Morne Morel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Morne Morel
Vue du Morne Morel et de la baie du Marigot, du fort Napoléon.
Vue du Morne Morel et de la baie du Marigot, du fort Napoléon.
Géographie
Altitude 136 m[1]
Massif Terre-de-Haut
Coordonnées 15° 52′ 31″ nord, 61° 34′ 22″ ouest[1]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Département et région d'outre-mer Guadeloupe
Géologie
Âge 2,5 millions d'années
Roches Roches volcaniques
Géolocalisation sur la carte : Petites Antilles
(Voir situation sur carte : Petites Antilles)
Morne Morel
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
(Voir situation sur carte : Guadeloupe)
Morne Morel

Le morne Morel est une des principales hauteurs de l'île de Terre-de-Haut, dans l'archipel des Saintes, une dépendance administrative du département de la Guadeloupe, aux Antilles françaises. Situé dans le nord de l'île, entre la baie du Marigot et la baie de Pompierre, ce morne culmine à 136 m d'altitude. Il porte à son sommet une ancienne position défensive connue localement sous le nom de batterie Caroline[2],[3].

Drame historique[modifier | modifier le code]

C'est en 1822 que naît la tragédie du chevalier de Fréminville : Christophe-Paulin de la Poix, marin-naturaliste en campagne aux Saintes à bord du vaisseau la Néréïde partage un amour passionné avec Caroline, une Saintoise, plus connue sous le nom de « Princesse Caroline » en référence à sa beauté. Cette dernière se suicide en se jetant du haut du morne Morel, pensant son amoureux mort à Saint-Christophe car il n'est pas revenu de campagne. Elle condamne ainsi le chevalier à la folie. Pris de chagrin, ce dernier retourne à Brest, emportant les habits de sa bien-aimée avec lesquels il se travestit jusqu'à la fin de ses jours. Les gravures et récits de ce drame sont conservés au musée du fort Napoléon.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :