Henri Le Fauconnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fauconnier et Le Fauconnier.
Henri Le Fauconnier
Henri le Fauconnier, 1908, Ploumanac'h.jpg

Ploumanac’h (1908), Bergen, Museum Kranenburgh (nl).

Naissance
Décès
(à 65 ans)
Paris
Nom de naissance
Henri Victor Gabriel Le Fauconnier
Nationalité
Activités
Formation
Mouvement
Distinctions
Directeur Académie de La Palette (1912-1914)

Henri Victor Gabriel Le Fauconnier, né à Hesdin le et mort à Paris le , est un peintre cubiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi des études de droit à Paris, Henri Le Fauconnier s’inscrit dans l’atelier de Jean-Paul Laurens avant de rejoindre l’Académie Julian. Il expose au Salon des indépendants en 1904. Il se situe alors dans la ligne de Matisse et met en pratique ses hardiesses colorées. Il s’installe en Bretagne en 1907 à Ploumanac'h et peint des paysages rocheux, caractérisés par des tons assagis de bruns et des cernes épais délimitant les formes simplifiées. Il explore une voie personnelle qu’il met en pratique à des nus ou des portraits comme celui du poète Pierre Jean Jouve en 1909 (Paris, musée national d’art moderne). De retour à Paris, il se mêle au milieu artistique et littéraire qui se réunit autour de Paul Fort à la Closerie des Lilas[1].

Faisant figure d’intellectuel, Le Fauconnier a publié à l’invitation de Kandinsky un texte théorique dans le catalogue de la Neue Künstlervereinigung de Munich en 1910. Il ouvre son atelier de la rue Visconti à Paris aux artistes désireux comme lui de tirer les leçons de Cézanne. Avec Jean Metzinger, Albert Gleizes, Fernand Léger, Robert Delaunay, il contribue au scandale du cubisme au Salon des indépendants de 1911. Le Fauconnier faisait partie du groupe de Puteaux.

Il habita au début du siècle à Grosrouvre dans les Yvelines.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Guillaume Apollinaire, Dorothea Eimert, Anatoli Podoksik, Cubism.