Serra-di-Fiumorbo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Serra-di-Fiumorbo
(co)Urnasu
Serra-di-Fiumorbo
Ornaso sur sa dorsale, vu de Prunelli.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Haute-Corse
Arrondissement Corte
Intercommunalité Communauté de communes de Fium'orbu Castellu
Maire
Mandat
Jean-Noël Profizi
2020-2026
Code postal 20243
Code commune 2B277
Démographie
Population
municipale
337 hab. (2019 en augmentation de 6,65 % par rapport à 2013)
Densité 7,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 59′ 10″ nord, 9° 20′ 12″ est
Altitude 456 m
Min. 0 m
Max. 1 560 m
Superficie 43,2 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Fiumorbo-Castello
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Serra-di-Fiumorbo
(co)Urnasu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Serra-di-Fiumorbo
(co)Urnasu
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Serra-di-Fiumorbo
(co)Urnasu
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Serra-di-Fiumorbo
(co)Urnasu

Serra-di-Fiumorbo est une commune française située dans la circonscription départementale de la Haute-Corse et le territoire de la collectivité de Corse. Elle appartient à l'ancienne piève de Coasina, dans le Fiumorbo.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2. carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes

La commune de Serra est située dans la micro-région du Fiumorbo, entre les communes de Prunelli-di-Fiumorbo au nord et Ventiseri au sud.

Comme la plupart des communes de la bordure orientale de l'île, elle s'étend depuis les chaînes montagneuses de l'intérieur jusqu'à la mer, soit pour Serra près de vingt kilomètres d'est en ouest, pour une largeur inférieure à cinq kilomètres sauf le long de la côte. Le contraste est total entre la partie montagneuse et sauvage de la commune, où sont installés les villages historiques d'Ornaso (le chef-lieu, à 450 mètres d'altitude), Pinello (420 m) et Ania (480 m), et la plaine côtière, vaste zone humide à l'habitat dispersé.

Elle est bordée au nord par le fleuve Abatesco, sur presque tout son parcours, mais a peu d'accès à la vallée.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Serra-di-Fiumorbo est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

La commune, bordée par la mer Méditerranée, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[6]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (80,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (80,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (72,5 %), zones agricoles hétérogènes (11,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6 %), zones humides côtières (2 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1,8 %), terres arables (1,7 %), cultures permanentes (1,7 %), prairies (1,7 %), eaux maritimes (0,7 %), zones urbanisées (0,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Ornaso, principal lieu habité de la commune, tient son nom du nom corse de la commune : Urnasu.
  • Le toponyme serra, en corse sarra, est une forme locale correspondant à l'occitan alpin serre (cf. Serre-Ponçon, Serre Chevalier), au provençal serrat, au catalan serrat (v. Montserrat), au portugais serra, ainsi qu'à l'espagnol sierra, du latin serratus, dentelé (comme une scie), et désigne une crête allongée et dentelée, ce qui correspond assez bien à la situation d'Ornaso, installé à l'extrémité nord d'un longue arête parallèle à la côte.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Serra.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 ? Jean Chiari    
mars 2001 En cours Patrice Giudicelli DVG Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1806. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2019, la commune comptait 337 habitants[Note 2], en augmentation de 6,65 % par rapport à 2013 (Haute-Corse : +6,41 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861
363354480499568559576595618
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
585640605609572710736660550
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
541514518553566567506318292
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018 2019
214201205256293304316339337
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Laurent (San Larenzu), en haut du village d'Ornaso, construite en 1818 (inscription au-dessus de la porte d'entrée).
  • La chapelle San Chirgu (Saint Quilicus), située en contrebas de la route près de Pinellu. Figurant sur le plan terrier de 1795, elle pourrait dater du XVIIIe siècle et a été remaniée au cours du XXe siècle[15].
  • La chapelle d'Ania.
  • A sapara di Circinellu, grotte proche du sommet U Castellu (altitude 713 mètres), au-dessus d'Ania, où s'était réfugié le prêtre résistant Domenico Leca au XVIIIe siècle.
  • La vallée de l'Abatesco, sauvage de sa source jusqu'à Pietrapola.
  • L'ancien pont du chemin de fer de la côte orientale, en treillis métallique.
  • L'ancienne source minérale dite Aqua acitosa, dans la plaine, en bordure de la D 545.
  • L'immense plage sauvage et sablonneuse de Quarcione (6 kilomètres), de part et d'autre de l'embouchure de l'Abatesco, avec les étangs de Palu et de Gradugine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Domenico Leca, dit U Circinellu (« le tout rond »), prêtre, symbole de la résistance corse du XVIIIe siècle, venu se réfugier dans le Fiumorbo, et mort dans une grotte au-dessus d'Ania.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  7. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  15. « chapelle Saint-Quilicus dite San-Chirgu · Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses », sur m3c.univ-corse.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]