Terre-de-Haut (île des Saintes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Terre-de-Haut
La baie des Saintes.
La baie des Saintes.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Les Saintes
Localisation Mer des Caraïbes
Coordonnées 15° 52′ 00″ N, 61° 34′ 57″ O
Superficie 6,00 km2
Point culminant Morne du Chameau (309 m)
Géologie Île volcanique
Administration
Région d'outre-mer Guadeloupe
Département Guadeloupe
Commune Terre-de-Haut
Démographie
Population 1 715 hab. (2013)
Densité 285,83 hab./km2
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC-4
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
(Voir situation sur carte : Guadeloupe)
Terre-de-Haut
Terre-de-Haut
Géolocalisation sur la carte : Petites Antilles
(Voir situation sur carte : Petites Antilles)
Terre-de-Haut
Terre-de-Haut
Îles dans les Antilles françaises

Terre-de-Haut (en créole : Tèdého) est une île française située dans l'océan Atlantique faisant partie de l'archipel des Saintes, une dépendance de la Guadeloupe. Elle fait partie de la commune de Terre-de-Haut.

Géographie[modifier | modifier le code]

Séparée de la « Guadeloupe continentale » par le canal des Saintes, Terre-de-Haut s'étend sur 600 hectares de superficie contre 680 pour Terre-de-Bas[1].

C'est l'île la plus orientale de l'archipel des Saintes. Elle tient son nom de la dénomination maritime qui qualifiait d'îles hautes les îles au vent et de basses les îles sous le vent. Elle est dominée au nord par le Morne Mire avec 107 mètres d'altitude et le Morne Morel avec 136 mètres d'altitude et au sud par le morne du Chameau, point culminant avec 309 mètres d'altitude. Au nord-ouest, entre la pointe Coquelet et le Pain de Sucre, se trouve l'îlet à Cabrit qui comporte un spot pour la plongée, un point de mouillage, et une petite randonnée jusqu'aux ruines du fort Joséphine. Au nord-est, les Roches Percées sont face à la plage de Pompierre et au sud-sud-ouest, alignée sur le morne du Chameau, se trouve la Redonde[2].

Quartiers et répartition de la population[modifier | modifier le code]

Marigot (Terre-de-Haut)

Plusieurs quartiers se répartissent à l'intérieur de l'île au pied des mornes et dans les vallées. Fond-du-Curé, est le quartier le plus étendu et se situe au cœur de l'île dans la baie. Les bâtiments administratifs (mairie et poste) se situent dans cette localité. Yachts et bateaux de croisières y mouillent en toute quiétude. Les plus vieux quartiers et les premiers de l'île sont le Mouillage et le Fond-du curé[3]. La population s'étend sur 20 quartiers (sections), plus ou moins bien délimités. Ils se découpe en deux zones [4] :

Au vent Sous le Vent
Nr Quartier Nr Quartier
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Pompierre
Marigot
Vieille Anse
Fort Napoléon
Maison blanche
La Coulée
Coquelet
Anse-Mire
Mouillage
Grande-Anse
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
Fond-du-Curé
La Savane
Anse Rodrigue
Anse Galet
Prés Cassin
La Convalescence
Anse Figuier
Pain de sucre
Anse à Cointe
Anse Crawen

Le vocabulaire local définit « monter » pour se déplacer vers les quartiers du vent (vers le Fort Napoléon) et « descendre » pour se déplacer vers les quartiers sous le vent (vers Pain-de-sucre).

Histoire[modifier | modifier le code]

La découverte et l'attribution du nom de l'île est faite par Christophe Colomb en . L'occupation coloniale débute à partir de 1648. En , la victoire française sur les Britanniques permet le rattachement de l'île à la Guadeloupe. La bataille des Saintes oppose à nouveau les deux puissances européennes en , lors d'une période allant de 1759 à 1815 qui voit l'alternance de dominations britanniques et françaises sur l'archipel.

Économie[modifier | modifier le code]

L'île vit essentiellement de la pêche et du tourisme. Ses pêcheurs sont reconnus à travers les Caraïbes comme étant parmi les meilleurs[réf. nécessaire].

Au niveau du tourisme, l'île comporte un centre UCPA qui compte 60 bungalows, et environ 120 stagiaires chaque semaine. Il ne ferme que deux mois dans l'année en raison des conditions météorologiques.

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Le fort Napoléon à Terre-de-Haut
Vidéo de la rade de Terre-de-Haut et du Fort Napoléon

Faune[modifier | modifier le code]

L'iguane antillais, en voie d'extinction, est une espèce protégée pouvant encore être observée sur l'île. L'île accueille également une espèce endémique de scorpion, le Oiclus tipunch[8].

Culture[modifier | modifier le code]

Le tourment d'amour est une spécialité culinaire de l'île (tarte à la confiture de coco, de goyave ou de banane, surmontée d'un biscuit).

Sports[modifier | modifier le code]

Le principal équipement sportif de l'île est le stade municipal de Terre-de-Haut qui accueille le club de football de l'Association de la Jeunesse sportive saintoise (AJSS), champion de la Guadeloupe de football saison 2011/2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Géoportail
  2. « Monographie sur les Saintes (dépendance de la Guadeloupe) / Sauzeau de Puyberneau », sur Gallica, (consulté le 27 août 2020).
  3. Jean-Luc Bonniol, Terre-de-Haut des Saintes, , 372 p. (ISBN 978-2-903033-13-2, lire en ligne), p. 299.
  4. http://escale-creole.wifeo.com/le-bourg---lanse-mire-les-saintes.php
  5. Www.World-Bays.Com - Le Club Des Plus Belles Baies Du Monde
  6. (fr) « La maison-bateau, un patrimoine de l'île des Saintes », sur portail guadeloupe (consulté le 8 novembre 2013)
  7. (fr) « La maison bateau », sur les saintes.fr (consulté le 8 novembre 2013)
  8. Éric Ythier, « On the genus Oiclus Simon, 1880 (Scorpiones: Diplocentridae) in Guadeloupe islands, with description of three new species », Arachnida - Rivista Aracnologica Italiana, vol. 22, pp. 17-49.

Article connexe[modifier | modifier le code]