Trébeurden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trébeurden
La plage de Tresmeur
La plage de Tresmeur
Blason de Trébeurden
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Lannion
Canton Perros-Guirec
Intercommunalité Lannion-Trégor Agglomération
Maire
Mandat
Alain Faivre
2014-2020
Code postal 22560
Code commune 22343
Démographie
Gentilé Trébeurdinais
Population
municipale
3 639 hab. (2014)
Densité 272 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 46′ 13″ nord, 3° 34′ 01″ ouest
Altitude 68 m
Min. 0 m
Max. 104 m
Superficie 13,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Trébeurden

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Trébeurden

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trébeurden

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trébeurden
Liens
Site web Site officiel de la ville de Trébeurden

Trébeurden [tʁebœʁdɛ̃] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Trébeurden est une station balnéaire bretonne sur la Manche, à l'entrée de la baie de Lannion, classée station touristique le . Elle correspond à la partie occidentale de la Côte de granit rose. Ses principaux atouts sont ses sites naturels protégés, ses plages qui bénéficient pour deux d'entre elles d'une exposition sud et sud-ouest rare en Bretagne Nord, son port de plaisance doté d'un bassin à flots (650 anneaux), son port municipal et ses autres mouillages[1]. Trébeurden se trouve sur le territoire de l'ancienne province du Trégor. Ses devises sont : « ar mor eo ma flijadur » (« la mer est mon plaisir ») et « S'attache, qui m'aborde ».

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Trébeurden est située au nord-ouest du département des Côtes-d'Armor. La commune est limitrophe de deux communes : Lannion 9,7 km et Pleumeur-Bodou 4 km.

Communes limitrophes du Trébeurden
Pleumeur-Bodou
Manche Trébeurden
Lannion

Le bourg de Trébeurden est distant de 44,5 km de Guingamp, de 75,5 km de Saint-Brieuc, de 180 km de Rennes, de 524 km de Paris, de 46,5 km de Morlaix et de 103 km de Brest.

Le port de Trébeurden est distant de 15 milles de Roscoff, de 45 milles de l'Aber Wrac'h, de 48 milles de Paimpol, de 82 milles de Brest, de 94 milles de Dartmouth, de 97 milles de Plymouth.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le massif granitique de Ploumanac'h s'étend sur 12 km de Trébeurden à Perros-Guirec et constitue l'un des plus beaux sites géologiques de France[2]. Le pluton de Ploumanac'h (massif de roches intrusives magmatiques appelées roches plutoniques) est un exemple de pluton zoné, consistant en trois cercles concentriques résultant de l'intrusion successive de trois corps magmatiques[3] :

– le cercle externe s'étend du chaos rocheux de Ploumanac'h à l'île Milliau à Trébeurden. On y trouve principalement le fameux granite rose à gros grain dit de la Clarté ;
– le cercle médian s'étend de la plage de Toul Bihan à Trégastel à la plage de Goas-Trez à Trébeurden. Elle est constituée d'un granite à grain plus fin, dit granite à Canton (Trébeurden) ;
– le cercle interne, cœur du massif, est constitué d'un granite à grain encore plus fin, le leucogranite de l'Île-Grande.

La presqu'île de Toëno (ou île Toenot), à Trébeurden, a la particularité de se trouver à la rencontre des trois types de granites du massif de Ploumanac'h[4]. L'inclusion granitique du massif de Ploumanac'h est bordé par des roches plus anciennes, constitué de granite cadomien de Perros-Guirec, daté à 615 millions d’années, mais à l'exception du sud de l'île Milliau, où elle est au contact direct avec les plus vieilles roches de France métropolitaine : les gneiss œillés icartiens de Pors-Raden, âgés d’environ 2 milliards d’années[5],[6].

L'inventaire national du patrimoine géologique a conduit à la classification des différents géosites de Bretagne. À Trébeurden, deux sites ont retenu l'attention (source : Liste des sites géologiques de Bretagne) :

Intérêt Nom du site Intérêt géologique Image
National Île Millau contact intrusif du granite de Ploumanac'h avec l’encaissant sédimentaire Contact of Granite and Hornels in Brittany.jpg
Régional Île Toenot relations géométriques et chronologiques entre les trois types de granite du massif de Ploumanac'h

Une curiosité géologique : en 1978, Odile Guérin[7], géomorphologue, présente à l'Académie des sciences les résultats de son étude sur une curiosité géologique rencontrée sur l'estran de l'île Molène à Trébeurden. Il s'agit d'un ellipsoïde de révolution dans sa marmite (3 tonnes, 1,40 m de longueur, 1,30 m de largeur et 1 m de profondeur). L'Académie l'authentifie comme étant le plus gros galet du monde[8].

Au milieu de la promenade de Tresmeur, une rose des vents inclut, entre autres, un cadran solaire de type horizontal analemmatique inverse de forme circulaire. La circonférence de la rose comporte 24 pierres différentes, toutes provenant de Trébeurden, et dont l'âge s'étage de 2 milliards à 100 millions d'années. Le cadran est dit "inverse" car, pour indiquer l'heure, la personne doit se déplacer sur la circonférence pour faire coïncider son ombre avec le point de l'échelle des dates du mois en cours. Sur un cadran classique la personne se place sur l'échelle des dates et l'intersection de son ombre avec la couronne donne l'heure. Outre l'heure solaire, la surface de la rose indique les coordonnées géographiques, la direction du champ magnétique, l'altitude (terrestre et marine), les directions de lever et coucher du Soleil et de la Lune et fournit des paramètres sur les marées[9],[10].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de Goas Lagorn sépare les communes de Lannion et Trébeurden. En 1931, une prise d'eau est effectuée dans ce ruisseau près de la route Lannion-Trébeurden. La conduite va alimenter le bourg, la rue des Plages, les rues de Molène et Trozoul, puis Lan-Kerellec et Tresmeur. Neuf bornes fontaines sont implantées. C'est le début d'un réseau urbain des eaux à Trébeurden[11]. Le ruisseau de Kerhuel prend sa source au centre de la commune de Pleumeur-Bodou et sépare les deux communes à la fin de son parcours entre Saint-Uzec et l'étang côtier de Penvern. L'étang de Penvern est la propriété des deux communes dont l'avis diverge quant à l'avenir du lieu qui a souffert de pollution par le passé. Pleumeur serait favorable à un curage, Trébeurden au retour à un marais maritime[12]. Un ruisseau traverse la commune, de Poul Ranet au sud-est jusqu'au marais du Notenno au nord. Il passe près du manoir de Kerariou aux environs duquel deux bassins de lagunage récupèrent les eaux traitées de la station d'épuration de Trovern Braz pour un séjour d’aération et d’oxygénation de 30 jours environ[13].

Plusieurs zones humides côtières bordent la commune : le marais du Notenno au nord, le marais du Quellen au nord-ouest. Le jardin de Ker Nelly près de Trozoul fut d'abord un terrain marécageux avant d'être rattaché à la propriété privée de la villa Ker Nelly. Il fut aménagé en jardin autour d'un lac avant de devenir le jardin public d'aujourd'hui.

Le nom de plusieurs lieux-dits de la commune permet d'identifier la présence passée ou actuelle de mares ou d'eaux stagnantes : Poul Ranet, Poul ar Bellec, Poul ar Christenien. Certains ont émis l'hypothèse que ce dernier lieu fut un lieu de baptême lors de l'évangélisation de la population par les moines bretons ayant traversé la Manche, tel le supposé Miliau ayant peut-être résidé sur l'île du même nom.

En 2005, 35 fontaines ont été inventoriées par l'office de tourisme de Trébeurden, parmi lesquelles deux ont été depuis détruites[14]. Deux fontaines de dévotions sont encore visibles dans l'espace public. La fontaine de dévotion édifiée en 1696, dite fontaine de Bonne-Nouvelle, restaurée dans les années 1970, servait encore de lavoir dans les années 1920[15]. La fontaine de dévotion de Penvern date elle de 1801[16]. Le routoir de Saint-Uzec situé sur un terrain communal entre les chapelles de Penvern et de Saint-Uzec était utilisé pour le rouissage du lin et du chanvre, qui était une activité importante dans la région. Il mesure 15 mètres de long sur 5, dans le sens de la pente du ruisseau. Il est situé au bord d'un chemin creux, difficile d'accès[17]. Enfin de nombreux puits sont encore présents sur le territoire de la commune, montés en moellons de granite dans le style propre à la région. La plupart d'entre eux datent du XIXe siècle et sont dans l'espace privé.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune de Trébeurden est soumise à un climat doux (température moyenne de 11,2 °C), de type océanique (de type cfb dans la classification de Köppen). Les températures extrêmes sont atténuées, en été comme en hiver. Les types de temps sont caractérisés par une variabilité importante. L’influence océanique réduit les amplitudes thermiques journalières et annuelles. Les vagues de froid et de chaleur sont rares et souvent d'amplitude moindre que dans le reste de la France. En août 2012, la température maximale moyenne s'élève à 22,3 °C (moyenne nationale 26,9 °C). En février 2012, la température minimale moyenne s'élève à 2,4 °C) (moyenne nationale −3,2 °C). Les jours de gel sont rares et les températures inférieures à moins 2 °C brèves et exceptionnelles (zone 9b de rusticité des plantes)[18].

La commune de Trébeurden a connu 718 millimètres de pluie en 2012.

L'exposition aux vents est directement liée à la situation géographique de Trébeurden, promontoire orienté vers l'ouest. Elle en fait un site particulièrement apprécié des amateurs de voile, planche à voile, parapente et kitesurf[19].

Relevé météorologique de la station de Ploumanac'h (lieu-dit le Sémaphore, altitude 55m, à 6km à vol d'oiseau au nord-ouest de Trébeurden, altitude 0-104m) pour la période 1961-1990.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 5,2 4,9 6,3 7,1 9,6 12 13,9 14,3 13,2 10,8 8 5,9 9,3
Température moyenne (°C) 7,4 7,3 8,9 9,9 12,4 14,9 16,9 17,4 16,1 13,4 10,3 8,1 11,9
Température maximale moyenne (°C) 9,6 9,7 11,5 12,7 15,2 17,7 19,8 20,4 18,9 16 12,5 10,2 14,5
Record de froid (°C) −11 −11 −3,2 0 1,8 6 8,2 7,8 7 1 −2,8 −10 −11
Record de chaleur (°C) 17,8 20,6 23,6 26,2 30,3 32,7 36,2 35,6 30,5 30,8 22 18,3 36,2
Précipitations (mm) 93,3 76,3 65,5 64,9 61,3 45,5 47,4 49,5 55,4 91,5 95,8 109,8 856,2
Source : Données climatiques de la station de Ploumanach, Altitude 55m (période 1961-1990).
« Infoclimat » et « Météo-France »
, consultés le 16 avril 2017.
Article détaillé : Climat de la Bretagne.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Trébeurden est en zone de sismicité faible (2 sur 5) selon la carte de zonage du risque sismique en France (2011). La Bretagne a connu 1145 séismes de 1980 à décembre 2016. Sur cette période, un séisme est survenu sur le territoire de la commune, un autre à quelques kilomètres au large des côtes, sans occasionner aucun dégât particulier :

  • Le dernier séisme sur le territoire de la commune a eu lieu le 31 décembre 1998. Il était d'une magnitude de 2,4[20] sur l'échelle de Richter (épicentre à environ 1km au sud du bourg).
  • Un séisme a lieu au large de la commune le 14 février 1985. Il était d'une magnitude de 3[21] sur l'échelle de Richter (épicentre en mer à environ 8km au nord de la commune).

Marées[modifier | modifier le code]

La marée du siècle, plage de Tresmeur le 21 mars 2015, 19h09, coefficient 119

À Trébeurden, à l'occasion des marées d'équinoxe, le marnage maximum est d'environ 9,40 m (exemple de la marée du 10 septembre 2014 de coefficient 115)[22]. Le marnage correspond à la différence de hauteur d'eau mesurée entre les niveaux d'une pleine mer et d'une basse mer consécutives. En comparaison, le marnage maximum de quelques ports de Bretagne nord (à la même date) : Saint-Malo 12,85 m, Erquy 12,25 m, Saint-Quay-Portrieux 11,85 m, Perros-Guirec 9,75 m, Roscoff 9,15 m.

Les grandes marées voient affluer les pêcheurs à pied sur les lieux de grève, à Goas-Trez ou à la passe du Castel par exemple, quand la réglementation, pour des raisons sanitaires, ne limite pas cette activité immémoriale[23]. Il y a aussi une réglementation relative à la taille des coquillages. En juillet 2013, la taille minimale autorisée à la pêche des palourdes est de 4 cm. Pour les coques, 3 cm. Un contrôleur départemental des pêches effectue régulièrement un contrôle des pêches sur l'estran. C'est l'occasion de sensibiliser les pêcheurs à la protection des espèces[24]. Les marées dites du siècle, d'un coefficient supérieur à 118, découvrent au-delà des limites habituelles. À Trébeurden, on est supposé pouvoir aller à pied jusqu'à l'île Molène. Si elles sont attendues impatiemment par les pêcheurs, elles sont redoutées par les riverains. Au XXe siècle, la plus grande marée fut enregistrée le 27 mars 1967, malheureusement quelques jours après le naufrage du Torrey Canyon qui occasionna la marée noire qui souilla les côtes du Trégor, dont Trébeurden. La dernière marée du siècle a eu lieu le 21 mars 2015 avec un coefficient de 119[25].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Infrastructures routières[modifier | modifier le code]

Au sud-est, la D65 relie Trébeurden (bourg) à Lannion. Elle traverse la commune en passant par le quartier de Pen-Lan à l'entrée de l'agglomération.

La D788 relie Trébeurden aux stations balnéaires de la Côte de granit rose : Trégastel et Perros-Guirec. Elle relie le Bourg de Trébeurden, par la rue des Plages, à la place de Crec'h Héry, lieu d'une part importante de l'activité commerçante (marché hebdomadaire) et accès principal au port et plages de Tresmeur et Pors-Termen. La D788 rejoint ensuite la plage de Goas-Treiz, Toëno et enfin Penvern. La D788 est communément appelée route de la Corniche[26]. Primitivement construite de Perros-Guirec à Trégastel de 1911 à 1918, elle fut prolongée jusqu'à Trébeurden (travaux de 1927 à 1933). C'est vers 1960, à l'initiative de la commune que sera réalisé le tronçon partant de la place Crec'h Héry à la plage de Pors-Mabo (la départementale D6D) nommé route de la Corniche de Pors-Mabo. Une grande partie du parcours des 20 km de la Côte de granit rose se déroule sur le tracé de la D788[27].

La D6 relie Trébeurden au bourg de Pleumeur-Bodou.

Au nord, la D21 relie Penvern à l'Île-Grande.

Infrastructures ferroviaires[modifier | modifier le code]

La gare SNCF TGV Lannion est à 9,9 km. La gare SNCF TGV Guingamp est à 44 km. La gare SNCF TGV Plouaret-Trégor est à 24,5 km.

Infrastructures aéroportuaires[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Lannion est à 8,8 km. L'aéroport de Brest-Bretagne est à 93 km.

Hameaux, lieux-dits[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Ogée, ingénieur géographe du XVIIIe siècle a publié un Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne en quatre volumes en 1778-1780, qui contient une notice relative à Trébeurden[28]. À cette occasion, il établit une liste des villages de la commune. La graphie d'origine, souvent légèrement différente de celle-d'aujourd'hui, est ici conservée : Run-ar-Guern, Dibidolo, le Bris, Keralegant, Roc'h-Crénan, Rugoulouern, Kerhellen, Trovern-Bras, Kerellec, Lucas-Guillou, Trovern-Bihan, Bonne-Nouvelle, le Christ, Kergam, Gaffric, Guiller, Coz-Forn, Kerglée, Kerario-Jacob, le Creic, Keroult, Lez-Leino-Huellan, Penn-Lan, Kernevez, Keravel, Quinio, Kerdonic, Crec'h-an-Forn.

Dans le même ouvrage, donc en 1778, la surface totale de la commune est établie à 1 340 ha, dont les terres labourables 594 ha, prés et pâturages 53 ha, bois 3 ha, landes incultes 617 ha, superficie des propriétés bâties 10 ha (non imp. 61 ha). On compte 6 moulins (dont les moulins à vent de Trovern, de Keravel, de Kerroc'h et du Hellen et le moulin à eau de Goazagoar) et 2 manoirs (Trovern et Kerariou)[29].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Treberden en 1268[30], Trebreden fin du XIVe siècle, en 1461, 1486 et en 1540, Treberden en 1543[31].

Le préfixe Tré- désigne une trève signifiant en Bretagne une subdivision de paroisse. Tre-' est aussi un élément de composition des toponymes très fréquent en Cornouaille britannique désignant généralement des hameaux. Le cartulaire de Landévennec, manuscrit rédigé en latin daté du IXe au XIe siècle, cite plusieurs fois un lieu nommé Lan Preden, à rapprocher du terme gallois Prydain, Prydein ou Prydin désignant simplement la Bretagne insulaire mais pouvant également faire référence à un moine ayant traversé la Manche au VIe siècle et ayant laissé sur son passage une trace dans plusieurs toponymes dont Trébeurden, Loc Preden ou Lopréden à Plouénan, Preden à Riec-sur-Belon, ainsi que la commune de Rosporden, colline de Preden. Sur ce principe, Saint Miliau a effectué un parcours semblable allant possiblement de l'Île Milliau à Ploumilliau puis Guimiliau. Un historiographe local, Benjamin Jollivet, a émis du XIXe siècle une autre hypothèse en proposant une traduction de Trébeurden de l'ancien breton : « trêve des petits hommes », qui ne semble pas avoir été confirmée depuis[31]. Une certitude, Treberden est cité, pour la première fois, comme paroisse du diocèse de Tréguier dans une charte de l'abbaye de Bégard en 1268. Régis de Saint-Jouan, ancien directeur des archives du département signale dans un de ses ouvrages que Trébeurden est identifié par cette graphie Treberden jusqu'au XVIIIe siècle, époque où les deux écritures cohabitent[32]. Un document cartographique manuscrit datant de la fin du XVIIIe siècle répertorié au catalogue général de la Bibliothèque nationale de France en témoigne[33].

Histoire[modifier | modifier le code]

Trébeurden (Tréberden) est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Pleumeur-Bodou. La fondation de l'agglomération de Trébeurden, d'après les documents les plus anciens que l'on puisse trouver, doit remonter au début du XIe siècle. La paroisse de Trébeurden (ancien diocèse de Tréguier) est citée comme paroisse dans une charte de l'abbaye de Bégard en 1268 (Archives des Côtes-d'Armor). Aucune trace ne subsiste du prieuré relevant de l'abbaye de Bégard et établi en Penlan en 1243. Dès le XIVe siècle, Trébeurden est mentionné comme port de pêche.

Des origines aux migrations bretonnes[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'occupation remontent à environ 20 000 av. J.-C. (outils en silex). Vers 10 000 av. J.-C., des variations climatiques donnent à la côte un rivage très découpé, parsemé de chaos granitiques comme le Castel. Au cours du Mésolithique (10 000 - 5 000 av. J.-C.), le climat tend à se réchauffer : la faune et la flore se transforment et créent des paysages nouveaux. La côte, comme l'indique la découverte de microlithes sur l'île Milliau, semble se peupler peu à peu. Au Néolithique (5 000 - 2 000 av. J.-C.), les hommes deviennent sédentaires, construisent des villages, commencent à pratiquer l'agriculture, et dressent ce que l'on appelle des menhirs (pierres dressées) et des dolmens (tables de pierres) encore nombreux dans la région.

L'époque romaine[modifier | modifier le code]

L'élite gauloise va jusqu'à adopter l'organisation socio-administrative romaine (coutumes, culture, religion...). L'axe de circulation reliant Trébeurden à Pleumeur-Bodou est créé. De nouveaux matériaux de construction, comme la tuile ou le ciment, vont être employés. Dès le IIIe siècle les incursions des pirates saxons se font de plus en plus fréquentes, facilitées par la décadence de l'Empire romain qui ne protège plus efficacement sa périphérie ; des paysans pressurés, révoltés, quitteront la région.

Les migrations bretonnes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Émigration bretonne en Armorique.

La contrée connaît une vague de migrations bretonnes, du IIIe siècle au VIIIe siècle. De nombreux bretons de Grande-Bretagne débarquent sur nos côtes, et y introduisent le christianisme. Leur présence suscite un impact important dans la région : les noms de Trébeurden et Milliau ont pour origine Preden et Meilaw, noms de deux moines gallois.

Du Moyen Âge à l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

La féodalité[modifier | modifier le code]

L'Église séculière se réorganise. La grande paroisse de Pleumeur accorde à Trébeurden son autonomie. Certains ordres monastiques nouveaux, dont la notoriété était croissante, exercent leur influence sur Trébeurden (comme l'ordre du Temple, ou encore les cisterciens qui fondent en 1130 l'abbaye de Bégard). Les moines de Bégard furent les principaux seigneurs de Trébeurden.

Trébeurden avait pour maisons nobles: Kaëraziou (Keraziou), Tranguern (Traonvern), Lesleinou, Keravel, Kerglezrec fondue dans Villeneuve-Crézolles, Miléau, Penlan (qui fut donnée à l'abbaye de Bégard), Mesanhay, Caric, Le Borgne, Clisson, Saliou, Goasbriant.

de la Révolution à 1914[modifier | modifier le code]

L'ancienne société et la Royauté s'effondrent pour laisser place à la République. Jean-Claude Coquart, recteur de la paroisse, devient le premier maire de Trébeurden le 8 février 1790. S'étant sans doute rétracté après avoir prêté serment à la constitution, il part en exil à Jersey. Avec la Révolution française, les réquisitions et les pillages furent fréquents et de nombreux biens appartenant aux seigneuries furent vendus[34].

Les prêtres au temps de la Révolution[modifier | modifier le code]

Le site du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier met en ligne plusieurs articles précieux et agrémentés de notices biographiques sur chacun des prêtres de la région pendant la Révolution[35],[36]. Ils permettent de reconstituer, en la synthétisant, l'histoire tumulteuse et parfois tragique des prêtres du Trégor ayant fréquentés la paroisse de Trébeurden durant la Révolution : François-Marie Nayrod, recteur de Trébeurden à partir de 1778 éprouve en 1785 quelques tracasseries à Trébeurden de la part d’un notaire nommé Le Guillouzer. Il permute avec Jean-Claude Cocquart, recteur de Prat. Ce dernier devient le premier maire de Trébeurden le 8 février 1790. Il le sera au moins jusqu'au 21 octobre 1791 (dernier acte civil enregistré). S'étant sans doute rétracté après avoir prêté serment, il se réfugie d'abord à Tréguier avant de partir à Jersey en septembre 1792, puis en Angleterre (1801-1802).Il meurt à Guingamp le 12 Pluviose an XI à 69 ans. Le vicaire de Trébeurden François Le Montreer, nommé en 1788, devient vicaire de Pleumeur-Bodou en 1790 et ce jusqu'en juin 1791. Il refuse le serment et s'exile a Jersey. Il rentre à Rospez, où il est né, en 1800. Louis Guenveur, curé de Trébeurden à partir d'octobre 1791, s'assermente puis se retracte. Il est arrêté le 1er Thermidor an 6 à Plouaret. Il est incarcéré à Guingamp le 18 juillet 1798, condamné par le directoire des Côtes-du-Nord à la déportation comme assermenté rétracté le 2 mai 1799 et déporté sur l'île de Ré. Il finit par prêter serment et devient recteur de Tréglamus en 1804. Le 28 juillet 1792, Pierre Audy, tailleur de pierre de l’Île-Grande et deux matelots trébeurdinais Yves Larher et Michel Rolland emmènent le recteur de Perros-Guirec, recherché par la Garde nationale, des Sept-Îles, où il s'était réfugié, à Jersey. Il avait refusé de baptiser l’enfant d’un républicain. Jacques Jan, né à Trébeurden, vicaire de Brélévenez, refuse le serment. Il est arrêté chez son frère à Trébeurden au milieu de l'année 1793, Condamné à la déportation en Afrique, il est finalement condamné à la déportation à Rochefort le 8 mars 1794 et mourra durant le voyage. En mars 1794, Pierre-Marie Nayrod, frère de l'ancien recteur de Trébeurden, élu curé constitutionnel de Pleumeur-Bodou le 17 juin 1791, se noie avec cinq autres personnes près de l'île Milliau. Ollivier-François Le Bricquir, précédemment curé constitutionnel de Perros-Guirec, fut nommé curé de Trébeurden de 1795 à 1800 et ne fut semble-t-il pas inquiété. Joseph Hémeury fut recteur de Trébeurden de 1802 à 1829. Il avait refusé le serment et s'était exilé à Jersey. L’abbé Augustin Le Clech quitte sa paroisse de Plestin en décembre 1791. Après plusieurs années de clandestinité, il se résout à l’exil. L’après-midi du 19 juin 1794, il s’embarque à Trébeurden sur un bateau de louage qui devait le mener jusqu’à un sloop paré à faire voile pour l’Angleterre. Mais assailli par le gros temps, le bateau est forcé de regagner la côte vers Plougasnou. À Morlaix, il se réfugie chez deux femmes, dont l'une âgée de 80 ans. Deux jours après - sans doute sur dénonciation - il est découvert lors d'une perquisition. Le prêtre et les deux femmes sont arrêtés, condamnés par le tribunal criminel de Brest et exécutés le 1er juillet 1794.

La forêt sous-marine de Tresmeur[modifier | modifier le code]

On doit au comte de la Fruglaye, amateur éclairé en géologie, la découverte du site géologique de l'île Milliau reconnu aujourd'hui d'intérêt national. En février 1811, à la suite « d'horribles ouragans», il part à la recherche d'un gisement d'agates en galets roulés précédemment observé sur ce même site. À cette occasion, il observe que les tempêtes ont provoqué un stupéfiant amaigrissement de la plage : sous le sable emporté par la mer affleure « un terrain noir labouré par de longs sillons». Plus tard, il reviendra plusieurs fois sur son observation, en citant « la grève de Trébeurden» et « les débris de la forêt sous-marine». Dans une étude publiée en 1991, Louis Chauris, directeur de recherche au CNRS, rapporte ainsi ce qui est la première description précise d'une tourbière submergée sur le littoral breton. Depuis, plusieurs sites ont été identifiés, dont Plougasnou et Locmariaquer. Louis Chauris identifie de façon indiscutable la plage de Tresmeur et précise que pour que la tourbière soit visible à nouveau il faudrait la conjonction de fortes tempêtes et de marées exceptionnelles[37].

La création de l'école publique[modifier | modifier le code]

Une école publique est créée en 1830. En 1845, le premier bâtiment de l'actuelle école primaire publique a été construit à l'intersection de la rue du Stade et de la rue de Kernévez[38]. Il regroupait alors la mairie et une école mixte devenue plus tard l'école communale des garçons. L'école a été agrandie une première fois de 1879 à 1881, puis une seconde fois, à partir de 1930, par les architectes lannionnais Claude-Joseph Lageat et Yves Audigou. La cantine scolaire a été construite en 1935 par l'architecte Jean Le Corre. L'ancienne école communale des filles située à l'intersection des rues de Kerariou et de Trovern Bihan a été construite en 1888 et agrandie vers 1914-1916 par Claude-Joseph Lageat[39]. Elle porte l'inscription Maison - D'école Des Filles - Mr Ropers - Maire - 1888[40].

Renan et le souvenir de la révolution de 1830[modifier | modifier le code]

Ernest Renan effectua plusieurs séjours chez son oncle Joseph Morand, avocat à Lannion, au manoir de Trovern. En 1886, il rapporte au jeune Maurice Barrès ce souvenir de 1830: «Je vois encore notre banc de pierre abrité de la brise, et les vagues qui se pressaient. Je lisais Télémaque... Et une vieille femme accourut disant : «Ar revolution so e Paris ! La révolution est à Paris ! ». Nous restâmes désespérés, à cause de mon frère Alain qui était là-bas, et nous pensions qu'on allait tout tuer». Toujours à Maurice Barrès : « Vous voulez savoir d'un vieil homme s'il est heureux... Le vieil homme vous montrera que son bonheur est la certitude qu'il n'a pas démérité du petit garçon de Trébeurden, qui lisait Télémaque à sa mère auprès de l'Océan»[41].

La trombe de 1836[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 29 au 30 janvier 1836, un phénomène météorologique de très grande intensité traverse la commune. Une vingtaine de maisons sont détruites, à Trozoul, ainsi que le sémaphore de Bihit, et l'on dénombre plusieurs victimes. Si la mémoire locale parle d'un raz-de-marée, il s'agit plus sûrement d'une trombe marine, telle que décrite dans les publications scientifiques contemporaines de l'évènement, peut-être accompagnée très localement d'une montée des eaux. Antoine Becquerel, dans son ouvrage Traité expérimental de l'électricité et du magnétisme, et de leurs rapports avec les phénomènes naturels de 1840, considère le phénomène comme une trombe de terre[42]. Des spécialistes d'aujourd'hui décrivent la trombe de Trébeurden comme une tornade de forte intensité (EF3 - soit des vents estimés de 220 à 270 km/h)[43]. À Trozoul, les maisons ne furent pas reconstruites. Les familles, de pêcheurs pour l'essentiel, s'installèrent à Bonne-Nouvelle. Le 18 février 1836, soit moins de trois semaines après l'évènement, un journal scientifique parisien L'Écho du monde savant décrit les faits :« La commune de Trébeurden, si cruellement ravagée, en 1832, par le choléra, a été, dans la nuit du 29 au 30 janvier, victime d'un terrible ouragan, et dévastée par une trombe. D'abord aperçue à la hauteur de l'île Milliau, cette trombe, dépassant presque aussitôt la pointe de cette île, entra sur la commune de Trébeurden qu'elle sillonna, l'espace d'une lieue, dans la direction du nord-est au sud-ouest. Talus, arbres, maisons, en un mot tout ce qui se trouvait sur le passage de cet effrayant météore fut en un instant renversé, déraciné, enlevé, dispersé ou détruit. C'est au point que le Sémaphore, bien que solidement construit, a disparu et semble, dit-on, arraché comme avec la main. On se fera une juste idée de la désolation de cette commune en apprenant que dix-neuf chaumières ont été détruites de fond en comble ; que sous les débris d'une seule, quatre enfants ont été écrasés»[44].

Le sauvetage de l'île Molène[modifier | modifier le code]

Le , le recteur de Trébeurden, Le Luyer, sauva d'une mort certaine plus de 200 personnes occupées à la récolte du goémon et qui, en raison d'une longue et terrible tempête, s'étaient réfugiés, transis de froid sur l'îlot de Molène ; sur un frêle esquif, accompagné seulement d'un vieux marin, il porta des vivres et des vêtements et donna aux personnes réfugiées sur l'îlot l'appui de sa présence et l'exemple de son courage. Il reçut pour cette raison la Légion d'honneur le [45].

Litige entre un propriétaire privé et la commune[modifier | modifier le code]

Le 14 juillet 1845, un arrêt de la Cour royale de Rennes fait jurisprudence à l'occasion d'un litige opposant Mathurin Le Goff à la commune de Trébeurden au sujet de la propriété d'un terrain nommé palud de Trozoul. Il s'agit de déterminer le propriétaire d'anciennes terres vaines (sous la Coutume de Bretagne, en droit féodal, ce terme désigne des terres dépendantes d'un fief mises à disposition de la population mais pouvant faire l'objet d'afféagement). Exposé des faits : le 16 décembre 1774, Guy Prigent afféage de l'abbé de Bégard, seigneur du fief de Penlan, un terrain de plus de 7 hectares s'étendant de Trozoul à Tresmeur. Il fait clore le terrain afféagé mais les clôtures sont détruites la nuit par les habitants qui les réparent ensuite partiellement sous la menace de poursuite par le concessionnaire. Le terrain, qui se trouve désormais divisé en une partie enclose et une partie déclose, est revendu une première fois en 1807 puis en 1841. Le nouveau propriétaire conteste l'utilisation faite par les habitants de la partie déclose, pour le pacage des animaux, et parfois même de la partie enclose. Il réclame la reconnaissance de son entière propriété, en opposition à la commune. Il est dans un premier temps débouté et condamné aux dépens. Il fait appel et obtient gain de cause par l'arrêt qui fit jurisprudence : « Les communes, substituées aux anciens seigneurs dans la propriété des terres vaines et vagues de leurs fiefs, sont tenues de respecter les aliénations et concessions faites par ceux-ci»[46],[47].

Trébeurden, port sardinier[modifier | modifier le code]

La première usine à sardines de la baie de Lannion est créée à Locquémeau en 1880 par Charles Huon de Penanster. À Trébeurden, l'usine de Bihit est créée en 1882 par Rio et Le Gall, de la société des Conserves alimentaires, à Audierne. Des ouvrières du Finistère viennent former les ouvrières de Trébeurden[48]. Cette usine de friterie et salaison était ravitaillée en fournitures, sel, rogue, merrains et huile par des caboteurs. La construction d'une cale dans l'anse sud de la presqu'île de Bihit, est projetée, pour faciliter le chargement et le déchargement. Le propriétaire supposé participer à hauteur d'1/3 au projet approuvé par la chambre de commerce de Saint-Brieuc, fera échouer le projet. On compta jusqu'à 80 ouvriers en 1898, main d'œuvre essentiellement féminine. Le travail était particulièrement pénible et mal rémunéré comme dans toutes les usines du même type en Bretagne. Une statistique du ministère de la Marine pour l'année 1902 situe le nombre de pêcheurs à la sardine de Trébeurden à 182 (178 à Perros-Guirec, 120 à Lannion, 91 à Locquémeau)[49]. La grande crise sardinière de 1902 à 1912 marque un coup d'arrêt brutal à cette activité. Seule l'usine de Locquémeau poursuivra son activité jusque dans les années 50. L'usine de Trébeurden ferme en 1909. Les ruines de l'usine sont aujourd'hui à peine visibles à quelques pas du sentier des douaniers[50].

Début du tourisme[modifier | modifier le code]

De nouvelles routes et moyens de communication établis entre les différentes villes de la région vont permettre aux habitants de l'intérieur de se rendre sur la côte de plus en plus souvent (originaires des régions de Lannion et Guingamp). Des hôtels sont construits, et l'arrivée des chemins de fer à Lannion en 1887 favorise la venue du tourisme sur les côtes.

Les premières régates[modifier | modifier le code]

Régate de flambarts vers 1900 devant l'île Milliau

Les Archives départementales des Côtes-d'Armor conservent le programme des régates de Trébeurden de 1895 à 1913[51].Cette fête annuelle se déroulait chaque année un dimanche d'août ou de septembre, sous la présidence conjointe du député radical Paul Le Troadec, du sous-préfet de Lannion, d'Henry Mialaret (villa Ker Nelly) et quelques autres. On retrouve parmi les organisateurs et selon les années, le maire, l'adjoint au maire, les conseillers municipaux, les instituteurs, des pêcheurs ou marins et quelques notables lannionnais (deux avocats, un pharmacien, un notaire). Plusieurs ministères, mais aussi quelques résidants parmi les plus en vue, tels Henry Mialaret ou Mme Jourdan en 1913, nouvellement propriétaire de l'île Milliau, offrent des récompenses. Il y a plusieurs courses à la voile mettant en concurrence les bateaux de pêche, goémoniers, sardiniers et les autres bateaux du port de Trozoul. En 1886, 31 bateaux de pêche sont recensés à Trébeurden. En 1900, 40[52]. Ils sont gréés en flambart, en sloop ou parfois en simple canot à misaine. À partir de 1897, une course spécifique est réservée aux yachts de plaisance. Selon les années, sont proposées une course à la rame, une course de youyous, une course à la nage ou même une course de bicyclettes sur la plage de Tresmeur (à partir de 1908). Les réjouissances se poursuivent au Bourg par une course des jeunes gens de Trébeurden, divers jeux, tel un mât de cocagne, et la remise des prix.La fête est ponctuée par un feu d'artifice dès 1895. Les dernières années, une retraite aux flambeaux est organisée du bourg aux Roches Blanches, où la soirée se termine par un bal à grand orchestre. L'ensemble montre la volonté de mêler la population aux réjouissances, initiées par les nouveaux résidents, les élus et notables de la région. Les régates reprendront, sous une forme plus ou moins identique, après la Grande Guerre.

De 1914 à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1920, les religieuses ouvrent une école réservée aux jeunes filles.

Trébeurden est classée station touristique depuis le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Résultats des élections[modifier | modifier le code]

Élection législative 2012[modifier | modifier le code]

À l'élection législative de 2012 de la cinquième circonscription des Côtes-d'Armor, le taux de participation au premier tour est de 62,39 % sur la commune de Trébeurden. Corinne Erhel (PS) obtient 45,66 % des voix exprimées, Xavier Lec'hvien (UMP) 26,69 %, Jeanne-Marie Fernagut (FN) 8,53 %, Marie-Pascale Martin (Europe Écologie Les Verts) 8,29 % et Claudine Fejean (Front de gauche) 7,03 %, les cinq autres candidats recueillant chacun moins de 2 % des voix. Au second tour de l'élection sur Trébeurden, le taux de participation est de 59,90 %. Corinne Erhel est élue avec 63,46 % des suffrages exprimés et Xavier Lec'hvien obtient 36,54 %[53]. Sur l'ensemble de la circonscription, les résultats sont très proches (63,97 % contre 36,03 %)[54].

Élection présidentielle de 2012[modifier | modifier le code]

À l'élection présidentielle de 2012, le taux de participation au premier tour est de 85,55 % à Trébeurden. François Hollande (PS) obtient 33,60 % des voix, Nicolas Sarkozy (UMP) 25,65 %, Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) 12,02 %, Marine Le Pen (FN) 10,23 % et François Bayrou (MoDem) 10,97 %, Eva Joly (Europe Écologie Les Verts) 4,13 %, les quatre autres candidats recueillant chacun moins de 1,5 % des suffrages exprimés. Au second tour de l'élection, le taux de participation est de 85,79 % ; François Hollande obtient 59,16 % des suffrages exprimés et Nicolas Sarkozy 40,84 %[55]. Le score de François Hollande à Trébeurden est très proche de celui réalisé dans le département des Côtes-d'Armor 59,19 %, légèrement supérieur à celui réalisé dans la région Bretagne 56,35 %[56].

Élection municipale de 2008[modifier | modifier le code]

À l'élection municipale de 2008 de la commune de Trébeurden, le taux de participation au premier tour est de 74,23 %. La liste conduite par Michel Lissillour (Divers droite), maire sortant, obtient 39,35 % des voix exprimées, la liste conduite par Alain Faivre (Union de la gauche) 37,49 %, la liste conduite par Jacques Duglue (Divers droite) 14,10 % et la liste conduite par Gabriel Lopez (LMC) 9,06 %. Au second tour de l'élection, le taux de participation est de 74,23 %. La liste conduite par Michel Lissillour (Divers droite) obtient 46,54 % des voix exprimées (20 sièges), la liste conduite par Alain Faivre (Union de la gauche) 44,62 % (6 sièges), la liste conduite par Jacques Duglue (Divers droite) 8,84 % (1 siège)[57].

Élection municipale de 2014[modifier | modifier le code]

27 sièges sont à pourvoir au conseil municipal, 3 sièges au conseil communautaire. Les nuances des listes signalées sont celles du ministère de l'Intérieur. À l'élection municipale de 2014 de la commune de Trébeurden, le taux de participation au premier tour est de 65,62 %. La liste conduite par Jacques Mainage (Divers droite), dans laquelle figure le maire sortant en 21e position, obtient 34,05 % des voix exprimées, la liste conduite par Alain Faivre (Socialiste) 32,88 %, la liste conduite par Fernand Coulon (Divers droite) 23,97 % et la liste conduite par Gaëlle Giffard (Divers) 9,07 %. Au second tour, le taux de participation est de 69,21 %. La liste conduite par Alain Faivre (Socialiste) l'emporte avec 40,60 % des voix exprimées (19 sièges au conseil municipal, 2 sièges au conseil communautaire). La liste conduite par Jacques Mainage (Divers droite) obtient 37,47 % (5 sièges au conseil municipal, 1 siège au conseil communautaire). La liste conduite par Fernand Coulon (Divers droite) obtient 21,91 % (3 sièges au conseil municipal)[58]. Alain Faivre est élu maire le 5 avril 2014 par 19 voix pour (5 voix pour Jacques Mainage et 3 bulletins blancs)[59].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1790 (Source[60]).
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
8 février 1790 21 octobre 1791 Jean-Claude Coquart   recteur de Trébeurden
22 octobre 1791 6 septembre 1800 (non connu)    
7 septembre 1800 5 juillet 1843 Pierre Le Licon    
15 août 1843 28 janvier 1860 Ollivier Le Moal    
11 août 1860 24 juin 1871 Pierre Le Bail    
24 juin 1871 5 avril 1874 François-Marie Ropers   cultivateur
5 avril 1874 8 octobre 1876 le comte Frédéric de Boisboissel   Propriétaire d'une maison sur la plage de Tresmeur (détruite)
8 octobre 1876 17 mai 1896 François-Marie Ropers   cultivateur
17 mai 1896 28 avril 1937 Jean-Marie Audren Radical  
20 juin 1937 3 novembre 1937 Théophile Tallegas    
5 décembre 1937 8 août 1944 Francis Berthou   Propriétaire de l'hôtel Le Dolmen
8 août 1944 15 octobre 1944 Gestin Guillou    
15 octobre 1944 31 octobre 1947 François Le Cornec   Médaillé militaire
31 octobre 1947 27 mars 1971 Jean Libouban    
27 mars 1971 19 mars 1983 André Le Pape SE Ancien directeur adjoint chargé du département des prêts à la Caisse des dépôts
19 mars 1983 24 mars 1989 Jean Guéna PS  
24 mars 1989 26 juillet 1993 Alain Guennec apparenté PS  
24 septembre 1993 26 juin 1995 Pierre Jagoret PS Chef de service à la sécurité sociale, ancien maire de Lannion 1977-1983
23 juin 1995 5 avril 2014 Michel Lissillour DVD Ingénieur en retraite
5 avril 2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Alain Faivre PS Cadre supérieur en retraite

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Lannion-Trégor Communauté a été créée le 1er janvier 2014 et regroupe vingt-neuf communes, dont Trébeurden (4e place par la population, derrière Lannion, Perros-Guirec et Pleumeur-Bodou)[61]. Parmi ses nombreux objectifs, le premier d'entre eux concerne le développement économique[62].Créée vingt ans plus tôt, la première communauté de communes autour de Lannion, dénommée Lannion-Trégor Agglomération, regroupait jusqu'alors vingt communes dont Trébeurden.

Finances locales[modifier | modifier le code]

Cette sous-section présente la situation des finances communales de Trébeurden[Note 1].

Pour l'exercice 2013, le compte administratif du budget municipal de Trébeurden s'établit à 5 864 000 € en dépenses et 8 304 000 € en recettes[A2 1] :

En 2013, la section de fonctionnement[Note 2] se répartit en 4 485 000 € de charges (1 162 € par habitant) pour 5 409 000 € de produits (1 402 € par habitant), soit un solde de 924 000 € (239 € par habitant)[A2 1],[A2 2] :

  • le principal pôle de dépenses de fonctionnement est celui des charges de personnels[Note 3] pour un montant de 1 741 000 € (39 %), soit 451 € par habitant, ratio voisin de la valeur moyenne de la strate. Sur la période 2009 - 2013, ce ratio augmente de façon continue de 387 € à 451 € par habitant ;
  • la plus grande part des recettes est constituée des impôts locaux[Note 4] pour une valeur totale de 2 276 000 € (42 %), soit 590 € par habitant, ratio supérieur de 45 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (407 € par habitant). Sur les 5 dernières années, ce ratio augmente de façon continue de 449 € à 590 € par habitant.

Les taux des taxes ci-dessous sont votés par la municipalité de Trébeurden[A2 3]. Ils ont varié de la façon suivante par rapport à 2012[A2 3] :

La section investissement[Note 5] se répartit en emplois et ressources. Pour 2013, les emplois comprennent par ordre d'importance[A2 4] :

  • des dépenses d'équipement[Note 6] pour 820 000 € (59 %), soit 213 € par habitant, ratio inférieur de 43 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (375 € par habitant). Sur les 5 dernières années, ce ratio fluctue et présente un minimum de 213 € par habitant en 2013 et un maximum de 683 € par habitant en 2010 ;
  • des remboursements d'emprunts[Note 7] pour une somme de 548 000 € (40 %), soit 142 € par habitant, ratio supérieur de 87 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (76 € par habitant).

Les ressources en investissement de Trébeurden se répartissent principalement en[A2 4] :

  • subventions reçues pour un montant de 211 000 € (7 %), soit 55 € par habitant, ratio inférieur de 19 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (68 € par habitant). Pour la période allant de 2009 à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 10 € par habitant en 2010 et un maximum de 90 € par habitant en 2011 ;
  • fonds de Compensation pour la TVA pour 139 000 € (5 %), soit 36 € par habitant, ratio voisin de la valeur moyenne de la strate.

L'endettement de Trébeurden au peut s'évaluer à partir de trois critères : l'encours de la dette[Note 8], l'annuité de la dette[Note 9] et sa capacité de désendettement[Note 10] :

  • l'encours de la dette pour une valeur de 4 684 000 €, soit 1 214 € par habitant, ratio supérieur de 49 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (814 € par habitant). En partant de 2009 et jusqu'à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 1 214 € par habitant en 2013 et un maximum de 1 503 € par habitant en 2011[A2 5] ;
  • l'annuité de la dette pour une somme de 608 000 €, soit 157 € par habitant, ratio supérieur de 48 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (106 € par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio fluctue et présente un minimum de 145 € par habitant en 2010 et un maximum de 282 € par habitant en 2009[A2 5] ;
  • la capacité d'autofinancement (CAF) pour un montant de 1 207 000 €, soit 313 € par habitant, ratio supérieur de 77 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (177 € par habitant). Pour la période allant de 2009 à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 264 € par habitant en 2009 et un maximum de 342 € par habitant en 2010[A2 6]. La capacité de désendettement est d'environ 3 années en 2013. Sur une période de 14 années, ce ratio est constant (autour de 4.5 ans)

Jumelages[modifier | modifier le code]

Trébeurden est jumelée avec les villes suivantes :

Sécurité[modifier | modifier le code]

À Trébeurden, les locaux de la gendarmerie sont situés place de Crec'h Héry. Depuis le 1er janvier 2013, la commune de Trébeurden n'est plus rattachée à la brigade de gendarmerie de Lannion mais à celle de Perros-Guirec[63],[64].

En été (juillet-août), l'effectif est renforcé.

Par ailleurs, à la même période, deux postes de la SNSM sont installés sur les plages de Tresmeur et de Pors-Termen[65]. Tout au long de l'année, la station SNSM de Trébeurden-l'Île-Grande assure, à la demande du CROSS CORSEN, des missions d'assistance et de sauvetage en mer. Fin 2012, l'effectif de la station était de 32 bénévoles dont 29 navigants. Leur compétence et leur dévouement peuvent se mesurer au nombre d'interventions : en 2011, 23 sorties d’assistance ou de sauvetage ont été réalisées permettant d'assister 31 personnes dont 9 personnes en péril vital. Depuis mars 2016, elle dispose d'une nouvelle vedette, la SNS 218 Pors Trozoul, une vedette de deuxième classe dite de nouvelle génération. Elle a une longueur de 11,90 m, pèse 14 tonnes et est propulsée par deux moteurs de 400 ch[66]. Elle remplace la V2 Kan ar Mor, de 10,50 m de long, dotée de deux moteurs de 250 ch, laquelle devrait être réaffectée. Elle est baptisée le 10 septembre 2016, par sa marraine la comédienne Cécilia Hornus, en présence de nombreuses personnalités dont le président national de la SNSM[67]. La station dispose également d'un Zodiac de 5,20 m doté d’un moteur de 80 ch basé à l’île-Grande[68].

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Trébeurden relève du tribunal d'instance de Guingamp, du tribunal de grande instance de Saint-Brieuc, de la cour d'appel de Rennes, du tribunal pour enfants de Saint-Brieuc, du conseil de prud'hommes de Guingamp, du tribunal de commerce de Saint-Brieuc, du tribunal administratif de Rennes et de la cour administrative d'appel de Nantes[69].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[70]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[71],[Note 11].

En 2014, la commune comptait 3 639 habitants, en diminution de -2,02 % par rapport à 2009 (Côtes-d'Armor : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 103 1 037 1 127 1 354 1 449 1 491 1 541 1 599 1 709
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 742 1 718 1 801 1 810 1 826 1 902 1 844 1 849 1 894
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 052 2 157 2 116 2 030 2 118 1 919 2 020 2 248 2 228
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
2 420 2 650 2 886 3 228 3 094 3 451 3 733 3 707 3 639
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[72] puis Insee à partir de 2006[73].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est plus âgée que la moyenne nationale ou départementale. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (39,19 %) est en effet supérieur au taux national (22,76 %) et au taux départemental (28,78 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,92 %) est légèrement supérieur au taux national (51,59 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2010, la suivante :

  • 47,08 % d’hommes (0 à 14 ans = 16,03 %, 15 à 29 ans = 11,16 %, 30 à 44 ans = 17,17 %, 45 à 59 ans = 20,49 %, plus de 60 ans = 35,15 %) ;
  • 52,92 % de femmes (0 à 14 ans = 15,33 %, 15 à 29 ans = 7,95 %, 30 à 44 ans = 14,16 %, 45 à 59 ans = 22,04 %, plus de 60 ans = 42,84 %).
Pyramide des âges à Trébeurden en 2010 en pourcentage[74]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
2,24 
10,07 
75 à 89 ans
15,74 
24,61 
60 à 74 ans
24,86 
20,49 
45 à 59 ans
22,04 
17,17 
30 à 44 ans
14,16 
11,16 
15 à 29 ans
7,95 
16,03 
0 à 14 ans
15,33 
Pyramide des âges du département des Côtes-d'Armor en 2010 en pourcentage[75]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,39 
8,32 
75 à 89 ans
13,09 
16,6 
60 à 74 ans
17,51 
21,14 
45 à 59 ans
19,95 
18,82 
30 à 44 ans
17,49 
15,88 
15 à 29 ans
13,87 
18,81 
0 à 14 ans
16,69 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Marchés[modifier | modifier le code]

  • Le marché de Trébeurden a lieu tous les mardis sur la place des Îles[76].
  • Le marché du terroir, l'été, chaque vendredi de 17 hà 20 h 30 dans l’enceinte du jardin de Ker Nelly. Il s'agit d'un marché spécialisé ouvert, réservé aux producteurs et aux pêcheurs de la région[77].

Fêtes et spectacles[modifier | modifier le code]

  • Le centre culturel Le Sémaphore, situé à proximité de la mairie, propose depuis quelques années, hors saison estivale, une programmation ambitieuse, à raison de quelques spectacles par mois[78]. La salle peut accueillir 500 personnes.
  • Les Mercredis du Port dans les jardins de Ker Nelly (précédemment nommés les mercredis du Castel) ont lieu tous les mercredis de juillet et août[79].
  • Place aux mômes dans les jardins de Ker Nelly a lieu tous les lundis de juillet et août, à 18 h[80].
  • le festival Trébeurden les Années Folles. La troisième édition aura lieu du 18 au 24 août 2014[81].
  • le festival de l'estran s'est déroulé en septembre 2013 sur les communes de Trégastel, Pleumeur-Bodou et Trébeurden. À cette occasion, des artistes investissent l'estran pour des œuvres éphémères[82].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements et activités sportives[modifier | modifier le code]

De nombreuses associations proposent des activités sportives à Trébeurden[83]. Les principaux équipements sportifs sont la salle omnisports François Provost et les courts de tennis municipaux, route des plages, ainsi que le stade Louis Le Tinevez, route de Lannion. Le Tennis-Club de Lan Kerellec présente 4 courts en terre battue qui comptent parmi les plus anciens de Bretagne(1929). L'école de voile de Trébeurden créée en 1960 bénéficie de terrain et locaux municipaux. Les aménagements récents de la plage de Tresmeur, à l'occasion de la reconstruction de la digue ont permis de faciliter ses activités[84].

Quelques références du sport à Trébeurden :

  • l'école de voile de Trébeurden[85].
  • le centre d'activités plongée de Trébeurden[86].
  • le Football-Club de Trébeurden Pleumeur-Bodou[87].
  • Le Tennis-Club de Lan Kerellec[88],
  • Activités sportives et culturelles dans le cadre de Cap Armor tous les étés[89].
  • Activités sportives pour les enfants de 3 à 16 ans dans le cadre de Cap Sport pendant les vacances scolaires[90].

Événements sportifs[modifier | modifier le code]

Les 20 km de la Côte de granit rose le 27 juillet 2014 corniche de Goas Trez
  • le tournoi de tennis estival de Lan Kerellec. Il réunit plus de 250 joueurs[91].
  • le tournoi François Provost de handball a lieu traditionnellement le 1er mai et regroupe plus de 80 équipes de jeunes de toute la Bretagne[92].
  • Les 20 km de la Côte de granit rose se déroulent traditionnellement le quatrième dimanche de juillet. Il s'agit d'une course pédestre ouverte aux licenciés et non licenciés sur des parcours de 1,5 km, 3 km, 10 km et 20 km[93].
  • La Trégor Classique, concerne tous les voiliers classiques. Depuis l'édition 2014, le Yacht-Club de Trébeurden en partage l'organisation avec la société des régates de Perros-Guirec, ce qui permet d'en faire le rendez-vous majeur de la voile classique de la Côte de granit rose. Des régates réservées aux bateaux ouverts d'une part, aux habitables d'autre part, se déroulent simultanément sur les différents sites[94],[95].
  • La Buzulzo, organisée en août par le Yacht-Club de Trébeurden concerne tous les voiliers de 9m et moins, depuis 1994[96],[97].
  • La Trégor-Léon, organisée par 4 clubs (Perros-Guirec, Trébeurden, Primel-Le Diben et Roscoff). La 1re édition réunit 35 voiliers du 1er au 4 mai 2014. Les deuxième et troisième étapes sont au départ de Trébeurden[98].

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Pleumeur-Bodou appartient au Diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. Elle regroupe les territoires de trois communes et comprend 4 relais (Île-Grande, Pleumeur-Bodou, Trégastel et Trébeurden)[99]. Elle fonctionne actuellement sous le régime du canon 517 §2, ce qui signifie que c'est une paroisse sans prêtre résident. Le prêtre modérateur en est le Père Mickael Levacher, curé de Lannion, depuis le 9 octobre 2016[100]. Les lieux de culte sur la commune de Trébeurden sont :

  • l'église de la Sainte Trinité (An Drinded en breton).
  • la chapelle de Notre Dame de Bon Secours à Penvern, dite également Notre Dame de Citeaux.
  • la chapelle de Bonne Nouvelle (Kelomad en breton).
  • la chapelle de Notre Dame de Pitié, dite chapelle de Christ, où le baptistère de l'église paroissiale a été installé.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises[modifier | modifier le code]

Caractéristiques des entreprises et des établissements (mise à jour au 18 décembre 2013)[101]: Total des établissements actifs au 31 décembre 2011 : 281 (dont agriculture 20, industrie 9, construction 30, commerces 36, services 143, administration publique 43).

Démographie des entreprises en 2012 (mise à jour au 18 décembre 2013)[102]: Création d'entreprises en 2012 : 23 (dont industrie 3, construction 2, commerces 3, transports/services 14, administration publique/enseignement/santé/action sociale 1). Nombre d'entreprises de 5 à 9 ans : 40, de 10 ans et plus : 69.

Nombre d'équipements et de services dans le domaine du commerce en 2012 (mise à jour au 25 juillet 2013)[103]: nombre de supermarché 1, épicerie 2, boulangerie 3, boucherie/charcuterie 3, librairie/papeterie/journaux 1, équipements du foyer 1, articles de sport et loisirs 3, fleuriste 1, optique 1, station-services 1).

Nombre d'équipements et de services dans le domaine de l'action sociale en 2012 (mise à jour au 25 juillet 2013)[104]: nombre d'hébergement de personnes âgées 1 (60 places), garde d'enfant d'âge pré-scolaire 2.

Nombre d'équipements des services aux particuliers en 2012 (mise à jour au 25 juillet 2013)[105]: nombre de banques/Caisse d'épargne 3, pompes funèbres 2, bureau de poste 1, relais poste commerçant 1, réparation auto et matériel agricole 5, école de conduite 1, maçon 2, plâtrier/peintre 6, menuisier/charpentier/serrurier 2, plombier/couvreur/chauffagiste 4, électricien 7, entreprise générale du bâtiment 2, coiffure 4, vétérinaire 1, restaurant 17, agence immobilière 4, blanchisserie/teinturerie 1, soins de beauté 2.

Tourisme[modifier | modifier le code]

la plage de Tresmeur, le port, depuis la pointe de Bihit
Au premier plan, la plage de Tresmeur à marée basse en décembre 2011

Trébeurden est une station balnéaire, située au cœur de la Côte de granit rose, au fort potentiel touristique. Le 13 juin 1921, la commune est érigée en station touristique et son Syndicat d'initiative est fondé en 1929 par des hôteliers de la commune.

Principales plages :

  • Tresmeur (la "grande plage" en breton), au sable blanc et fin. C'est la plage la plus fréquentée de la commune.
  • Pors Termen. Plage proche du port, appréciée des touristes et des Trébeurdinais pour le magnifique panorama qu'elle offre sur le port, le Kastell, l'île Millau et l'île Molène.
  • Pors Mabo. Cette plage de sable fin a la particularité d'être exposée plein sud, caractéristique assez rare en Bretagne nord.
  • Goas Trez. Grande plage au nord-ouest de la commune, moins prisée pour les bains de soleil car le sable y est plus grossier.

Capacité de la commune en hébergement touristique en 2013[106]: 3 hôtels homologués (1 2 étoiles, 1 3 étoiles, 1 4 étoiles), 73 chambres, 4 campings classés (1 2 étoiles, 3 3 étoiles), 226 emplacements de camping (30 2 étoiles, 196 3 étoiles), 1197 résidences secondaires.

Le port de plaisance[modifier | modifier le code]

Dès le milieu du XVIIe siècle, le port de Milio, face à Trozoul, malgré son accès relativement difficile, est signalé comme port-refuge, connu pour le cabotage et disposant d'une sécherie à poisson. Il est également réputé, pendant et après la Révolution pour le transport du granite par des bateaux à fort tirant d'eau (Charles-Athanase Thomassin, auteur de "Pilotes des côtes de la Manche", 1871)[107]. Au XXe siècle, il est l'un des ports de pêche les plus importants du Trégor avec Locquémeau. En 1886, 50 bateaux de pêche naviguant entre Perros et Roscoff, 7 caboteurs et 2 borneurs fréquentent le port de Trébeurden, et ce malgré l'absence d'aménagement et l'exposition du site aux vents dominants de nord à nord-ouest. En 1895, une cale débarcadère d'une centaine de mètres est construite sur le site naturel (ancien tombolo) de Trozoul. En 1990, les anciens ouvrages portuaires ont été comblés par la création du nouveau port en eau profonde. Il ne subsiste que quelques mètres de l'ancien quai en pierres sèches aux abords de Pors-Termen. A l'époque, la construction du nouveau port divise la population entre partisans qui mettent en avant les retombées économiques et adversaires qui défendent l'espace naturel et refusent la disparition de la plage de Trozoul. Une lutte, relayée au niveau national, oppose la municipalité à des associations de défense du littoral qui, en saisissant la justice, réussirent à arrêter la construction du port pendant plusieurs mois[108].

Aujourd'hui, l'activité du port de plaisance de Trozoul, réglementée par un arrêté municipal du 16 novembre 2010, regroupe deux zones, la zone communale et la zone concédée[109].

Construit en 1990-1991, le port en eau profonde offre environ 650 places pour des bateaux de différentes tailles et se situe sur l'isthme du castel. Il est géré par la société du port de plaisance de Trébeurden (SPPT)[110]. Affecté principalement à la plaisance, il est constitué d'un bassin à flot fermé par deux grandes digues et accessible par deux grandes cales en béton : la cale sud et la cale nord.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Liste des espaces littoraux remarquables[modifier | modifier le code]

La liste des espaces littoraux remarquables de la commune de Trébeurden, pour reprendre l'intitulé du dossier du même nom établi au titre de l'Inventaire général en 2006 recense 11 secteurs distincts sur la commune de Trébeurden, dont 2 s'étendent au-delà de la commune sur les communes limitrophes de Lannion et Pleumeur-Bodou[111]. La surface globale dépasse 1 000 hectares dont plus de la moitié est constitué du domaine public maritime. Hors le domaine public maritime, la situation foncière se répartit de façon variable selon le site : zone de préemption, propriété départementale, propriété communale, propriété du Conservatoire du littoral. Les chiffres du tableau suivant sont donnés à titre indicatif et sont établis à partir des données de l'Inventaire général (2006) et du Conservatoire du littoral (données disponibles 2013) en référence pour chaque site :

Nom du site Localisation Surface totale (en ha) dont domaine public maritime (en ha) dont conservatoire de l'espace littoral (en ha) Protégé depuis le
Milin ar lann[112] 48° 46′ 54″ N, 3° 33′ 22″ O 130,87 0 47,87 20 mars 1984[113]
Estran à la base de l'Île-Grande[114] 48° 47′ 42″ N, 3° 34′ 04″ O 29,03 29,03 0
Dunes à l'est du pont de l'Île-Grande[115] 48° 47′ 50″ N, 3° 34′ 02″ O 4,28 1,14 0
Marais de Noteno[116] 48° 47′ 35″ N, 3° 33′ 54″ O 42,72 12,60 9,98 30 novembre 1993[117]
Goas Treiz, Toëno, estrans nord[118] 48° 47′ 09″ N, 3° 34′ 50″ O 261,19 243,58 0
Marais du Quellen[119] 48° 46′ 52″ N, 3° 34′ 37″ O 53,45 0 0
Île Molène[120] 48° 46′ 51″ N, 3° 36′ 28″ O 63 59,12 3,88 15 novembre 1991[121]
Île Milliau[122] 48° 46′ 08″ N, 3° 35′ 49″ O 63,86 38,25 22,76 28 avril 1984[123]
Pointe de Bihit, abords de Tresmeur, le Castel[124] 48° 45′ 33″ N, 3° 34′ 48″ O 95,58 70,46 0,11 26 juin 1998[125]
Pors Mabo, Goas Lagorn[126] 48° 45′ 05″ N, 3° 33′ 20″ O 170,32 75,71 115,84 12 octobre 1981[127]
Lann ar waremm[128] 48° 45′ 53″ N, 3° 31′ 58″ O 107,52 0 312,52 26 novembre 1982[129]

Sites classés[modifier | modifier le code]

Liste des sites classés au titre de la loi du 2 mai 1930[130] :

  • les Roches Blanches, par l'arrêté du 3 décembre 1935 ;
  • la pointe de Bihit, par l'arrêté du 13 septembre 1950 ;
  • l'ensemble formé par les îles et îlots du littoral entre Trébeurden et l'Île-Grande, par le décret du 16 juin 1994 (la plus grande partie de cet ensemble se trouve sur la commune de Pleumeur-Bodou)

Lieux remarquables[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.
  • Le Castel

Presqu'île rocheuse située entre le port et la plage de Tresmeur. Kastell signifie "Château" en breton, mais dans le cas présent, ce mot désigne un promontoire rocheux donnant sur la mer. Sur le chemin qui en fait le tour, il est possible de voir le "Père Trébeurden", un rocher en forme de visage vu de profil. Après une longue période d'écriture phonétique à la française, les panneaux indiquant ce lieu emploient maintenant l'écriture bretonne (Kastell).

  • L'île Molène

L'île Molène est la propriété du Conservatoire du littoral depuis 1991. Elle est longue de 300 mètres pour 100 mètres de large et est situé à 2 miles des côtes (3 kilomètres).

  • L'île Milliau
Article détaillé : Île Milliau.
  • La pointe de Bihit

La pointe de Bihit (prononcer toutes les lettres), orientée sud-ouest. De cette pointe, on aperçoit la baie de Lannion, Locquirec et par beau temps, la côte nord du Finistère jusqu'à Roscoff et l'île de Batz.

  • Le marais du Quellen

Le marais du Quellen est situé derrière les dunes de Goaz-Trez. Il sert de refuge à de nombreux oiseaux d'eau (foulques, sarcelles, fauvettes des marais)[131].

  • Les grèves

Trébeurden possède plusieurs lieux découverts à marée basse où l'on peut pratiquer la pêche à pied de crustacés et de mollusques : moules, coques, bigorneaux, palourdes, praires, etc. Cette pêche est libre mais fortement réglementée[132] (quantités ramassées, taille minimale des prises, etc.). Principales grèves : Goas Treiz, Toëno.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

L'espace maritime bordant Trébeurden est classé zone Natura 2000. Ce classement identifie un espace marin ou terrestre, reconnu pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales (Arrêté du 30 juillet 2004 portant désignation du site Natura 2000 Côte de Granit Rose-Sept Iles, zone de protection spéciale)[133].

L’inventaire des Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) a pour objectif d’identifier et de décrire des secteurs présentant de fortes capacités biologiques et un bon état de conservation. Sept sites sont identifiés sur la commune et s'étendent dans certains cas sur les communes voisines. Ils sont identifiés sous ces appellations : Beg Leguer, Dunes de Kerhellen, Île Losquet, Île Milliau, Marais de Kerhellen, Massif boisé de Pleumeur-Bodou et Pointe de Bihit[134].

L'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) recense sur le territoire de la commune 570 espèces sauvages, animales ou végétales, faisant l'objet d'un suivi régulier[135].

Liste des monuments historiques[modifier | modifier le code]

Monument Coordonnées Type Époque Protection Image
Dolmen de Kerellec 48° 46′ 33″ N, 3° 34′ 53″ O Dolmen Néolithique Logo monument historique Classé MH (1916)
Notice no PA00089673
Dolmen de Kerellec
Croix en granit du XVIIe siècle (près de l'entrée de la chapelle de Christ) 48° 46′ 20″ N, 3° 34′ 00″ O Croix monumentale 1697  Inscrit MH (1964)
Notice no PA00089672
Croix en granit dans l'enclos de la chapelle de Christ
Chapelle de Penvern 48° 47′ 19″ N, 3° 33′ 10″ O Chapelle XVIe siècle  Inscrit MH (1930)
Notice no PA00089671
Chapelle de Penvern
Chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, ou de Kerkonan, et croix 48° 46′ 26″ N, 3° 34′ 35″ O Chapelle et croix monumentale XVIIe siècle  Inscrit MH (1952)
Notice no PA00089670
Chapelle Notre-Dame de Bonne-Nouvelle
Allée couverte et menhir de Prajou-Menhir 48° 47′ 42″ N, 3° 33′ 53″ O Allée couverte et menhir Néolithique  Inscrit MH (1956)
Notice no PA00089669
Allée couverte et menhir de Prajou-Menhir
Allée couverte, située dans l'île Milliau 48° 46′ 11″ N, 3° 35′ 52″ O Allée couverte Néolithique  Inscrit MH (1961)
Notice no PA00089668
Allée couverte de l'île Milliau

Patrimoine du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le label Patrimoine du XXe siècle est un label officiel français créé en 1999 par le ministère de la Culture. Il a pour objet d'identifier et de signaler à l'attention du public, au moyen d'un logotype conçu à cet effet, les constructions et ensembles urbains protégés ou non au titre des Monuments historiques ou des espaces protégés[136].

Monument Coordonnées Type Epoque Label XXe Image
Résidence Hélios 48° 46′ 30″ N, 3° 34′ 48″ O immeuble d'habitation XXe siècle Patrimoine XXe s. (2011)
Notice no IA22000338
La résidence Hélios au centre de la photo

Menhirs, dolmen et allées couvertes[modifier | modifier le code]

L'inventaire général du patrimoine culturel recense les principaux mégalithes et sites archéologiques de la commune[137]. À Trébeurden, nombre de mégalithes furent abattus, comme ailleurs, afin d'être réutilisés. Certains le furent aussi au XVIIe siècle à l'instigation du père Maunoir, grand prédicateur, qui serait également à l'origine de la christianisation du menhir de Saint-Uzec sur la commune voisine de Pleumeur-Bodou. Il reste une dizaine de menhirs, un dolmen et deux allées couvertes visibles à Trébeurden. Si certains ont subi des tentatives de destruction comme les menhirs de Bonne-Nouvelle et de l'Armor, d'autres sont probablement le reste de monuments plus importants comme le menhir de Run ar Gam. Quant au dolmen de Kerellec, il a été déplacé. Il subsiste certainement d'autres monuments dans les talus ou propriétés privées. On parle des restes d'un dolmen demi-enterré près de la chapelle de Christ[138],[139].

Liste des menhirs, dolmen et allées couvertes visibles à Trébeurden :

  • le menhir de Toënno(1,90 m) en bordure de l'anse de Toënno[140],[141].
  • le menhir de Bonne-Nouvelle. (3,7m). Une marque à la base indique qu'on a essayé de le scier[142],[143].
  • le menhir de Prajou-Menhir (1,6 m). Petit menhir collé à un talus dans l'alignement de l'allée couverte de même nom[144].
  • le menhir de Trovern - Kerariou (2.1m).alt. 57m[145],[146].
  • le menhir de Run Ar Gam (2,90 m). Menhir ou reste d'un monument plus important[147],[148].
  • le menhir de Milin Ar lann. Menhir pris dans un talus[149].
  • le menhir de l'Armor. Grand menhir de 3m de haut en granite gris, trace de débitage[150].
  • les menhirs de Véadès (la bonne femme (5 m) et le menhir couché à (6m)[151].
  • le dolmen de Lan-Kerellec (dans une propriété privée)[152].
  • l'allée couverte de l'île Milliau. Trois dalles en place, la quatrième à l'entrée s'est effondrée. 13 m de long[153].
  • Allée couverte et menhir de Prajou-Menhir, avec dalles gravées, au bord du marais du Notenno, forme un ensemble avec le menhir de même nom, datables du IIIe millénaire av. J.-C.[154],[155],[156].
Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Les manoirs[modifier | modifier le code]

Il subsiste à Trébeurden deux manoirs respectant la définition du genre : logis seigneurial anciennement implanté sur un fief. Un troisième manoir, à Keravel au sud de la commune, a disparu complètement au cours du XIXe siècle, ses pierres ayant été utilisées à l'occasion de la reconstruction de l'église paroissiale vers 1835, selon le témoignage de Charles Le Goffic. Si les manoirs de Kerariou et Trovern, ont subi les vicissitudes du temps et ont désormais une présence discrète dans le paysage local, ils ont eu une importance historique non négligeable et ont servi de décor aux légendes que la tradition orale a pu transmettre. Charles Le Goffic rapporte l'histoire des pennérez de Kerario et de Trovern, servantes de Kerariou et de Trovern, conte fort populaire à Trébeurden, dont il présente plusieurs variantes[157]. Ces deux manoirs ont la particularité d'être des propriétés privées et de ne bénéficier d'aucune protection malgré le signalement à l'inventaire général réalisé en 2005 :

  • manoir de Kerariou : il comporte un logis datant probablement de la fin du XVIe ou du début du XVIIe siècle. Des dépendances datent de la même époque et du XIXe siècle. Un mur d'enceinte et le porche d'accès à la cour ont été démontés vers 1835 afin de constituer l'entrée principale, dans un appareil à bossage, de l'église paroissiale. Le bâtiment est en mauvais état. Le signalement concerne la typologie et les qualités architecturales du logis[158].
  • manoir de Trovern : bâtiment du XVIIe siècle, remanié vers 1925. Œuvre signalée en raison de l'état de conservation de la tour postérieure, de la présence d'un pigeonnier sur tour et d'une partie rapportée de style néo-médiéval[159].

Patrimoine balnéaire[modifier | modifier le code]

La plage de Tresmeur vers 1935, côté mer.
La plage de Tresmeur vers 1935, côté falaise.

Les bains de mer sont signalés dès 1880 à Trozoul et Tresmeur. Jusqu'aux années 1890, Trébeurden est fréquenté surtout par des Lannionnais, particulièrement en fin de semaine. Par exemple la vieille famille lannionnaise de Boisboissel (du manoir de Crec'h Ugien) s'installe bien avant 1880 dans la seule maison construite au bord de la plage de Tresmeur (détruite depuis vers 1980, à l'emplacement actuel de la résidence Les Marines, rue de Traou-Meur). Les maisons construites à titre de villégiature le sont par des maîtres d'ouvrage locaux, dans un style traditionnel vernaculaire (exemple : la villa Les Tamaris à Pors-Termen). C'est vers 1895, que les premières villas sont construites, dans un style nouveau que l'on peut qualifier de balnéaire, par des commanditaires d'origine plus lointaine dans le département, voire par des Parisiens[160]. Le premier hôtel en front de mer est construit à Trozoul vers 1894-1895[161]. Les quartiers de Trozoul, puis Tresmeur et Lan-Kerellec vont se densifier progressivement[162],[163],[164]. Le patrimoine balnéaire de la commune a fait l'objet d'un relevé détaillé à l'occasion de l'inventaire général du patrimoine culturel réalisé en 2001. Aucun élément de ce patrimoine ne fait l'objet de protection. Par exemple, la villa Les Primevères, ou Amzer Zo, construite en 1938 et attribuée à Roger Le Flanchec n'offre plus sa silhouette excentrique au promeneur de Tresmeur. Elle a été détruite quelques années après la rédaction de la notice qui lui était consacrée, pour laisser place à un immeuble de plusieurs étages[165].

Quelques dates-clés de l'histoire des quartiers de Trozoul, Tresmeur et Lan Kerellec de 1890 à 1940 (sauf indication contraire, les constructions sont toujours présentes):

  • 1890 : les premières cabines de bains sont installées sur l'isthme du Castel.
  • 1891 : villa Les Ajoncs construite pour un chef de gare parisien, rue de Molène. Elle fut reconstruite en 1933 par l'architecte perrosien Henri Menet pour un entrepreneur parisien de travaux publics.
  • 1894 : construction de l'hôtel de la Plage de Mme Martret au pied du port de Trozoul. Construit en front de mer, il sert d'hôpital militaire durant la Grande Guerre. Détruit, il est remplacé aujourd'hui par le bâtiment du CCAS.
  • 1895 : Maison de villégiature dite Ker Nelly construite en 1895 par l'architecte lannionnais Claude-Joseph Lageat, pour son usage. Racheté en 1896 par Henri Mialaret, ingénieur originaire des Ardennes qui l'agrandit les années suivantes pour lui donner le style néo-médiéval qu'on lui connait.
  • 1896 : villa Ty Plad construite pour des négociants de Guingamp. Étant une des premières villas de Trébeurden, ces derniers ont le choix de l'emplacement, en l'occurrence idéal, sur les hauteurs, face à l'île Milliau, entre Tresmeur et Trozoul. La présence du sémaphore de Bihit, en retrait de la côte, impose une servitude importante relative à la hauteur des maisons du secteur. C'est ce qui explique le toit plat, exceptionnel pour l'époque, et le nom de la villa.
  • 1897-1898 : villa Ker Woel construite sur les hauteurs de Trozoul pour un banquier d'Auxerre. Elle est surélevée vers 1910. Occupée un temps par une colonie de vacances.
  • 1897-1908 : privatisation des terrains autour du marais de Trozoul par le propriétaire de la villa Ker Nelly. Ces terrains seront libérés seulement en 1960 et seront lotis autour du jardin public que l'on connait aujourd'hui.
  • 1904 : arrêté de création du réseau téléphonique à Trébeurden le 6 décembre 1904[166].
  • 1908 : villa Pors-Termen, à Lan Kerellec, modifiée en 1946 par l'architecte Roger Le Flanchec pour le compte de Maurice Naeder, futur maître d'ouvrage de la Résidence Hélios.
  • 1909 : villa Lan Kerellec, aujourd'hui manoir de Lan Kerellec par les architectes parisiens Louis Süe et Paul Huillard pour Pierre Gervais, artiste peintre demeurant à Paris. En 1925, la parcelle est lotie et la villa est vendue à Joseph Le Boubennec, hôtelier à Trébeurden, qui y établit un hôtel de voyageurs. En 1938, l'hôtel dispose de vingt chambres, d'une salle de bains commune et de soixante places dans la salle à manger.
  • 1910 : villa Gabrielle, à Pors-Termen.
  • 1910 : villa Roc'h as Coat, à Lan Kerellec.
  • 1911 : hôtel Bellevue, à Crec'h Héry. Il dispose de 105 chambres en 1939. Il ferme en 1967 et est transformé en immeuble à logements.
  • 1912 : hôtel d'Angleterre, rue de Molène, pour Joseph Le Boubennec.
  • 1912 : les villas Ker Lanneck, aujourd'hui l'hôtel Ty Al Lannec, et Kerig an Avel dans l'alignement de Ty Plad sur les hauteurs de Tresmeur.
  • 1913 : percement de la rue de Trozoul. En 1908, le Conseil Général vote le détournement de la circulation principale passant par la rue des Plages[167].
  • 1920 : un quai-promenoir est installé le long de la partie la plus accessible de la plage de Tresmeur, devant les cabines de bains (sur le modèle de ceux construit au Coz-Pors à Trégastel en 1910, à Trestraou à Perros-Guirec en 1913). Il est prolongé jusqu'au milieu de la plage en 1925. L'installation d'un mur de soutènement favorise déjà l'accumulation des galets en haut de la plage[168]. Des cabines en béton seront installées dans les années 60 à Tresmeur et Pors-Termen.
  • 1921 : la commune est érigée en station touristique. À partir de cette date, la perception de la taxe de séjour lui permet de réaliser divers travaux : aménagement des réseaux d'égout, d'eau et d'électricité, ainsi que l'amélioration des voies.
  • 1923 : villa Les Courlis plage de Tresmeur.
  • 1922 : manoir de la Cabriole, Lan Kerellec, pour un commanditaire parisien.
  • 1924 : à Tresmeur, une plateforme spéciale est érigée qui permet l'installation de deux rangées de cabines de bain.
  • 1925 : établissement du lotissement de Lan Kerellec.
  • 1928 : l'Ermitage Hôtel par l'architecte Henri Menet (43 chambres). Transformé en immeuble à logements.
  • 1929 : établissement d'un syndicat d'initiative indépendant de celui de Lannion.
  • 1929-1938 : les voies du quartier de Tresmeur deviennent progressivement carrossables.
  • 1929 : Celtic Hôtel à Tresmeur, par l'architecte Jean Le Corre pour Joseph Le Boubennec, ancien employé de chemin de fer à Asnières devenu hôtelier à Trébeurden. L'hôtel contient à l'époque 60 chambres. Il a été transformé en immeuble à logements. Le toit terrasse a été supprimé. Il possède des mosaïques d'Isidore Odorico en émaux de Briare.
  • 1929 : villa Mer et Falaise au sud de la plage de Tresmeur, par l'architecte James Bouillé.
  • 1930 : à Tresmeur, installations de pontons flottants et de plongeoirs[169].
  • 1931 : hôtel Printania à Tresmeur, par l'architecte Jean Le Corre. Il contient alors 70 chambres. En 1960, André Joppé, ancien avocat général à la cour d'appel de Paris, y fonde un centre nautique qui porte le nom de son fils, Philippe Joppé.
  • 1933 : construction de la route de la corniche qui permet de relier le quartier balnéaire de Trébeurden à Trégastel.
  • 1937 : villa La Frégate par l'architecte René Ronsin pour un négociant parisien, à Lan Kerellec.

(sources : les notices détaillées sont présentes sur le site de l'inventaire général du patrimoine culturel[170],[171],[172])

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Les peintres[modifier | modifier le code]

Comme de nombreux lieux en Bretagne, Trébeurden a attiré les peintres, parmi lesquels :

  • Maxime Maufra (1861-1918), ami d'Aristide Briand, peint un Soleil couchant à Trébeurden[173].
  • Raoul André Ulmann (1867-1932). Le musée d'Orsay conserve une œuvre de cet élève de Bouguereau intitulée Grande marée à Trébeurden datant de 1909[174].
  • Maurice Denis (1870-1943), célèbre résident de Perros-Guirec, a représenté Les baigneuses à Trébeurden en 1919[175].
  • Alexandre Benois (1870-1960), passe ses dernières vacances bretonnes en 1939 à Trébeurden. Il y réalise de nombreuses aquarelles, parmi lesquelles celle de l'intérieure de la chapelle de Penvern [176],[177],[178].
  • Henri Morisset (1870-1956), peint une Plage de Trébeurden, présentée au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts en 1922.
  • Albert-Pierre-Marie Poignant (1874-1927), réalise deux panneaux marouflés représentant Tempête Eté plage de Tresmeur Trébeurden et Calme plage de Tresmeur Trébeurden[179].
  • Ernest Vauthrin (1878-1949), originaire de Rochefort, connu pour ses paysages maritimes, a représenté des maisons et un Moulin à Trébeurden[180].
  • Louis Garin (1888-1959), passe ses vacances à Trébeurden à partir des années 30, en particulier à l'hôtel Bellevue, où il réalise deux fresques représentant le port de Trébeurden et un pardon à la chapelle de Penvern[181].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Saint-John Perse et Aristide Briand, les 1er et 3e à partir de la gauche, aux accords de Locarno en 1925. À la même époque, les deux hommes fréquentent Trébeurden.
  • Eugène Anthiome (1836-1916), compositeur. Pendant près de quarante ans professeur de piano au conservatoire de Paris, il a à cette occasion Maurice Ravel pour élève. À la suite d'un passage à Trébeurden, il publie en 1894 une partition pour piano intitulée Plage bretonne : souvenir de Trébeurden, sous-titrée impression musicale. C'est un témoignage de la première vague de villégiature à Trébeurden[182],[183].
  • Charles Lemanceau (1905-1980), artiste sculpteur. De mère bretonne, il fait son service militaire à Saint-Brieuc en 1925, puis ouvre son atelier à Paris. Il y crée notamment des animaux en faïence craquelée pour la Faïencerie de Lunéville-Saint-Clément. Il retourne en Bretagne en 1967. Il meurt à Trébeurden en 1980[184].
  • Aristide Briand (1862-1932), homme politique français. Onze fois [président du conseil], vingt fois ministre, prix Nobel de la paix en 1926. À l'époque d'une intense activité politique, de 1920 à sa mort en 1932, il passe ses étés à Trébeurden auprès de sa compagne Lucie, Amélie Uro, dite Mme Jourdan. Le comte Anatole James vend le 26 juin 1911 l'Île Milliau à Lucie Jourdan, qui bénéficie des largesses de son protecteur Maurice Bunau-Varilla, propriétaire du journal Le Matin (celui-ci deviendra finalement le propriétaire de l'île en 1942)[185]. Durant cette période, Lucie Jourdan reçoit de nombreuses personnalités parisiennes dans sa villa Les Tamaris près de Pors-Termen et surtout dans sa maison de l'île Milliau construite en 1920. Le 24 septembre 1929, l'aviateur Joseph Le Brix survole l'île Milliau à 50 m d'altitude afin de saluer Aristide Briand, alors président du conseil, qui sort de la villa et fait des signes amicaux de bienvenue[186]. Le Conservatoire du littoral, propriétaire de l'île depuis 1983 a décidé de la démolition de la maison en 2009, en raison de l'état de délabrement du bâtiment, de son intérêt relatif du point de vue architectural sur un site naturel exceptionnel[187]. Afin de perpétuer la mémoire d'Aristide Briand, le Conservatoire du littoral a pris en charge la réalisation d'un pupitre d'information consacré à l'homme et son œuvre, à côté du monument qui lui est dédié depuis 1933, au-dessus de la plage de Pors-Termen, près de la villa où résida l'homme illustre[188].
  • Arthur Coadou (1897-1985), as de l'aviation français de la Première Guerre mondiale. Il reçoit la Croix de guerre avec six palmes et une étoile d'argent. A la suite de la Seconde Guerre mondiale, il est fait Commandeur de la Légion d'honneur. Il réside dans son manoir de Trovern entre les deux guerres. La propriété, occupée par des officiers allemands, est dans état dégradé quand il la vend à la fin de la guerre. Durant l'occupation, ce voisinage ne l'empêche pas de fournir à la résistance des renseignements sur les défenses côtières de la région. En Octobre 1944, à 47 ans, il parcourt en vélo les 540 km qui séparent Trébeurden de Paris afin de se présenter au ministère de l'air espérant, en vain, être réintégré dans l'armée de l'air [189],[190].
  • Jean David (1924-2013), écrivain. Prix Bretagne 1965. Résistant, il participe activement en août 1944 à la libération de Guingamp[191]. En avril 1945, jeune officier au sein de la Compagnie de Choc Bretagne, il participe également à la libération d'une des dernières poches de résistance allemande sur l'Atlantique: la pointe de Grave, où il est blessé. Des années soixante à sa mort en 2013, il partage sa vie entre Paris et sa maison de Trébeurden. Il fut également sénateur de l'Aube.
  • Jean-Louis Hamon (1821-1874), peintre. Né à Plouha, il a 9 ans quand son père est nommé douanier à Trébeurden. Élève de Paul Delaroche, il obtient un grand succès à Paris et effectue plusieurs voyages en Italie et en Orient. À cette époque, il décrit Trébeurden tel qu'il l'a connu, vers 1830 : « Trébeurden est un pays aride et terrible. C'est au bord de la mer. Il y a des rochers, des îles, des presqu'îles, avec une pauvre végétation. Et cependant je n'ai jamais vu de côte plus belle, plus grandiose. Ce pays ressemble aux silhouettes, que je connais, d'études faites en Italie et en Grèce. Trébeurden, avec ses rochers partout, ses pierres druidiques et la petite maison de mon père, faite de pierres gigantesques, resta toujours dans ma mémoire : j'y fus heureux, il n'y avait pas d'école, j'étais libre»[192].
  • Roger Le Flanchec (1915-1986), architecte. Né à Guingamp, l'homme a vécu la plus grande partie de sa vie personnelle et professionnelle à Trébeurden. À sa mort, ses archives ont été déposées à l’Institut français d'architecture par la Fondation Le Corbusier, exécuteur testamentaire. En 1996, son œuvre fait l'objet d'une exposition à l’Institut français d'architecture intitulée Roger le Flanchec 1915-1986. Les manoirs futuristes. Le gentleman insoumis. Deux villas construites dans le Finistère ont été inscrites au titre des Monuments Historiques, la Résidence Hélios a reçu le label Patrimoine du XXe siècle en 2011[193],[194]. L'architecte passe les dernières années de sa vie dans son Inis Gwirin (île de verre), sur le toit-terrasse de la résidence Hélios avec une vue à 180° sur la mer et les îles de Trébeurden, initialement destinée à être un restaurant. Il est inhumé dans la commune.
  • Paul Le Flem (1881-1984), compositeur. Le Trégorrois Paul Le Flem disparait le 31 juillet 1984 à Tréguier, à l'âge de 103 ans. Sa vie fut entièrement consacrée à la musique par la composition, largement reconnue, l'enseignement, à la Schola Cantorum, et la critique musicale par laquelle il participe à la reconnaissance d'Igor Stravinski et Darius Milhaud. Entre les deux guerres, adepte des bains de mer, il vient régulièrement passer les étés à Trébeurden. Il y a laissé une trace par sa correspondance, conservée à la Bibliothèque nationale et à la médiathèque Malher[195],[196].
  • l'abbé Le Luyer, recteur de Trébeurden, est resté célèbre pour avoir, en 1838, organisé en barque le sauvetage de 200 hommes partis au goémon à Molène et bloqués par la tempête.
  • Louis Le Tinevez (1914-1945), résistant. Né à Trébeurden, il faisait partie de la formation du premier club de football l'étoile sportive de Trébeurden juste avant la déclaration de la guerre. Interné dans le camp de concentration de Dachau, il y décéda un mois avant la libération du camp. En 1952, son nom est attribué au stade situé alors dans l'actuelle rue Pierre-Marzin. En 2011, il est décidé d'attribuer son nom au nouveau stade, sur la route de Lannion[197],[198].
  • Pierre Marzin (1905-1984), ingénieur et homme politique français. Polytechnicien, ingénieur de l'École supérieure des postes & télégraphes (ESPT) et de Supélec, il a été directeur général des Télécommunications de 1967 à 1971 et a été l'élément moteur du développement des Télécommunications dans l'agglomération de Lannion dont il fut le maire. Grâce à lui, la région obtient l'implantation d'un établissement du Centre national d'études des télécommunications, le CNET, aujourd'hui Orange Labs. Pierre Marzin a longtemps vécut à Trébeurden à Lan Kerellec. Son nom a été donné à l'ancienne rue du Stade[199].
  • Georges Méliès (1861-1938), réalisateur. En 1925, le pionnier du cinéma est ruiné. Il quitte sa maison, brûle ou vend ses dernières bobines et s'installe chez son fils. En 1927, il retrouve une de ses comédiennes, marchande de jouets gare Montparnasse. Il l'épouse et tient boutique avec elle. Chaque été, il voyage en Bretagne. La Cinémathèque française conserve une vingtaine de dessins représentant les paysages de Trébeurden où il s'est visiblement plu. De 1928 à 1931, il représente aussi bien les plages, le port, des chaos rocheux que la pointe de Bihit. Il représente aussi l'hôtel Hermitage, intérieur et extérieur, où il est probablement descendu[200],[201]. À la même époque, reconnu par hasard dans la rue à Paris par un admirateur, il retrouvera enfin une certaine reconnaissance et aura une fin de vie confortable et paisible[202].
  • François Mitterrand (1916-1996), homme politique français. En octobre 1971, le futur président de la République est invité par une amie à passer quelques jours dans sa villa surplombant la pointe de Bihit. Il y écrira quelques-unes des plus belles pages de La Paille et le grain, où il décrit longuement le paysage qu'il a sous les yeux[203],[204]. À l'occasion d'une interview le 7 octobre 1985 devant la presse régionale, il déclare : « Vous avez une beauté naturelle qui est très certaine. Je le disais tout à l'heure dans le Trégor, quand j'étais beaucoup plus jeune et que j'allais à Trébeurden ou à Perros-Guirec : on en prend plein la poitrine. C'est très beau»[205]. Curieusement, Jack Lang rapporte dans ses souvenirs de François Mitterrand que celui-ci prononçait Jean Poperin pour désigner Jean Poperen (prononcé habituellement Jean Poperène) pour le motif qu'il prononçait Trébeurdin afin de désigner Trébeurden[206].
  • Nikola Petrović-Njegoš (né en 1944), actuel héritier du trône de Monténégro, appelé « Nikola II » par les monarchistes, a ses attaches familiales à Trébeurden par sa mère, Geneviève Prigent. Il est l'arrière-petit-fils du roi Nikola Ier et le seul fils et héritier du dernier prétendant, le prince Mihailo Petrović-Njegoš. Architecte, il épouse à Trébeurden, le 27 novembre 1976, Francine Navarro, styliste de mode.
  • Léon Philippe et ses fils Léon, René et Pierre Philippe, résistants. Ils résidaient à l'Armor. Arrêtés en juillet 1944, sans doute sur dénonciation. Torturés sur le lieu de cantonnement de la waffen SS à Lan Kerellec puis exécutés à Trébeurden au Champ Blanc pour deux d'entre eux, à Park Meur en Pleumeur-Bodou pour les deux autres. Leur nom a été donné à l'école publique de L'Île-Grande. Une stèle leur rend hommage sur le bord de la route de Lannion, près des lieux d'exécution[207].
  • Jean-Pierre Pinot (1930-2000), professeur agrégé de géographie, spécialisé en océanographie. Trébeudinais d'adoption par son épouse. Il réalisa un mémoire sur les plages de galets du Trégor Goëlo et rédigea une thèse sur le plateau continental du Sud Bretagne. Il apporta une grande aide à la connaissance et protection des falaises de Pors-Mabo, victimes d'érosion, ainsi que des îles Milliau et Molène, au sein de l'APEGIT (association pour la protection, l'étude et la gestion des îles trégoroises)[208]. Son nom a été attribué récemment à une nouvelle voie située entre la cité Morgane et la rue de Kérariou[209].
  • Geneviève Prigent (1919-1998), infirmière orthoptiste, fut une pionnière de cette discipline. Elle fut également déléguée régionale de la Ligue des droits de l'homme et s'engagea très tôt dans la lutte pour la protection de l'environnement jusqu'à sa mort (cofondatrice de l'association Bevañ e Trebeurden, présidente de la Fapen 22). Une rue de Lannion porte son nom depuis 2009[210]. Son père François Prigent, chirurgien à Saint-Brieuc, médecin à l'hôpital complémentaire 99, à Trozoul, durant la guerre de 14-18, fait construire l'une des premières villas de Lan Kerellec. Elle épouse l'héritier du trône de Monténégro au début de la guerre. Ils participent à des actes de résistance dans la région du Guingamp. Elle est ensuite une figures de la communauté des réfugiés politiques à Paris dans l'immédiat après-guerre au point qu'on la surnomme alors « la princesse rouge »[211].
Hommage des supporters du Stade rennais à Jean Prouff le 23 février 2008, quelques jours après sa mort à Trébeurden.
  • Jean Prouff (1919-2008), footballeur, entraîneur. « Le football breton lui doit beaucoup, le Stade rennais quasiment tout»[212]. Jean Prouff commence sa carrière de footballeur au Stade rennais et accède au statut d'international en 1946. Champion de France avec le Stade de Reims en 1949, il devient rapidement entraîneur dans plusieurs clubs français ainsi qu'à l'étranger pour finalement revenir en Bretagne en 1964, au Stade rennais. Il remporte deux fois la Coupe de France, en 1965 et 1971. Les joueurs l'appellent monsieur Jean. En 2001, à l'occasion du centenaire du Stade rennais, il est désigné entraîneur du siècle. Il passe les dernières années de sa vie à Trébeurden, où il s'éteint en février 2008[213]. Depuis, il a été question plusieurs fois de donner son nom au stade de la route de Lorient[214].
  • Ernest Renan (1823-1892), écrivain et philosophe. Enfant, il effectue de nombreux séjours chez sa tante, madame Morand, au manoir de Trovern. Il le rappelle dans ses lettres du séminaire[215].
  • Saint-John Perse (1887-1975), poète et diplomate français. Le jeune diplomate est secrétaire de la légation française de Pékin, quand il est remarqué par Aristide Briand en 1921. Ce dernier le fait rentrer dans l'administration ministérielle. En 1925, il deviendra Chef de cabinet d'Aristide Briand. C'est aussi le début d'une amitié. Saint-John Perse viendra à Trébeurden à cette occasion. En 1957, de retour des États-Unis, il pense un moment acheter l'Île Milliau pour s'installer finalement dans une villa de la presqu'île de Giens[216].
  • Kenneth White (né en 1936), écrivain, poète. Prix Médicis étranger 1983, Prix Bretagne 2006. L'écossais extravagant, tel qu'il a pu se présenter lui-même, réside à Trébeurden depuis plus de vingt ans[217]. Il est l'auteur d'une œuvre vaste, érudite et poétique. Dans House of Tides (La maison des marées traduit de l'anglais), il observe, non sans humour, à la façon d'un entomologiste, les paysages, la faune, la flore et la population locale. On y croise aussi bien Segalen, Chateaubriand ou Faulkner qu'un géographe, un routard ou le pêcheur du coin[218].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. L'Helgouach, L'allée couverte de Prajou en Trébeurden, Annales de Bretagne, no 64, 1, 1957, p. 1-8
  • Jacques Roignant, 1850-1950 : un siècle de navigation au cabotage en Bretagne (Les "Donat", capitaines-armateurs de Trébeurden et de Sainte-Marine)
  • Léon Warenghem, En Bretagne : Trébeurden, ses îles, ses grèves, son climat, ses légendes (Éd. 1899)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette sous-section Finances locales est issue d'une synthèse des données du site alize2.finances.gouv.fr du ministère de l'Économie et des Finances. Elle est présentée de façon standardisée pour toutes les communes et ne concerne que le périmètre municipal. Pour constituer cette partie, l'outil Finances locales version 1.2.1 : Yin Yang Kappa Logo de l'outil Finances localesLettre grecque Kappa en majuscule et minuscule a effectué la synthèse des 98 pages du site alize2.finances.gouv.fr concernant Trébeurden. Finances locales est un logiciel libre distribué en copyleft sous licence GNU GPL version 3.
  2. La « section de fonctionnement » est constituée des dépenses courantes et récurrentes nécessaires au bon fonctionnement des services municipaux et à la mise en œuvre des actions décidées par les élus, mais sans influence sur la consistance du patrimoine de la commune.
  3. Les « charges de personnel » regroupent les frais de rémunération des employés par la commune.
  4. Les « impôts locaux » désignent les impôts prélevés par les collectivités territoriales comme les communes pour alimenter leur budget. Ils regroupent les impôts fonciers, la taxe d'habitation ou encore, pour les entreprises, les cotisations foncières ou sur la valeur ajoutée.
  5. La section « investissement » concerne essentiellement les opérations visant à acquérir des équipements d’envergure et aussi au remboursement du capital de la dette.
  6. Les « dépenses d’équipement » servent à financer des projets d’envergure ayant pour objet d’augmenter la valeur du patrimoine de la commune et d’améliorer la qualité des équipements municipaux, voire d’en créer de nouveaux.
  7. Les « remboursements d'emprunts » représentent les sommes affectées par la commune au remboursement du capital de la dette.
  8. L'« encours de la dette » représente la somme que la commune doit aux banques au de l'année considérée
  9. L'« annuité de la dette » équivaut à la somme des intérêts d'emprunts de la commune et du montant de remboursement du capital au cours de l'année
  10. La « capacité de désendettement » est basée sur le ratio suivant défini par la formule : ratio = encours de la dettecapacité d'autofinancement. Ce ratio montre, à un instant donné, le nombre d'années qui seraient nécessaires au remboursement des dettes en considérant les ressources de Trébeurden.
  11. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Base de données du ministère du Budget, relative aux comptes des communes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « la pointe du Bihit, l'Ile Grande, Ile Milliau, la plage de Tresmeur et le port de plaisance filmés par un drone », sur photovideo-aerienne.fr, été 2014
  2. Jean plaine, « le magmatisme composite du complexe granitique de Ploumanac'h », sur Société géologique et minéralogique de Bretagne
  3. [PDF] Yves Cyrille, géologue, « Sortie géologique dans le massif granitique de Ploumanac’h »
  4. « 52ème sortie du groupe "Patrimoine Géologique 22" », sur Vivarmor Nature, .
  5. Pierrick Graviou et Christophe Noblet, « Curiosités géologiques du Trégor et du Goëlo », sur Société géologique de France
  6. « Description du contact entre le granite de type La Clarté et son encaissant sédimentaire au sud de l'île Milliau », sur geodiversite.net
  7. « sortie du groupe patrimoine géologique 22 avec Odile-Guérin dans la région de Trébeurden », sur ViVarmor,
  8. « le plus gros galet du monde », sur Ouest-France,
  9. « Géosolmar : un intrigant cadran solaire à Tresmeur », sur le Télégramme,
  10. [PDF] « le Geosolmar », sur la ville de Trébeurden
  11. « le début du réseau urbain des eaux à Trébeurden », sur l'inventaire général du patrimoine culturel de la région Bretagne
  12. « l'avenir de l'étang de Penvern », sur Ouest-France,
  13. « la station d'épuration de Trovern Braz et les bassins de lagunage de Kerariou », sur la ville de Trébeurden
  14. « les fontaines, lavoirs et puits sur le territoire de Trébeurden », sur l'inventaire général du patrimoine culturel de la région Bretagne
  15. « la fontaine de dévotion de Bonne Nouvelle », sur l'inventaire général du patrimoine culturel de la région Bretagne
  16. « la fontaine de dévotion de Penvern », sur l'inventaire général du patrimoine culturel de la région Bretagne
  17. « le routoir de Saint-Duzec », sur l'inventaire général du patrimoine culturel de la région Bretagne
  18. « Météo du jour à Trébeurden », sur Météo-France
  19. « Statistiques du vent à Trébeurden », sur windfinder.com
  20. « Séisme de Trébeurden », sur Le site du Réseau National de Surveillance Sismique (RéNaSS (consulté le 16 avril 2017).
  21. « Séisme au large de Trébeurden », sur Le site du Réseau National de Surveillance Sismique (RéNaSS (consulté le 16 avril 2017).
  22. « tous les horaires et coefficients des marées à Trébeurden », sur marée.info
  23. « les grandes marées à Trébeurden », sur www.horaire-maree.fr
  24. « le contrôleur départemental des pêches à Trébeurden », sur Ouest-France du 24 juillet 2013
  25. « les marées d'équinoxe et marées du siècle au XXIe siècle », sur l'énergie des marées
  26. « la route de la Corniche bretonne », sur l'inventaire général du patrimoine culturel de la région Bretagne
  27. « les 20 km de la Côte de granit rose », sur le site des 20 km de la Côte de granit rose
  28. Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, vol. 2, Rennes, Molliex (réimpr. 1843-1853) (1re éd. 1778-1780), in-4° (notice BnF no FRBNF33999828), page 914 de la réédition en 2 volumes.
  29. « les manoirs et moulins dans le patrimoine de Trébeurden », sur www.infobretagne.com
  30. Dans une charte de l'abbaye de Bégard
  31. a et b « Etymologie et histoire de Trébeurden », sur www.infobretagne.com
  32. Régis de Saint-Jouan, Dictionnaire des communes [Texte imprimé] : éléments d'histoire et d'archéologie / Département des Côtes-d'Armor, Saint-Brieuc, Conseil général des Côtes-d'Armor, 1990, 837 p., 24cm (ISBN 2-908873-00-1, notice BnF no FRBNF36649357)
  33. Côtes de Bretagne, de Trébeurden à Noirmoutier [Document cartographique manuscrit] appartenant au portefeuille 42 du Service hydrographique de la marine consacré à la Bretagne, témoignant de la graphie Treberden vers 1780, 59x68 cm (notice BnF no FRBNF42327855)
  34. Jacques Roignant, Trébeurden au temps de la Révolution, Lannion, IMPRAM (1re éd. 1989), 192 p., 21cm (notice BnF no FRBNF35017192)
  35. « les prêtres trégorrois au cœur de la tourmente », sur site du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier
  36. « les prêtres du diocèse de Tréguier durant la Révolution », sur site du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier
  37. « localisation de la forêt sous-marine découverte par le comte de la Fruglaye en 1811 », sur Persée
  38. « l'école primaire publique, ancienne mairie et école mixte, puis école communale de garçons », sur Mérimée
  39. « l'ancienne école communale de filles », sur Mérimée
  40. « les écoles de Trébeurden aujourd'hui », sur la ville de Trébeurden
  41. « Souvenir d'Ernest Renan au manoir de Trovern dans Huit jours chez M. Renan par Maurice Barrès », sur bibliothèque électronique de Lisieux
  42. Antoine-César Becquerel, Traité expérimental de l'électricité et du magnétisme, et de leurs rapports avec les phénomènes naturels, vol. 6, Paris, Firmin Didot (1re éd. 1840), in-8° (notice BnF no FRBNF30076228), p. 189
  43. « la tornade d'intensité EF3 de Trébeurden du 29 janvier 1836 », sur keraunos.org
  44. « la trombe du 29 janvier 1836 dans l'écho du monde savant du 18 février 1836 », sur Gallica
  45. M.Mauriès, « Recherches historiques et littéraires sur l'usage de certaines algues, Bulletin de la Société académique de Brest, 1874 », sur Bnf(Gallica)
  46. « litige entre un propriétaire privé et la commune. Jurisprudence du 14 juillet 1845. Journal du Palais(Paris) », sur Gallica
  47. « question sur les terres vaines et vagues de Bretagne posée le 8 février 2011. Réponse le 13 septembre 2011 », sur Assemblée nationale
  48. « l'ancienne usine sardinière de Bihit », sur Inventaire général du patrimoine culturel
  49. [PDF] Louis Ropers, « Le port sardinier de Trébeurden dans De la Condition Économique et Sociale Du Pêcheur Sardinier, thèse de doctorat du 16 mai 1906 », sur le site de l'Ifremer
  50. « carte postale de l'ancienne usine sardinière de Bihit », sur Gallica
  51. « Affiches des régates de Trébeurden de 1895 à 1913 », sur Archives départementales des Côtes d'Armor
  52. André Le Pape et Jacques Roignant, 1850-1950, un siècle de navigation au cabotage en Bretagne, Spézet : Nature et Bretagne, Impr. Keltia graphic (1re éd. 1995), 163 p., 22cm (notice BnF no FRBNF37162711)
  53. « élections législatives 2012 - Résultats à Trébeurden », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 16 janvier 2014).
  54. « élections législatives 2012 - 5e circonscription des Côtes-d'Armor », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 16 janvier 2014).
  55. « résultats de l'élection présidentielle 2012 à Trébeurden », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 16 janvier 2014).
  56. « résultats de l'élection présidentielle 2012 en Bretagne », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 16 janvier 2014).
  57. « élections municipales de Trébeurden 2008 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 16 janvier 2014).
  58. « élections municipales de Trébeurden 2014 - résultats définitifs », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 31 mars 2014).
  59. « le nouveau maire de Trébeurden », sur le Trégor,
  60. « liste des maires de Trébeurden depuis 1800 », sur FranceGenWeb.org
  61. « le site de l'intercommunalité », sur Lannion-Trégor Communauté.
  62. « consultation en ligne des magazines de l'intercommunalité », sur Lannion-Trégor Communauté.
  63. « le rattachement de la gendarmerie de Trébeurden à la brigade de Perros-Guirec », sur le Télégramme du 21 décembre 2012
  64. « le rattachement de la gendarmerie de Trébeurden à la brigade de Perros-Guirec », sur Ouest-France du 17 décembre 2012
  65. « la liste des services d'urgence à Trébeurden », sur le site de la ville de Trébeurden
  66. « la nouvelle vedette de Trébeurden », sur le site de la SNSM
  67. « SNSM. Le Port Trozoul béni devant la foule », sur le Télégramme du 12 septembre 2016
  68. « la station SNSM de Trébeurden-lÎle-Grande », sur le site de la SNSM Trébeurden
  69. « liste des juridictions compétentes pour la commune de Trébeurden », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le 1er mars 2013).
  70. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  71. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  72. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  73. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  74. « population totale par sexe et âge de la commune de Trébeurden en 2010 », sur Insee (consulté le 1er mars 2014)
  75. « population totale par sexe et âge du département des Côtes-d'Armor », sur Insee (consulté le 1er mars 2014)
  76. « Les jours de marché à Trébeurden et dans les communes voisines », sur jours-de-marche.fr
  77. [PDF] « Le marché du terroir de Trébeurden », sur le site de Lannion-Trégor Agglomération
  78. « Le centre culturel Le Sémaphore de Trébeurden », sur Centre culturel de Trébeurden
  79. « Les mercredis du port », sur Office de tourisme de Trébeurden
  80. « Place aux mômes », sur le Télégramme du 24 juillet 2013
  81. « Festival Trébeurden - les Années Folles », sur Trébeurden Années Folles
  82. « le Festival de l'estran », sur festivaldelestran.com
  83. « la liste des associations sportives à trébeurden », sur le site de la ville de Trébeurden
  84. « les travaux de la digue de Tresmeur au niveau de l'école de voile », sur le site des Forages, Fondations de l'Ouest
  85. « l'école de voile de Trébeurden », sur le site ev-trebeurden.com
  86. « le centre d'activités plongée de Trébeurden », sur plongeecap.com
  87. « le Football-Club de Trébeurden Pleumeur-Bodou », sur le site officiel du FC Trébeurden Pleumeur-Bodou
  88. « Le Tennis Club de Trébeurden », sur Tennis Club de Trébeurden
  89. « Cap Armor », sur le site de la ville de Trébeurden
  90. « Cap Sport », sur le site de la ville de Trébeurden
  91. « Le tournoi de tennis estival de Lan Kerellec », sur le Télégramme du 3 août 2012
  92. « le tournoi François-Provost de handball », sur trebeurdenhandball.fr
  93. « les 20km de la Côte de granit rose », sur le site des 20km de la Côte de granit rose
  94. « La Trégor Classique », sur Yacht-Club de Trébeurden
  95. « Belles coques et crachin pour la Trégor classique », sur Ouest-France du 22 juin 2013
  96. « La Buzulzo », sur Yacht-Club de Trébeurden
  97. « La Buzulzo est arrivée à bon port », sur Ouest-France du 8 août 2013
  98. « La Trégor-Léon », sur Le Télégramme du 30 avril 2014
  99. « paroisse de Pleumeur-Bodou », sur site de la paroisse
  100. « la prise de fonction du nouveau curé de Lannion en charge pastorale de la paroisse de Pleumeur-Bodou », sur Ouest-France,
  101. « Caractéristiques des entreprises et des établissements au 31 décembre 2011 », sur site de l'Insee
  102. « Démographie des entreprises en 2012 », sur site de l'Insee
  103. « Nombre d'équipements et de services dans le domaine du commerce en 2012 », sur site de l'Insee
  104. « Nombre d'équipements et de services dans le domaine de l'action sociale en 2012 », sur site de l'Insee
  105. « Nombre d'équipements des services aux particuliers en 2012 », sur site de l'Insee
  106. « Capacité de la commune en hébergement touristique en 2013 », sur site de l'Insee
  107. « les espaces littoraux remarquables de la commune de Trébeurden », sur l'Inventaire général du département des Côtes-d'Armor, l'ancien port de TRébeurden : Trozoul,
  108. « Le port de Trébeurden en panne », sur Les Echos,
  109. « Réglement de police du port de plaisance de Trozoul du 16 novembre 2010 », sur le site de l'Association Trébeurdinaise des Pêcheurs Plaisanciers
  110. « Port Trébeurden », sur Port Trébeurden
  111. « les espaces littoraux remarquables de la commune de Trébeurden », sur l'Inventaire général du département des Côtes-d'Armor,
  112. « Milin ar lann », sur l'Inventaire national du patrimoine naturel
  113. « Milin ar lann », sur le Conservatoire du Littoral
  114. « Estran à la base de l'Île-Grande (point 50.2) », sur l'Inventaire général du département des Côtes-d'Armor,
  115. « Dunes à l'est du pont de l'Île-Grande (point 50.3) », sur l'Inventaire général du département des Côtes-d'Armor,
  116. « Marais de Noteno », sur l'Inventaire national du patrimoine naturel
  117. « Marais de Noteno », sur le Conservatoire du Littoral
  118. « Goas Treiz, Toëno, estrans nord (point 50.5) », sur l'Inventaire général du département des Côtes-d'Armor,
  119. « Marais de Kerhellen », sur l'Inventaire national du patrimoine naturel
  120. « Île Molène », sur l'Inventaire national du patrimoine naturel
  121. « Île Molène », sur le Conservatoire du littoral
  122. « Île Milliau », sur l'Inventaire national du patrimoine naturel
  123. « Île Milliau », sur le Conservatoire du Littoral
  124. « Pointe de Bihit, abords de Tresmeur, le Castel », sur l'Inventaire national du patrimoine naturel
  125. « Pointe de Bihit », sur le Conservatoire du Littoral
  126. « Pors Mabo, Beg Leguer », sur l'Inventaire National du Patrimoine Naturel
  127. « Pors Mabo, Goas Lagorn », sur le Conservatoire du Littoral
  128. « Lann ar waremm », sur l'Inventaire National du Patrimoine Naturel
  129. « Lann ar waremm », sur le Conservatoire du Littoral
  130. « le fichier national des sites classés », sur developpement-durable.gouv.fr
  131. Les marais du Quellen
  132. Renseignements à la mairie.
  133. « le site Natura 2000 Côte de granit rose -Sept Îles », sur l'Inventaire National du Patrimoine Naturel
  134. « la liste des ZNIEFF (Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique) », sur l'Inventaire National du Patrimoine Naturel
  135. « la liste des espèces sauvages, animales ou végétales observées sur le territoire de la commune », sur l'Inventaire National du Patrimoine Naturel
  136. « le label du Patrimoine du XXe siècle », sur le ministère de la Culture
  137. « les sites archéologiques sur la commune de Trébeurden », sur Inventaire général du patrimoine culturel
  138. « les menhirs de Trébeurden », sur lieux insolites en France
  139. « le patrimoine de Trébeurden (dont les mégalithes) », sur infoBretagne.com
  140. « le menhir de Toënno », sur le portail touristique du Trégor
  141. « le menhir de Toënno », sur les mégalithes du monde
  142. « le menhir de Bonne-Nouvelle », sur le portail touristique du Trégor
  143. « le menhir de Bonne-Nouvelle », sur les mégalithes du monde
  144. « le menhir de Prajou-Menhir », sur les mégalithes du monde
  145. « le menhir de Trovern - Kerariou », sur Panoramio
  146. « le menhir de Trovern - Kerariou », sur les mégalithes du monde
  147. « le menhir de Run Ar Gam », sur Panoramio
  148. « le menhir de Run Ar Gam », sur les mégalithes du monde
  149. « le menhir de Milin Ar lann », sur les mégalithes du monde
  150. « le menhir de l'Armor », sur les mégalithes du monde
  151. « les menhirs de Véadès », sur les mégalithes du monde
  152. « le dolmen de Kerellec », sur les mégalithes du monde
  153. « l'allée couverte de l'île Milliau », sur les mégalithes du monde
  154. « Fouilles de l'allée couverte de Prajou-Menhir en Trébeurden », sur Persée- portail de revues en sciences humaines et sociales
  155. « l'allée couverte de Prajou-Menhir », sur le portail touristique du Trégor
  156. « l'allée couverte de Prajou-Menhir », sur les mégalithes du monde
  157. « les pennérez de Kerario et de Trovern dans L'Âme bretonne de Charles Le Goffic - Champion 1924 - p. 326 à 331 », sur University of Toronto Libraries
  158. « le manoir de Kerariou », sur l'Inventaire général du département des Côtes-d'Armor,
  159. « le manoir de Trovern », sur l'Inventaire général du département des Côtes-d'Armor,
  160. « L’influence des réseaux dans la naissance et l’évolution des stations de villégiature, l’exemple de la Côte de granit rose par Elisabeth Justome », sur In Situ revue des patrimoines
  161. « les magasins de commerce et les hôtels de voyageurs de Trébeurden », sur l'Inventaire général du patrimoine culturel,
  162. « le quartier de Trozoul », sur l'Inventaire général du patrimoine culturel,
  163. « le quartier de Tresmeur », sur l'Inventaire général du patrimoine culturel,
  164. « le quartier de Lan-Kerellec », sur l'Inventaire général du patrimoine culturel,
  165. « la villa Les primevères aujourd'hui détruite », sur l'Inventaire général du patrimoine culturel,
  166. France. Ministère des postes, « Bulletin mensuel des postes et télégraphes ,Tables: 1899-1916 », sur Bnf(Gallica)
  167. « Le percement de la rue de Trozoul », sur l'Inventaire général du patrimoine culturel,
  168. « Les cabines de bains », sur Mérimée,
  169. « Le front de mer de Tresmeur », sur Mérimée,
  170. « les maisons sur la côte de granit rose », sur l'Inventaire général du patrimoine culturel,
  171. « les maisons de Trébeurden », sur l'Inventaire général du patrimoine culturel,
  172. « ville, hôtels et maisons de villégiature », sur l'Inventaire général du patrimoine culturel,
  173. « Maxime Maufra Soleil couchant à Trébeurden », sur le site arcadja.com
  174. « Raoul André Ulmann Grande marée à Trébeurden », sur Musée d'Orsay
  175. « Maurice Denis Les baigneuses à Trébeurden », sur le site Les Impressionnistes'
  176. Collectif, "Peintres russes en Bretagne", Éditions Palantines, Musée départemental breton à Quimper, 2006, (ISBN 2-911434-56-0)p. 40
  177. « Alexandre Benois Vue de Trébeurden, 1939 », sur catalogue.drouot.com
  178. « Alexandre Benois The beach at Trébeurden, 1939 », sur artnet.fr
  179. « Albert-Pierre-Marie Poignant la Plage de Tresmeur », sur expertissim.com
  180. « Ernest Vauthrin Moulin à Trébeurden », sur pillon.auction.fr (vente terminée)
  181. « Louis Garin et l'hôtel Bellevue », sur le site trebeurden-annees-folles.fr
  182. Eugène Anthiome, Plage bretonne : souvenir de Trébeurden, A. Leduc, , 5 p., in-folio (notice BnF no FRBNF42816446)
  183. « la partition de Plage bretonne : souvenir de Trébeurden, ill. Louis Denis, 1894 », sur Gallica
  184. Patrick Malaureille, Craquelés, les animaux en céramique, C. Massin, , 96 p. (ISBN 9782707202109)
  185. « histoire de l'île Milliau », sur Inventaire général du patrimoine culturel
  186. « L'aviateur Le Brix survole l'île Milliau et salue Aristide Briand (Ouest-Eclair le 24 septembre 1929) », sur Gallica
  187. « Île Milliau. La maison Aristide Briand en démolition », sur le Télégramme du 3 septembre 2009
  188. « Hommage. Un devoir de mémoire envers Aristide Briand », sur le Télégramme du 27 mars 2012
  189. « Arthur Marcel Coadou à Trébeurden », sur le Trégor du 23 janvier 2017
  190. « Biographie d'Arthur Marcel Coadou », sur cieldegloire.com
  191. « Jean David un des hommes clés du maquis de Coat Mallouen », sur Ouest-France du 12 mai 2013
  192. « Jean-Louis Hamon se souvient de Trébeurden vers 1830 (revue Le Penseur Août 1903 page 312) », sur Gallica
  193. « la Résidence Hélios inscrite à l'inventaire du Patrimoine du XXe siècle. », sur le Télégramme du 2 juillet 2011
  194. « la Résidence Hélios », sur le Patrimoine des communes de France
  195. Paul le Flem, Lettre de Paul Le Flem à Isidore Philipp, Trébeurden, 9 septembre 1927 [Texte manuscrit] (notice BnF no FRBNF39815814)
  196. [PDF] Médiathèque musicale Malher, « Fonds Paul Le Flem »
  197. « dénomination du nouveau stade (PV de la séance du conseil municipal du 28/09/2011) », sur le site de la ville de Trébeurden
  198. « inauguration du stade Louis Le Tinévez », sur le Télégramme du 3 octobre 2011
  199. [PDF] « Pierre Marzin sur le bulletin municipal de Trébeurden du 31 septembre 2008 », sur le site de la ville de Trébeurden
  200. « Georges Méliès, Trébeurden - Vue de la terrasse de la Potinière », sur la Cinémathèque française
  201. « Georges Méliès, Trébeurden - plage de Tresmeur - Hôtel Celtic », sur la Cinémathèque française
  202. « la vie de Georges Méliès », sur le site officiel de Georges Méliès
  203. « François Mitterrand à Trébeurden », sur le blog Si vous voulez vraiment que je vous dise
  204. François Mitterrand, La Paille et le grain, Paris, Flammarion (1re éd. 1975), 300 p., 2Ocm (ISBN 2-08-060778-2, notice BnF no FRBNF34564292)
  205. « interview de François Mitterrand le 7 octobre 1985 où il cite Trébeurden », sur Vie-Publique.fr
  206. Jack Lang, François Mitterrand, fragments de vie partagée, Paris, Éditions du Seuil (1re éd. 2011), 298 p., 21cm (ISBN 978-2-02-103793-7, notice BnF no FRBNF42420539)
  207. « notices biographiques des militaires et résistants dont le nom figure sur le monument aux morts de Trébeurden », sur les lieux de mémoire des Côtes-d'Armor
  208. Association pour la protection, l'étude et la gestion des îles trégoroises, Îles du Trégor, Trébeurden, APEGIT, (10 numéros) 1986-1995, 21cm (notice BnF no FRBNF34527782)
  209. [PDF] « Jean-Pierre Pinot sur le bulletin municipal de Trébeurden du 31 septembre 2008 », sur le site de la ville de Trébeurden
  210. [PDF] « Geneviève Prigent, militante des Droits de l'homme et de l'environnement », sur Le journal municipal de la ville de Lannion n°162 de décembre 2009
  211. « Geneviève Prigent, femme de Bretagne », sur l'Institut culturel de Bretagne
  212. « citation extraite de la notice biographique de Jean Prouff », sur le Télégramme le 14 février 2008
  213. « le dernier hommage à Jean Prouff à Trébeurden », sur Ouest-France le 16 février 2008
  214. « Faut-il donner le nom de Jean Prouff au stade de la route de Lorient ? », sur Ouest-France le 16 février 2008
  215. « Ernest Renan et le souvenir du manoir de Trovern dans les Lettres du séminaire (Calmann-Lévy 1902) », sur Gallica
  216. « Saint-John Perse - le retour en France », sur www.sjperse.org
  217. « Kenneth White à la cérémonie de remise du prix Bretagne 2006 pour la maison des marées », sur Blog Breizh,
  218. Kenneth White (trad. Marie-Claude White), La Maison des marées [« House of Tides »], Paris, Albin Michel (1re éd. 2005), 281 p., 23cm (ISBN 2-226-16719-6, notice BnF no FRBNF39980629)