Stéphanie Do

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Stéphanie Do
Fonctions
Députée française

(5 ans)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 10e de Seine-et-Marne
Législature XVe
Groupe politique LREM
Prédécesseur Émeric Bréhier
Successeur Maxime Laisney
Biographie
Date de naissance (42 ans)
Lieu de naissance Hô Chi Minh-Ville (Viêt Nam)
Nationalité Française
Parti politique LREM
Profession Consultante comptable et financière
Site web stephaniedo.fr

Stéphanie Do, née le à Hô Chi Minh-Ville au Viêt Nam, est une femme politique française.

Membre de La République en marche, elle est députée de la 10e circonscription de Seine-et-Marne de juin 2017 à juin 2022.

Biographie[modifier | modifier le code]

« D'origine vietnamienne, Stéphanie Do est arrivée en France à l'âge de 10 ans. Elle a étudié l'économie et la gestion durant deux ans à l'université Paris-Est-Marne-la-Vallée, à la Cité Descartes, avant de poursuivre son cursus à l'université Paris-Panthéon-Assas (Paris II)[1] ».

Diplômée d'un Master en gestion publique dispensé par l’École nationale d'administration (ENA) et l'université Paris Dauphine (2014), et d'un 3e cycle en global supply chain management à la Kedge Business School (2004), Stéphanie Do a travaillé dans la première partie de sa carrière (2004-2014) au sein de cabinets de conseils internationaux (Capgemini, Sopra Group, Mazars) comme consultante et manager sur des projets visant à redresser les situations économiques et sociales d’entreprises du secteur privé et public, des associations et des collectivités. Elle a ensuite occupé le poste de chef de projet comptable et financier au ministère de l'Économie et des Finances (2014-2017)[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Elle figure sur la liste d'Hugues Rondeau (maire Centre national des indépendants et paysans de Bussy-Saint-Georges) aux municipales de 2014, personne dont elle se détache[1] car l'édile est accusé[3] de soustraction, détournement ou destruction de biens publics et de prise illégale d'intérêts devant le tribunal de Meaux[4].

Députée[modifier | modifier le code]

Élection[modifier | modifier le code]

Stéphanie Do s'engage avec La République en marche lors de sa fondation en en occupant les fonctions de référente départementale de la Seine-et-Marne jusqu'en [5] et de directrice de campagne du candidat Emmanuel Macron en Seine-et-Marne lors des élections présidentielles[réf. nécessaire].

Elle est élue députée dans la dixième circonscription de Seine-et-Marne lors des élections législatives de 2017 sous les couleurs de La République en marche[6],[7].

Fonctions à l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Stéphanie Do est nommée secrétaire du bureau de l'Assemblée nationale[8] de juin à . Elle est élue trésorière adjointe au bureau exécutif du Groupe La République en marche[9].

En , à l'occasion des élections pour le renouvellement des postes à responsabilités au sein du groupe LREM à l'Assemblée, elle dépose une candidature pour la présidence du groupe LREM[10]. Sa candidature est un acte militant motivé par le « constat du manque de représentativité, au sein des postes à responsabilité, de députés issus de la diversité et qui sont à l'image de notre pays »[11]. Elle n'obtient qu'une seule voix[12].

Elle est présidente du groupe d'amitié France-Vietnam à l'Assemblée Nationale[13][source insuffisante],[14],[15].

Activité législative[modifier | modifier le code]

Elle rejoint la commission des Affaires économiques ainsi que le comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques.

Elle est nommée rapporteure pour l'avis budgétaire sur le logement et préside le groupe de travail sur la loi logement (ÉLAN)[16] portée par le secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires Julien Denormandie et par le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard.

Elle est l’auteure de plusieurs rapports dans le cadre de ses fonctions au sein de la Commission des affaires économiques. Ils contiennent une série de propositions relatives à la problématique du logement. Chaque année depuis le début de son mandat, elle a été désignée rapporteure pour avis budgétaire sur les crédits dédiés au logement au sein des projets de loi de finances. Dans ce cadre, elle milite notamment pour le maintien de l'APL Accession et du Prêt à Taux Zéro[17],[18].

Elle participe à la Conférence de consensus sur l'avant-projet de loi ÉLAN qui s'est tenue au Sénat. Elle dépose des amendements sur le projet de loi ÉLAN, dont un visant à mettre en place des services individualisés d’accompagnement numérique, d’auto-partage, d’enlèvement des encombrants et de recyclage dans les organismes de logement social[19].

Élections législatives de 2022[modifier | modifier le code]

Elle échoue en 2022 à conserver son siège de députée, battue par Maxime Laisney (Nupes)[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Julie Olagnol avec Grégory Plesse, « Législatives (10e). Attaquée, la députée Stéphanie Do tord le cou aux rumeurs », sur leparisien.fr, .
  2. « Législatives 2017 : qui est Stéphanie Do, REM, la nouvelle députée de Seine-et-Marne ? », sur France Bleu, (consulté le ).
  3. Il est condamné par la Cour d'appel de Paris en 2019. Cf Alexandre Métivier, « Bussy-Saint-Georges : l’ex maire, Hugues Rondeau, interdit de fonction publique à vie », sur leparisien.fr, .
  4. Marion Kremp, « Bussy-Saint-Georges : la guerre des municipales est de nouveau ouverte », sur leparisien.fr, .
  5. « Législatives : la référente départementale Stéphanie Do devient candidate REM », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le ).
  7. Julie Olagnol, « Législatives 2017 : Stéphanie Do (LREM) élue députée de la 10e circonscription de Seine-et-Marne », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  8. Assemblée Nationale, « Mme Stéphanie Do - Seine-et-Marne (10e circonscription) - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  9. « Assemblée nationale : le groupe La République en marche a attribué ses postes clés », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  10. Caroline Vigoureux, « Groupe LREM à l’Assemblée: Gilles Le Gendre, un président contesté et désormais menacé », sur lopinion.fr, (consulté le ).
  11. Par A. M. Le 10 juillet 2019 à 11h40, « Assemblée nationale : Stéphanie Do candidate à la présidence du groupe LREM », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  12. Le Monde avec AFP, « Gilles Le Gendre reste président du groupe macroniste à l’Assemblée nationale », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. «Le Vietnam peut être considéré comme la porte d’entrée en Asie du Sud-Est», sur L'Opinion, (consulté le ).
  14. Le Courrier du Vietnam, « Le Vietnam s’attache toujours aux relations avec la France », sur lecourrier.vn (consulté le ).
  15. Le Courrier du Vietnam, « Vietnam et France saluent le rôle de l’EVFTA et l’IPA dans l’avenir », sur lecourrier.vn (consulté le ).
  16. « Un groupe de travail LREM créé à l’Assemblée nationale pour participer à l’élaboration de la future loi Logement », sur www.aefinfo.fr (consulté le ).
  17. Thomas Chemel, « Prêt à taux zéro et APL accession : des députés poussent (encore) pour un maintien », sur Capital.fr, (consulté le ).
  18. « Logement : les députés votent le maintien du prêt à taux zéro dans les zones rurales », sur Les Echos, (consulté le ).
  19. « Index - Depeche », sur www.aefinfo.fr (consulté le ).
  20. Législatives en Seine-et-Marne : Maxime Laisney (Nupes) prend sa revanche sur Stéphanie Do (LREM) sur leparisien.fr du 20 juin 2022

Liens externes[modifier | modifier le code]