Shinseitō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
新生党
Shinseitō
Présentation
Fondation
Disparition (rejoint le Shinshintō)
Ancien président Tsutomu Hata
Positionnement politique Centre droit
Idéologie Libéral-conservatisme, révolution conservatrice
Couleurs orange (informellement)

Le Parti de la Renaissance (新生党, Shinseitō?) ou, dans sa traduction officielle en anglais, le Japan Renewal Party (JRP), était un parti politique japonais, fondé le par 44 parlementaires dissidents du Parti libéral-démocrate (PLD), emmenés par les réformateurs libéraux Tsutomu Hata et Ichirō Ozawa, ayant voté pour la motion de censure qui renversa quelques jours auparavant le gouvernement PLD de Kiichi Miyazawa, et dissous le au sein du Shinshintō.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce tout nouveau parti emporte un franc succès lors des élections législatives qui ont suivi la motion de censure le , en arrivant à la troisième position (derrière le PLD et le Parti socialiste japonais PSJ) avec plus de 10 % des suffrages et 55 sièges sur 512. Il joue ensuite un rôle déterminant dans la formation d'une coalition anti-PLD qui, réunissant 7 partis (outre le Shinseitō, le PSJ, les deux petites formations sociales-démocrates du Parti démocrate socialiste PDS et de la Fédération social-démocrate FSD, le mouvement centriste confessionnel du Kōmeitō ainsi que deux autres partis dissidents du PLD formés en 1992-1993 : le Nouveau parti du Japon NPJ et le Nouveau Parti pionnier NPP), atteint la majorité absolue à la Chambre des représentants, rejetant ainsi le PLD dans l'opposition pour la première fois depuis sa création en 1955. Le Shinseitō joue ensuite un rôle de premier plan au sein du gouvernement issu de cette coalition et dirigé par leader du NPJ, Morihiro Hosokawa. Après la démission de celui-ci le , Tsutomu Hata devient Premier ministre pour à peine deux mois, la majorité anti-PLD se disloquant à la suite du ralliement du PSJ et du NPP à une grande coalition avec le PLD.

Les membres de l'ancienne coalition anti-PLD hostiles à cette alliance, dont en tout premier lieu le Shinseitō, ainsi que d'autres dissidents plus récents du PLD passés dans l'opposition par anti-socialisme et donc pour protester à l'alliance de leur ancien parti avec le PSJ (emmenés par l'ancien Premier ministre Toshiki Kaifu), se sont alors fédérés au sein d'un grand parti d'opposition assez hétéroclite (allant du libéralisme à la social-démocratie en passant par une certaine forme de conservatisme ou de centrisme), le Shinshintō ou Parti de la nouvelle frontière.

Direction[modifier | modifier le code]

Membres du Cabinet[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]