est composé de deux figures : une femme (la kolkhozienne) et un homme (l'ouvrier), brandissant respectivement la faucille et le marteau, symboles communistes des deux branches du prolétariat (l'agriculture et l'industrie). Haute de 25 mètres et pesant 80 tonnes, cette sculpture monumentale a été construite spécialement pour l'Exposition universelle de 1937 à Paris, où elle surmontait le pavillon de l'Union soviétique. L'œuvre se trouve actuellement au nord de Moscou, non loin de la station de métro VDNKh et de l'hôtel Cosmos, à l'entrée du Centre panrusse des expositions, sur l'avenue Prospekt Mira.

Genèse de la sculpture[modifier | modifier le code]

La statue de L'Ouvrier et la Kolkhozienne au sommet du pavillon de l'URSS lors de l'Exposition universelle de 1937 à Paris (photo originale colorisée).

L'URSS organise dès 1933 un concours pour la construction du pavillon russe pour l'Exposition universelle de 1937 à Paris. Il est remporté par l'architecte Boris Iofane. Celui-ci a l'idée de placer une sculpture au sommet du futur pavillon, et pense à une statue de Lénine haute de 60 mètres. D'abord approuvé, le projet est finalement annulé. En 1936, est organisé un second concours pour déterminer à quel artiste sera confiée la réalisation de la sculpture du pavillon. Vera Moukhina, alors âgée de 47 ans, gagne le concours. Elle crée L'Ouvrier et la Kolkhozienne selon les codes artistiques du « réalisme socialiste » imposés par Staline en 1934 aux fins de propagande. Le monument est d'ailleurs qualifiée par la Grande Encyclopédie soviétique de « standard du réalisme socialiste soviétique »[1].

L'influence d'un groupe statuaire de la Grèce antique représentant les tyrannoctones est parfois cité[2].

La réalisation de cet immense monument, dont le modèle en plâtre, créé par Vera Moukhina, mesure un mètre et demi de haut, a été conduite par un groupe de plus de vingt ingénieurs dirigé par V.P. Nikolaev. La sculpture faite en acier inoxydable, un alliage fer-chrome-nickel (Fe-Cr-Ni), a été alors coulée selon ce modèle dans les ateliers de l'Institut mécanique et de l'industrie métallurgique sous la direction du professeur P.N. Lvov.

À l'Exposition universelle de 1937[modifier | modifier le code]

Panorama du site de l'Exposition Universelle de 1937 depuis le Palais de Chaillot : le pavillon de l'Allemagne nazie surmonté d'un aigle, à gauche, fait face à celui de l'Union soviétique surmonté de L'Ouvrier et la Kolkhozienne.

L'Ouvrier et la Kolkhozienne fait grande impression sur le public et les journalistes lors de l'Exposition universelle de 1937 présentée au Trocadéro, à Paris. La confrontation artistique avec le pavillon allemand du IIIème Reich - situé juste en face du pavillon russe - surmonté, lui, d'un aigle colossal, est un événement tout aussi remarqué (voir photo ci-contre) : la statue soviétique, dont l'inox étincelait au soleil, semblait braver l'aigle nazi perché au sommet d'un pavillon plus haut qu'elle. Les Allemands avaient en effet attendu que les Soviétiques eussent achevé leur pavillon pour rehausser le leur de dix mètres supplémentaires, au tout dernier moment, afin que l'aigle dominât en hauteur L'Ouvrier et la Kolkhozienne. Le but était de montrer la supériorité de l'idéologie nazie sur l'idéologie communiste[3]. Après l'Exposition, la statue est démontée. Endommagée au cours du transport de Paris à Moscou, une réplique a été construite entre janvier et août 1939 qui a été placée sur un piédestal devant l'entrée nord du Centre panrusse des expositions.

Lors du démantèlement de la sculpture et du pavillon, l'URSS offre à la France (à la CGT) les bas-reliefs sculptés du monument, œuvre de Joseph Tchaïkov. Ils ont été redécouverts en 2004, brisés en morceaux dans la glacière d'un château du Val-d'Oise ayant appartenu à la CGT de 1937 à1972 : la France pétainiste aurait ordonné leur destruction en 1941[4]. Les bas-reliefs ont été partiellement restaurés et présentés au public en 2010 à la Villette[5]. Un documentaire télévisé français a été tourné sur le sujet, qui retrace également l'épopée du monument[6].

Restaurations[modifier | modifier le code]

La sculpture a été restaurée en 1979 puis démontée en plusieurs fragments en 2003 dans l'intention de restaurer à nouveau le monument et le remettre à sa place à la fin de l'année 2005. Mais à cause d'un problème de financement, la sculpture est restée démontée plus longtemps que prévu. Elle a finalement retrouvé son piédestal (10 mètres plus haut que le précédent) le 28 novembre 2009[7], les Russes ayant reconstruit à l'identique le pavillon de 1937.

Le modèle final du monument (avant coulage), lui-même, en bronze et d'une hauteur de 160 cm, est conservé à la Galerie Tretiakov à Moscou.

Composition de la sculpture[modifier | modifier le code]

L'Ouvrier et la Kolkhozienne est composée de plaques en acier chromé inoxydable soudées sur une ossature en bois. C’était alors la première sculpture en soudure du monde[8]. L'alliage en acier inoxydable fer-chrome-nickel est l'un des accomplissements les plus remarquables de l'industrie moderne, l'acier présentant une aussi bonne résistance à la corrosion que l'or. Visuellement, la couleur de l'alliage n'est pas constante, mais dépend de la couleur des nuages, du ciel et du degré d'éclairement solaire. L’ingénierie soviétique exploitera pour ses qualités l'acier inoxydable, en tant que nouveau matériau sculptural.

L'Ouvrier et la Kolkhozienne dans les médias[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • Un documentaire télévisé français a été réalisé en 2010 par Jean-Paul Fargier sur l’épopée de L'Ouvrier et la Kolkhozienne, intitulé : Tombeau pour l'URSS (52 minutes, Zadig productions). Visionner la bande-annonce en ligne : [1].

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • La sculpture est devenue le symbole du studio de cinéma soviétique et russe Mosfilm ; elle est visible au début des films produits par ce studio ;
  • La sculpture apparaît dans la séquence de début du film américain Double Détente (1988), dans lequel joue Arnold Schwarzenegger ;

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Timbres et monnaies[modifier | modifier le code]

  • Une pièce de monnaie commémorative soviétique de 15 kopecks est émise en 1967 pour le cinquantenaire de l'URSS.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]