The Amboy Dukes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
The Amboy Dukes
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Hard rock, acid rock, rock psychédélique
Années actives 19651975
Labels Mainstream Records, Polydor Records, DiscReet Records
Composition du groupe
Anciens membres Ron Medeiros
Dave Opatic
James Jackson
Ben Vineyard
Bob Lehnert
Ted Nugent
Gary Hicks
Dick Treat
Gail Uptadale
John Drake
Steve Farmer
Rick Lober
Bill White
Dave Palmer
Greg Arama
Rusty Day

The Amboy Dukes est un groupe de rock américain, originaire de Détroit, dans le Michigan. Actif dans les années 1960 et 1970, ils sont surtout connus pour leur single Journey to the Center of the Mind, classé seizième au Billboard en 1968, et pour avoir lancé la carrière de Ted Nugent.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ted Nugent, le cerveau des Amboy Dukes, est né et a grandi à Détroit, puis a commencé sa carrière en 1958 à l'âge de 10 ans. Il joue dans un groupe local appelé The Royal High Boys entre 1960 et 1962 et plus tard dans un groupe appelé The Lourds, où il fera la rencontre du futur chanteur des Amboy Dukes, John Drake. Nugent joue avec The Lourds jusqu'à ce que sa famille n'emménage dans l'Illinois où il forme les Amboy Dukes[1], dans la banlieue de Chicago, en 1964[2].

Les Amboy Dukes débutent à Chicago avant de revenir à Détroit. Avant de signer avec un label, le groupe était constitué de Bob Lehnert (chant de 19651968), Ted Nugent (guitare), Gary Hicks (guitare), Dick Treat (basse), et Gail Uptadale (batterie). Après avoir signé chez Mainstream Records, label new-yorkais, la formation se compose de : John Drake (chant), Ted Nugent (guitare, chant), Steve Farmer (guitare, chant), Rick Lober (clavier), Bill White (basse), et Dave Palmer (batterie) (The Galaxy Five et The Citations).

En 1968 sort l'album Journey to the Center of the Mind. Celui-ci amène de nouveau changements au sein de la formation : John Drake (chant), Ted Nugent (guitare, chant), Steve Farmer (guitare, chant), Andy Solomon (clavier, saxophone, chant) (The Apostles), Greg Arama (basse) (The Gang), et Dave Palmer (batterie). Puis après la sortie de l'album Migration en 1970, le groupe se compose de Rusty Day (chant, harmonica) (Rusty Day and the Midnighters), Ted Nugent (guitare, chant), Steve Farmer (guitare, chant), Andy Solomon (clavier, saxophone, chant), Greg Arama (basse), et Dave Palmer (batterie)

Les racines musicales du genre se tournent vers le rock psychédélique[3],[4], l'acid rock[5],[6] et le hard rock[7],[8].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1967 : The Amboy Dukes (Mainstream Records)
  • 1968 : Journey to the Center of the Mind (Mainstream)
  • 1968 : Migration (Mainstream)
  • 1968 : You Talk Sunshine, I Breathe Fire (maxi, Mainstream)
  • 1968 : The Best of the Original Amboy Dukes
  • 1970 : Marriage on the Rocks/Rock Bottom (Polydor Records)
  • 1971 : Survival of the Fittest Live (At the Eastown Theatre, Detroit) (Polydor)
  • 1973 : Call of the Wild (DiscReet Records, label de Frank Zappa)
  • 1974 : Tooth, Fang and Claw (DiscReet)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bruno Ceriotti, « Rock Prosopography 102: The Amboy Dukes Family Tree – Shows List », Rockprosopography102.blogspot.com, (consulté le 22 août 2014)
  2. (en) Ted Nugent Discusses Amboy Dukes Reunion sur WBSX-97.9X.
  3. William Phillips, Encyclopedia of Heavy Metal Music, Greenwood Publishing Group, (ISBN 978-0313348006, lire en ligne), p. 23
  4. Roger Chapman, Culture Wars: An Encyclopedia of Issues, Viewpoints and Voices, M. E. Sharpe, (ISBN 978-0765617613, lire en ligne), p. 482.
  5. Kenneth M. Nagelberg, The Guide to United States Popular Culture, Popular Press, , « Acid Rock », p. 8
  6. Encyclopedia of Recorded Sound, Routledge, , 1497, 1725 p. (ISBN 0-415-93835-X)
  7. Nick Talevski, Rock Obituaries - Knocking On Heaven's Door, Omnibus Press, (lire en ligne), p. 124.
  8. Doyle Greene, The Rock Cover Song: Culture, History, Politics, McFarland and Company (ISBN 978-0786478095, lire en ligne), p. 62

Liens externes[modifier | modifier le code]