Thom de Graaf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Thom de Graaf
Illustration.
De Graaf en 2009.
Fonctions
Vice-Premier ministre néerlandais
Ministre des Réformes administratives et des Relations au sein du Royaume

(1 an, 9 mois et 24 jours)
Premier ministre Jan Peter Balkenende
Gouvernement Balkenende II
Prédécesseur Johan Remkes
Successeur Laurens Jan Brinkhorst (Vice-PM)
Alexander Pechtold (Réformes)
Chef politique des Démocrates 66

(4 ans, 8 mois et 8 jours)
Prédécesseur Els Borst
Successeur Boris Dittrich
Biographie
Nom de naissance Thomas Carolus de Graaf
Date de naissance (61 ans)
Lieu de naissance Amsterdam (Pays-Bas)
Nationalité néerlandaise
Parti politique D66
Diplômé de université Radboud
Profession universitaire
fonctionnaire

Thomas Carolus de Graaf, dit Thom de Graaf, né le à Amsterdam, est un homme politique néerlandais membre des Démocrates 66 (D66).

Universitaire spécialiste en droit constitutionnel et histoire parlementaire formé à l'université Radboud de Nimègue, il est fils de l'homme politique Theo de Graaf. Il rejoint les D66 en , se fait élire conseiller communal de Leyde en puis représentant à la Seconde Chambre quatre ans plus tard.

Il est porté à la direction du groupe parlementaire en et du parti l'année qui suit. Après les échecs électoraux de et de , il renonce à l'intégralité de ses responsabilités.

Il devient pourtant quelques semaines plus tard vice-Premier ministre et ministre des Réformes administratives du deuxième cabinet de Jan Peter Balkenende. Il démission en , après avoir échoué à modifier la Constitution pour permettre l'élection des bourgmestres et commissaires de la Reine au suffrage universel direct. Il se met alors en congés de la vie politique.

Il y revient en , après avoir accepté d'être nommé par la reine au poste de bourgmestre de Nimègue. Élu sénateur à la Première Chambre en , il démissionne de son mandat local l'année suivante. Entre et , il préside le groupe parlementaire des D66.

Éléments personnels[modifier | modifier le code]

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Il achève ses études secondaires en 1976 à Nimègue, puis entre à l'université Radboud de Nimègue pour y suivre des études supérieures de droit. Il obtient un doctorat d'histoire constitutionnelle et parlementaire en 1981, trois ans après avoir été commencé à travailler comme assistant, puis associé de recherche, à temps partiel au centre d'histoire parlementaire de Nimègue.

À la suite de l'obtention de son diplôme, il décroche un poste d'associé de recherche en droit constitutionnel à la faculté de droit de son université, et le conserve jusqu'en 1985, lorsqu'il devient fonctionnaire du ministère de l'Intérieur. En 1989, il est promu chef de la division des Affaires policières et juridiques du ministère, puis directeur adjoint de la direction de la Police en 1991. Il quitte l'administration publique trois ans plus tard.

Il est recruté, en 2006, comme consultant par PricewaterhouseCoopers, dont il démissionne au bout d'un an.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Theo de Graaf, bourgmestre de Nimègue entre et sous les couleurs du Parti populaire catholique (KVP). Marié depuis et père de deux enfants, il vit à Nimègue. Il est de confession catholique romaine.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Adhérent aux Démocrates 66 depuis 1977, il est élu au conseil communal de Leyde en 1990, n'exerçant qu'un seul mandat de quatre ans, puis député à la Deuxième chambre aux élections législatives du . À la suite de ce scrutin, les D66 entrent au gouvernement dans une coalition avec les sociaux-démocrates du PvdA et les libéraux du VVD, et il devient alors secrétaire du groupe parlementaire du parti.

Chef des D'66[modifier | modifier le code]

Il est porté à la tête du groupe des députés D'66 le , puis est élu à la direction politique du parti le , huit jours après la reconduction de la coalition au pouvoir lors des législatives. Ce même jour, il se voit maintenu à la présidence du groupe parlementaire.

En sa qualité de chef des Démocrates 66, il est désigné, le , tête de liste pour les élections législatives prévues le , un scrutin au cours duquel le parti perd la moitié de ses quatorze sièges à la Seconde Chambre. Il est malgré tout maintenu à la direction de la formation, et c'est en cette qualité qu'il mène de nouveau les D'66 aux élections législatives anticipées du 22 janvier 2003. Le jour du scrutin, le parti recule encore d'un siège, et il renonce aussitôt à la direction du parti et à la présidence du groupe parlementaire.

Ministre[modifier | modifier le code]

Le , Thom de Graaf est nommé vice-Premier ministre et ministre des Réformes administratives et des Relations au sein du Royaume, un poste de ministre sans portefeuille au sein du ministère de l'Intérieur, dans le cadre d'un gouvernement de coalition réunissant l'Appel chrétien-démocrate (CDA), le VVD et les D'66, conduite par Jan Peter Balkenende. Il a notamment pour but de réformer le système de désignation des bourgmestres, jusqu'ici désignés par le roi sur proposition du conseil municipal et du commissaire de la Reine, souhaitant les faire élire au suffrage universel direct. Toutefois, à la suite d'un revirement des sociaux-démocrates à la Première Chambre, la réforme constitutionnelle, nécessitant le soutien des deux tiers des sénateurs, est repoussée le , ce qui le conduit à démissionner immédiatement.

Carrière post-ministérielle[modifier | modifier le code]

Après s'être retiré de la vie politique, il y revient le pour occuper, comme son père avant lui, le poste de maire de Nimègue en remplacement de Guusje ter Horst, qui deviendra moins de deux mois plus tard ministre de l'Intérieur. Devenu sénateur en 2011, il est désigné, l'année suivante, président de la conférence des universités publiques et démissionne de son mandat local.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]